1946-2017 : un peu d’Histoire

Frises Parutions
 

Frises Parutions

 

Le Journal

Mgr Parisot écrit parution journal 1946 Lettre de monseigneur Louis Parisot, parue dans le premier numéro du journal, en 1946.

Le bulletin catholique de doctrine et d’information La Croix au Dahomey est fondé au mois de janvier 1946 par le Père Jean-Louis Caër, prêtre missionnaire de la Société des missions africaines. C’est le journal le plus ancien du Bénin, et seule publication en Afrique francophone qui paraisse sans interruption depuis si longtemps.

Parution 1970 la Croix du Bénin du Dahomey

Parution de 1970, intitulée à l’époque « La Croix, bimensuel catholique du Dahomey »

D’abord mensuel, La Croix au Dahomey devient bimensuel à partir du mois de janvier 1963. 
En 1975, La Croix au Dahomey devient La Croix du Bénin. Le journal traverse des moments difficiles durant la période communiste (1974-1989), sous la République populaire du Bénin (sous laquelle il modifie son nom en « La Croix du Bénin » en 1975). La légitimité de l’existence du journal était remise en cause, et la censure du régime révolutionnaire effectuait des saisies d’éditions dont le contenu était jugé « contre révolutionnaire« .

Parution La Croix du Bénin Election Pape Jean-Paul 2 1978Parution de 1978 peu après l’élection de Jean-Paul II. Le nom du journal est depuis 3 ans « La Croix, Bimensuel catholique de doctrine et d’information du Bénin »

 

En 1976, l’Imprimerie Notre-Dame, créée en 1976 dans les locaux même du journal, en assure l’impression depuis cette date. En janvier 2006, La Croix du Bénin se dote d’un nouveau logo. Dans le même temps, le contenu est revu dans son ensemble, et plusieurs rubriques sont créées. En janvier 2008, le bimensuel devient hebdomadaire. Fin 2010 La Croix du Bénin se dote d’une maison d’édition, «Les Éditions La Croix du Bénin ». En avril 2017, le journal est publié (de manière partielle) sur son site internet (croixdubenin.com).

 

 

Les directeurs successifs

Père Jean-Louis Caër (Fondateur – 1946)

Père Jean Louis Caer

Jean-Louis Caër est né en France, à Plabennec, dans le diocèse Breton de Quimper, en 1910. Il fit ses études dans les maisons de la Société des Missions Africaines et y fut ordonné prêtre en 1934.
Au séminaire, il se révèla posséder un caractère énergique et travailleur. Il passa deux ans à Rome et présenta à l’Angelicum une brillante thèse de théologie positive. Puis, le nouveau docteur fut nommé professeur de dogme à Lyon.
Assuré, entier, il donnait à ses élèves une impression de sécurité et engageait tout son être dans ce qu’il entreprennait. Incapable de prendre du « bon temps« , ne trouvant son ascèse que dans le travail.
Il tomba malade en 1942 (de la tuberculose semble t-il). En 1945, d’attaque pour de nouvelles tâches après plusieurs périodes de convalescence active, le père Caër obtient de partir pour le Dahomey. 
D’abord Vicaire à Abomey, il s’attelle à son ministère, particulièrement l’école, avec une intelligence, un esprit de clarté, d’ordre et de méthode, qui émerveille Mgr Steinmetz, curé d’Abomey.
Mais après seulement 11 mois de séjour, le mal le reprend. Repartant en France afin d’y recevoir des soins mieux appropriés, le père Caër laissa une œuvre : le bulletin catholique de doctrine et d’information, « la Croix au Dahomey« .
Il mourrut seulement quelques mois après son retour.

(Source : http://defunts.smainternational.info). Lien vers l’article d’origine.

Père Joseph Guérin (de 1946 à 1947)

Joseph Guérin

Joseph Guérin est né et a été baptisé le 14 août 1901 à Campbon, en Loire-Atlantique et dans le diocèse de Nantes, dans une famille très pauvre mais riche de sept enfants : une fille et six garçons. Deux deviendront membres des Missions Africaines et un sera frère de l’Instruction Chrétienne.

Ils feront tous leurs études primaires à l’école libre de la paroisse et Joseph poursuivra ses études secondaires au petit séminaire de Pont-Rousseau. Il entrera ensuite au noviciat de Chanly où il prononcera son serment missionnaire le 31 juillet 1921. Après ses deux années de service militaire à Châteauroux, il commence sa théologie au grand séminaire de Lyon. Pour sa deuxième année de théologie, il rejoint Pont-Rousseau où l’on a besoin d’un surveillant d’études chargé aussi de la musique et du chant. Joseph Guérin est ordonné prêtre le 3 juillet 1927.

Le jour même de son ordination, il est nommé professeur de mathématiques et de sciences à Offémont dans l’Oise. Deux ans après, il devient aussi directeur du séminaire, mais il précise surtout préfet de discipline. En 1931, il est nommé supérieur du petit séminaire de Pont-Rousseau, tout en assurant aussi quelques classes de mathématiques et d’anglais. Il s’efforce aussitôt de réorganiser cette importante maison et qui le deviendra encore plus quand, en 1937, on fermera Offémont pour ouvrir à Rezé les classes du second cycle, de la troisième à la terminale.

Il donne pleine satisfaction au conseil provincial, si bien qu’en 1937, il est nommé supérieur du noviciat de Chanly et professeur de philosophie scholastique. La déclaration de guerre viendra perturber la vie des uns et des autres. Le noviciat se replie au Rozay et le père Joseph Guérin, attendant sa mobilisation, en est l’économe jusqu’en janvier 1940. A cette date il est mobilisé à Nantes comme secrétaire au bureau de recrutement et, au mois de mai, désigné pour Rochefort, puis Port-Vendres et l’Algérie. En fait, il sera démobilisé à Perpignan le 22 juillet et rejoindra Lyon où, pendant un mois, il sera vicaire-auxiliaire à Lyon-Monplaisir. Nommé de nouveau supérieur au Rozay, il y arrive comme économe, au mois de septembre. Nous sommes dans une époque troublée ; les élèves du sud de la ligne de démarcation ne pouvant rejoindre Pont-Rousseau, Chamalières est désigné pour les recevoir et le père Joseph Guérin reçoit encore une nouvelle affectation. Il est choisi pour devenir le supérieur de ce séminaire agrandi et professeur de mathématiques et de sciences. Il y arrive vers le 15 novembre 1940. Le père Audrain, jusqu’ici prisonnier et hospitalisé, va être libéré en 1941 et peut donc reprendre sa place de supérieur de Chamalières.

Le père Joseph Guérin demande alors à partir en Afrique. Sa demande est acceptée et il s’embarque à la mi-novembre 1941 pour le Dahomey. Il est d’abord vicaire à Porto-Novo jusqu’au 22 février 1945. C’est pendant ce séjour à Porto-Novo qu’il lance le Frères d’Armes des Missions pour maintenir le contact entre les pères mobilisés et les autres. Ce petit bulletin ne durera qu’un an. On lui demande de quitter Porto-Novo pour devenir professeur de troisième au petit séminaire de Ouidah. Dès le mois de juillet 1945, il devient supérieur des deux séminaires de Ouidah et est nommé vicaire délégué de monseigneur Parisot. Il retrouve certains problèmes de son supériorat à Pont-Rousseau : les bâtiments devenant trop petits, il lui faut commencer de nouvelles constructions.

Le 17 mai 1947, le père Joseph Guérin est élu conseiller et vicaire général de la SMA. Il quitte le Dahomey le 2 août 1947. Après quelques mois en famille et une cure à Vichy, il arrive à Rome le 10 octobre. Il restera dans la ville éternelle pendant 21 ans : vicaire général jusqu’en 1968 et procureur général, de 1952 à 1969.

Comment décrire tout ce que le père Joseph Guérin a été et rappeller tout ce qu’il a fait pendant ces vingt et un ans de séjour au Généralat ? Le père Hardy et le père Bonfils le rappelleront le 25 mars 1977, quand le père reviendra à la Nocetta pour y célébrer ses 50 ans de sacerdoce.

Le Père Hardy : Il y a peu de confrères dans la Société qui soient hors de leur province aussi connus que le père Joseph Guérin. Il est connu pour les innombrables actes de service personnel rendus avec dévouement et bonté à tous ceux qui sont venus à Rome ou lui ont demandé un service. Le père Guérin était là pour tous sans exception : évêques, prêtres, frères ou amis. Il était là toujours prêt à rendre tous les services qui lui étaient demandés. A tout cela s’ajoutait son travail de vicaire général et de procureur près du Saint-Siège.

Le père Bonfils : Pour nous qui l’avons connu Via dei Gracchi, au temps de nos études, le père Guérin était le symbole vivant de l’internationalité de la Société, par sa maîtrise de l’anglais et de l’italien. A cette époque de nos constitutions, il n’existait pas encore de textes sur la collaboration interprovinciale, mais le père Guérin la vivait. Pas plus qu’il n’existait de texte sur l’exercice de l’autorité, mais le père Guérin était un supérieur proche et cordial. La vie d’un témoin de la Société en dit plus long que tout ce que l’on peut écrire sur elle.

De 1969 à 1980, le père est aumônier des Sœurs nda de Marino près de Rome et il donne jusqu’à trente heures de cours privé par semaine, en anglais, italien, mathématiques, musique. A 76 ans, quel bel exemple de vitalité et d’esprit de service. (Père Hardy)

Début 1980, le père parle de plus en plus de Montferrier et il se décide à venir s’y installer. En juillet 1980, conduit par le P. Hardy venu le prendre à Marino, il arrive dans notre maison de retraite pour y déposer ses bagages, mais repart avec son frère Alphonse pour une dernière visite au pays natal. Il se plaira beaucoup dans cette maison de repos comme il le dira quatre mois après son arrivée en ajoutant : Je remercie le Bon Dieu de m’y avoir amené.

Il décède à Montferrier le 29 juillet 1981, un an après son arrivée. La leçon principale de sa vie me semble être la manière dont il a su harmoniser une grande fidélité – il faudrait dire une piété filiale – vis-à-vis de la Société et un sens aigu du service de l’Afrique. La SMA était pour lui à la fois une famille et une institution ecclésiale qui lui permettait de réaliser sa vocation missionnaire. Son sens du devoir et son attachement à sa famille missionnaire l’ont amené à ne jamais refuser les services qu’on lui a demandés. (P. J. Hardy)

Outre sa valeur humaine, qu’il me soit permis de souligner ces qualités de cœur et de l’esprit : gentillesse, discrétion, délicatesse qui rendaient si agréable sa compagnie. On aimait bien parler avec lui, car il mettait tout le monde à l’aise. Ajoutons à cela ses vertus sacerdotales de piété, de ponctualité, de dévouement qui traduisaient une vie spirituelle profonde. (Abbé Fortineau)

Père Paul Falcon (de 1948 à 1952)

Paul Falcon

Paul Falcon est né le 27 juin 1917 de Blaise Falcon et de Anna Maurin à Prévenchères dans le diocèse de Mende, département de la Lozère. Il est baptisé à Prévenchères le 2 juillet 1917. Il fait ses études primaires à l’école laïque de Crouzet dans la Lozère et ses études secondaires à Clermont-Ferrand et à Offémont. Il se fait remarquer par son intelligence, sa mémoire, son ardeur au travail, par la rectitude de son jugement et son bon caractère, mais on signale déjà sa santé médiocre.

Il rejoint ensuite le noviciat de Chanly. Sa mauvaise santé l’oblige à quitter pendant quelques mois. Le 18 juillet 1937, il peut cependant prononcer son serment qui le fait membre des Missions Africaines. Après quoi, il rejoint sa famille pour se reposer à Mâlons dans le Gard. Après son service militaire, il entre au grand séminaire de Lyon où il est ordonné prêtre le 6 janvier 1942.

Très brillant élève, ses supérieurs pensent l’envoyer aux Facultés catholiques de Lyon pour y prendre des grades en théologie, mais le professeur de dogme du séminaire sma étant tombé malade et ceux qui auraient pu le remplacer étant mobilisés, le père Falcon est désigné comme professeur de théologie au ‘150’. De l’avis de tous, il réussit parfaitement. Après la guerre, en 1946, on se trouve dans la nécessité de fournir un corps professoral au grand séminaire de Ouidah, au Dahomey. Le manque de personnel qualifié – conséquence de la guerre – conduit à faire appel, de nouveau, au père Falcon. (P.Bruyas)

De retour en France, en 1952, il est encore nommé professeur de dogme au séminaire sma de Lyon. Le père Falcon accepte mais, cette fois-ci, douloureusement. C’est qu’il a été nommé également directeur spirituel des séminaristes, fonction qu’il redoutait un peu. Il fera pourtant merveille, aux dires du père Delhommel.

En revenant au Dahomey en 1956, il est d’abord nommé curé de Saint-François-Xavier de Porto-Novo où il ne reste qu’un an. Puis, monseigneur Bernardin Gantin, son évêque, lui confie l’important collège Aupiais de Cotonou.

Il rentre assez fatigué en 1961 et, après une année à la Faculté de Toulouse, il est nommé supérieur du grand séminaire de Lyon en remplacement du père Dalbin. En 1963 on écrit de lui : Il a été fatigué au début de l’année… Il travaille énormément… Nos jeunes théologiens le trouvent sévère mais l’apprécient hautement. En 1964 cependant, le père, dans l’enseignement de la théologie, va rencontrer quelques difficultés avec certains séminaristes qui trouvent son enseignement un peu trop traditionaliste. Le père Falcon laisse à d’autres la charge d’enseigner le dogme et donne sa démission de supérieur. Le père provincial n’accepte pas et, l’année suivante, pensant que les difficultés s’apaiseront, renouvelle au père Falcon son mandat de supérieur. Mais le père n’accepte plus d’enseigner et donne de nouveau sa démission qui est acceptée en 1966.

Le père retourne donc au Dahomey où il est nommé aumônier national des Equipes enseignantes et professeur de religion auprès des élèves des collèges non-catholiques de Cotonou. C’est au collège Aupiais, en janvier 1967, qu’en présence de monseigneur Gantin et de monseigneur Boucheix, de nombreux prêtres, religieuses et laïcs qu’il célèbre ses 25 ans de sacerdoce. A cette occasion, monseigneur Gantin rappelle que le jubilaire a aidé à la formation intellectuelle et spirituelle de centaines de prêtres africains et européens, que plusieurs évêques africains sont passés entre ses mains, qu’il a profondément marqué les laïcs qu’il a eu à former et qu’il a aidé à mieux faire connaître le Dahomey par sa brillante thèse de doctorat en théologie sur la religion du Vodou et les superstitions au Sud-Dahomey.

En 1968, l’Assemblée provinciale choisit le père Falcon comme responsable de la Province. C’est au cours des années suivantes que la question des contrats entre les évêques et la SMA va se poser. Le père Hardy écrit le 17 janvier 1970 à ce sujet : Du point de vue des contrats, je crois que c’est un plein succès. A part quelques changements de forme, rien d’essentiel n’a été changé au texte que j’avais emporté dans mes valises.

Cependant, quelques problèmes vont surgir entre le père Falcon et les membres de la conférence épiscopale du Dahomey. Monseigneur Gantin est prêt à dialoguer avec le père Mondé, supérieur général. Celui-ci arrive accompagné par le père Falcon. Ce sera justement l’occasion, écrit le père Mondé à monseigneur Gantin, de discuter bien fraternellement et de repartir avec un esprit nouveau. Cette visite et les visites que le père Falcon fera plus tard aux évêques montreront que les rapports entre le clergé africain et les missionnaires sma demeurent excellents : Mon dernier voyage au Dahomey et en Côte d’Ivoire, dira en 1972 le père Falcon, avait pour but principal d’écouter les évêques et les prêtres africains… De part et d’autre, il y a partout une nette volonté de travailler ensemble. On m’a dit : nous avons encore besoin des missionnaires. En mars 1971, le père Falcon sera fait officier de l’Ordre National du Dahomey.

Au cours de l’année 1973, dans le questionnaire préparatoire à l’Assemblée provinciale, une large majorité de confrères désire garder le père Falcon comme provincial. Mais c’est le père Jean Bonfils qui est élu comme supérieur provincial. Le père Hardy écrit au père Falcon le 6 juillet 1973 : Pour tout ce que vous avez fait durant ces cinq années, je vous remercie… Je sais bien que vous partez le cœur en paix, acceptant en esprit de foi et avec confiance, la nouvelle situation. Je suis sûr que d’autres seront heureux de profiter de vos qualités et de votre expérience.

Le père Falcon a la joie de revoir le Dahomey. A Djimé, petit séminaire situé près d’Abomey, il travaille, comme autrefois à Saint-Gall de Ouidah, à la formation du clergé dahoméen. Il va donc se remettre à l’enseignement et il va s’occuper aussi d’un petit village voisin : il faudrait me remettre au fon comme je m’étais remis à l’anglais. Son adaptation à Djimé n’est cependant pas facile, physiquement et psychologiquement. Il pense alors revenir à Lyon pour suivre une année de recyclage en théologie et aller ensuite à l’ISCR à Abidjan, où l’abbé Isidore de Souza le réclame.

En novembre 1976, le père Falcon est effectivement à Abidjan et tout à fait adopté à l’ISCR où on le considère comme le « vieux » que l’on applaudit beaucoup le jour de l’ouverture. Il est heureux de constater la bonne entente entre étudiants et professeurs. Il a beaucoup de travail, mais il s’y intéresse. Ce seront ses dernières années.

En 1980, il rentre en congé pour quelques mois. Comme chaque fois qu’il était en France pour l’été, le père Falcon était aux Houches dans son cher massif du Mont-Blanc. Après une sortie en montagne, le lundi 4 août, il contacta son médecin ; son cœur donnait des signes de fatigue. Le mercredi 6 au soir, il faisait cependant une longue conférence sur l’Afrique, très appréciée par les vacanciers.

Dans la nuit, il s’éteignait brusquement, sans doute d’une crise cardiaque. Après une belle célébration avec les amis des Houches, la messe d’enterrement avait lieu à Sainte-Marie de la Guillotière à Lyon, messe concélébrée par trente-cinq confrères. Le père Jean Bonfils prononça l’homélie : Partout où il est passé, le père Falcon a eu le souci d’aider une Eglise locale à naître. C’était la vocation de monseigneur de Brésillac aux Indes. C’est la vocation de la Société en Afrique. Ce fut la vocation du père Falcon pour qui il n’existait pas de projet personnel qui ne s’inscrive dans le projet de l’Institut auquel il appartenait et de l’Eglise qu’il voulait servir.

Père François-Xavier Brégainst (de 1952 à 1953, puis de 1954 à 1958)

Xavier Brégainst

 

Père Pierre Guégaden (de 1953 à 1954)

Pierre GUÉGADEN

 

Père Christophe Adimou (de 1958 à 1960)

Monseigneur Chistophe ADIMOU

 

Père Maurice Grenot (de 1960 à 1966)

GRENOT Maurice, ancien directeur de publication de la croix du benin

Maurice Grenot est né le 30 décembre 1915, à Dijon, où son père est employé de chemin de fer. Il aura deux frères : André et René. Après la mort de leur maman en 1938, leur père s’est remarié, et deux autres enfants sont nés : Bernadette et Jean-Louis. A l’age de 3 ans, Maurice attrape la grippe espagnole et risque d’en mourir. Il va à l’école à Saint-Jean de Losne, où son père est affecté, puis aux Laumes, et à Besançon, où il devient enfant de chœur. Maurice n’envisage pas devenir prêtre, mais son père le pousse à entrer au petit séminaire de Flavigny, où lui-même a fait ses études. Là, Maurice décroche le baccalauréat et, en 1934, après réflexion, il entre au grand séminaire de Dijon.

Le 28 octobre 1935, monseigneur Louis Parisot, vicaire apostolique de Cotonou, est ordonné évêque à Dijon. Au cours de la cérémonie, Maurice entend par trois fois résonner dans sa tête : Et toi, pourquoi ne partirais-tu pas là-bas ? Et cela dure plusieurs mois. En octobre 1936, Maurice part à l’école militaire de Saint-Maixent, d’où il sort aspirant. Il est heureux et rêve de devenir officier. Mais sa maman tombe malade, et meurt le 5 janvier 1938. C’est un choc pour lui ; il renonce à se rengager dans l’armée d’active pour revenir au séminaire. En mars 1939, c’est le rappel sous les drapeaux, puis la drôle de guerre, la défaite de 1940, et la démobilisation. Maurice retourne au grand séminaire, et il est ordonné prêtre à Dijon le 29 juin 1942.

L’abbé Maurice Grenot est nommé au petit séminaire de Flavigny comme préfet de division et maître de chapelle, fonctions qui le passionnent. Depuis l’armée, il a abandonné l’idée des missions. Et voici que l’appel retentit à nouveau. Maurice fait sa retraite à l’abbaye de Cîteaux. Là, le père Abbé le renvoie à sa tâche de professeur. Mais, le 30 novembre 1948, en la fête de Saint-André, le texte de Saint-Paul retentit en lui comme un coup de tonnerre : Comment croire et être sauvé sans avoir entendu sa Parole ? Et comment entendre sa Parole si personne ne la proclame (Rom. 10,14) ? Maurice en parle à son évêque qui lui demande d’attendre. Pourtant, Maurice contacte les Missions Africaines et, trois jours plus tard, il obtient la permission de partir.
Il s’embarque, le 1er septembre 1951, pour le Dahomey, où il est nommé à Allada, vicaire du père Michel Cousteix. L’année suivante, il rejoint la paroisse Sainte-Anne de Porto-Novo. C’est là qu’il devient membre des Missions Africaines, le 19 septembre 1952, en prononçant son serment missionnaire. D’abord vicaire du père René Bothua, il le remplace comme curé en janvier 1954. Monseigneur Parisot lui demande d’implanter la Légion de Marie dans sa paroisse. Il forme les légionnaires et, tous les soirs, pendant 4 mois, il visite avec eux les 900 familles de la paroisse qui se déclarent, plus ou moins, chrétiennes.

En 1955, le père Grenot est nommé à Savalou et, l’année suivante, il devient directeur des écoles du grand diocèse de Cotonou, tout en développant la Légion de Marie à travers tout le pays. Il demeure 3 ans responsable des écoles catholiques, mais il n’en gardera pas un souvenir enthousiaste.

En 1959, sans être passé par le moule de la SMA, le père Grenot se retrouve vice-régional, alors que le père Bothua est régional. Il est, en même temps, curé du Sacré-Cœur d’Akpakpa. En 1960, il est dégagé de cette responsabilité et nommé directeur et rédacteur du journal « La Croix du Dahomey », alors qu’il n’a aucune formation en journalisme. Il s’y intéresse et transforme la petite revue en un journal mensuel, puis bimensuel de 8 pages. Grâce aux Légionnaires dont il s’occupe toujours, le journal augmente sans cesse son tirage.

Le père Grenot va jusqu’à l’extrême limite de ses forces pour assurer seul un travail confié après lui à 3 personnes ! Ce surmenage détériore sa santé dès le milieu de l’année 1965. Il cherche alors un laïc pour le remplacer. Il le trouve en la personne de monsieur Ernest Mihami, et, fin janvier 1966, il embarque sur le Mermoz pour revenir en France. Il accepte, alors, la charge d’une petite paroisse de son diocèse, à Chailly-sur-Armançon. Il s’y plait beaucoup : les paroissiens l’aident à rénover l’église, avec un nouvel autel face au peuple, et à faire électrifier les cloches. Ainsi, il réveille la communauté paroissiale de ce village, depuis longtemps abandonné.

En 1968, le père Grenot se prépare à retourner au Dahomey, mais il est élu délégué à l’assemblée provinciale. Il devient un des conseillers du père Paul Falcon, qui vient d’être élu provincial. Il quitte alors Chailly pour Lyon, mais il y revient pour les grandes fêtes et à l’occasion de ses congés annuels.

Le père Grenot va s’initier aux affaires de la Province, alors qu’il n’a jamais reçu de formation sma. Il est chargé, particulièrement, des confrères de la diaspora, de la maison de la Croix-Valmer, de la rédaction du Lien, et du secrétariat du Conseil provincial. En 1969-1970, il retourne au Dahomey pour l’ordination de monseigneur Vincent Mensah, puis pour l’intronisation de monseigneur Christophe Adimou, nouvel archevêque de Cotonou, après le départ de monseigneur Gantin pour Rome. Il en profite pour accomplir une vaste tournée en Côte d’Ivoire, pays qu’il connaît peu.

En 1973, le père Grenot est élu supérieur des confrères en Europe, alors que le père Jean Bonfils est le nouveau provincial. Il accomplit cette responsabilité avec beaucoup de fidélité. En juin 1975, il tombe brusquement malade, alors qu’il est en Ardèche. On le ramène à Paris, et on lui découvre un cancer de la thyroïde ; on lui fait l’ablation totale de cette glande au mois d’octobre. Pour lui, ce sont des mois pénibles avec une décalcification de la colonne vertébrale. Son moral devient parfois défaillant. Néanmoins, 3 mois après l’intervention chirurgicale, il participe, en 1976, au COPREX qui a lieu à Bouaké en Côte d’Ivoire.

Arrivent les élections de 1978. Le père Grenot veut repartir au Bénin, où monseigneur Adimou le réclame, mais le nouveau provincial, le père Raymond Domas l’en empêche et le nomme à l’information de la Province. En lien avec le père Pierre Legendre, il travaille à l’encart de l’Echo des Missions Africaines, dans la revue Peuples du Monde, au grand calendrier sma, et à la revue l’Appel de l’Afrique. Pour enrichir sa documentation, il va sur place, en 1979, au Bénin et en Côte d’Ivoire, et en 1980, il fait le tour de toutes les Provinces, en Europe et en Amérique. Il partage son temps en deux lieux de résidence : au 150, à Lyon, et au 36 rue Miguel Hidalgo, à Paris. En collaboration avec quelques confrères, il fait paraître l’album La Joie que je vous souhaite, pour présenter le travail missionnaire de la SMA.

En 1983, le père Grenot est libéré de l’information, et veut repartir au Bénin, mais il doit y renoncer à cause d’une allergie dans les yeux. Le père François Fénéon lui demande alors de mettre de l’ordre dans les archives de la Province. Puis, le 1er juillet 1984, il accepte, à contrecoeur, de succéder au père André Martin comme supérieur à la procure de Paris ; mais, n’arrivant pas à s’adapter à l’ambiance de cette maison, il donne sa démission, trois mois plus tard, et revient à la rue Hidalgo pour achever le classement des archives.

Fin novembre 1984, le père Grenot est à Rome pour la béatification d’une carmélite de Dijon, sœur Elisabeth-de-la-Trinité (1880-1906). C’est l’occasion pour la maison générale de lui demander d’apporter son aide à la publication des écrits de monseigneur de Brésillac. De 1986 à 1988, il fait alors de longs séjours à Rome. Ces écrits de notre fondateur paraissent en 1987, parmi lesquels Souvenirs de douze ans de mission. En 1988, il en choisira les passages les plus significatifs, et les publiera sous le titre : Je les aimais. Depuis fin 1985, le père Grenot se consacre, aussi, à la rédaction de quelques 200 biographies des confrères de la Province, décédés depuis juillet 1963 ; bon connaisseur des archives, il fait des recherches pour ces biographies qu’il rédige longuement.

Le père Grenot poursuit ce travail à Paris pendant 10 ans, dans l’attente du face à face avec le Seigneur, surtout après la découverte d’un nouveau cancer à la lymphe, contre lequel il lutte courageusement. Au mois de juillet 1993, son hémogramme devient mauvais. Il sait alors que ses jours sont comptés. Pourtant, assis devant son « traitement de textes », et pianotant avec dextérité, il continue à travailler jusqu’au jour où il doit être hospitalisé à l’hôpital de la Pitié-Salpétrière. C’est là qu’il nous quitte le 1er juillet 1994, à l’âge de 78 ans.

Lui-même avait préparé une homélie pour ses funérailles: c’est son testament spirituel dont voici quelques lignes : Je remercie Dieu de la marche qu’il m’a fait suivre, qui m’a paru parfois tortueuse, mais qui me fut toujours bienfaisante : j’ai toujours cru davantage au signe des événements qu’à mes propres imaginations… Le plus beau jour de ma vie, c’est celui de ma mort, car, enfin, je vois Dieu face à face, tel qu’Il est ! Depuis mon enfance, j’ai éprouvé une immense curiosité : voir Dieu.

Ernest Mihami (de 1966 à 1975)

Ernest Mihami

 

Barthélemy Assogba Cakpo (de 1975 à 2004)

Barthélemy Assogba Cakpo

 

Père André S. Quenum (de 2004 à 2014)

Père Andre Quenuum

Né au Bénin le 30 novembre 1966, le Père André Quenum a été ordonné prêtre par le pape Jean-Paul II le 3 février 1993.

 

Il a vécu 8 ans aux États-Unis, où il a suivi des études de journalisme (MA en journalisme (1999) et PhD en communication (2004) à l’Université de Duquesne à Pittsburgh) et a enseigné le français.

Directeur de publication de La Croix du Bénin depuis 2004, il a tiré sa révérence le Lundi 10 novembre 2014.

Père Crépin M. Acapovi (2015 à 2018)

Père Crépin Acapovi

 

 

 

Le Père Crépin Magloire ACAPOVI fut Directeur de publication du journal La Croix du Bénin
et de l’Imprimerie Notre-Dame du Bénin durant trois (03) ans.

Père Serge Bidouzo (2018)

Photo édito

 

 

Qui sommes-nous ?

Père Serge Bidouzo 2

Qui sommes-nous ?

 

Le site croixdubenin.com est édité par l’Imprimerie Notre-Dame. Cette entreprise de presse édite depuis maintenant plus de 70 ans le magazine La Croix du Bénin. Ce magazine propose à un rythme hebdomadaire de suivre l’actualité de l’Eglise, et l’actualité du Bénin sous un regard chrétien.

Le site internet a pour vocation d’adapter le journal La Croix du Bénin au format internet.

 

Mentions légales : Les mentions légales du site croixdubenin.com sont disponibles en cliquant ici.

 

Organigramme de l’entreprise

 

Directeur de publication

Abbé Serge Bidouzo 

Père Serge Bidouzo 2

Tél : +229 95.56.99.23 ; sbidouzo@yahoo.fr

 

Rédacteur en chef

Alain Sessou

Alain Sessou

 

Rédacteur en chef  adjoint
Desk Politique et Société

Guy Dossou-Yovo

Portrait de guy2

Tél : +229 95.06.69.94 ; doscomlan@yahoo.fr

 

Service commercial
Desk Religion

Abbé Jean-Claude Koudessa

Portrait de Jean Claude Koudessa

Tél : +229 95.54.60.91/ 66.76.77.46 ; jckoudessa@gmail.com

  

Distinctions

Compagnon de Melvin Jones

Commandeur de l’ordre national du Bénin

Grand croix de l’ordre de Pie IX (Vatican, Saint Siège).

Pao

Yanick A. Oussou

 

Webmaster

Judicaël GBEGNANHOUN

Tél :+229.96.96.24.99 ; christijudi@gmail.com

CGU et Mentions Légales

Mentions légales et CGU

1. Statuts et crédits

Le Site croixdubenin.com est, sous l’autorisation numéro 1221/MISP/DC/SG/DGAI/SCC, édité par l’Imprimerie Notre-Dame (adresse 01 BP 105 Cotonou, téléphone : +229.66.76.77.46 / 21.32 .12.07 / 21.32.11.19). L’exploitation, la conception et la maintenance du site internet sont assurées par L’Imprimerie Notre-Dame.

Directeur des publications : Abbé Crépin Magloire Acapovi

L’hébergement du site web est assuré par EX2HOSTING (Adresse : Ex2 Inc. 309 rue des Épervières Saguenay (Québec) G7G0A6 Canada) / Email de contact : support@ex2.com)

2. Respect de la vie privée

2.1. Déclaration à la CNIL

Conformément à la loi 2009-09 du 22 mai 2009 portant protection des données à caractère personnel en République du BENIN, relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés, le site a fait l’objet d’une déclaration auprès de la Commission des Données Personnelles sous (www.cnilbenin.bj) le numéro ( mentionnez le numéro du récépissé obtenu après la déclaration à la CNIL)

En tout état de cause L’Imprimerie Notre-Dame ne collecte des informations personnelles relatives à l’utilisateur que pour le besoin de certains services proposés par le site croixdubenin.com. L’utilisateur fournit ces informations en toute connaissance de cause, notamment lorsqu’il procède par lui-même à leur saisie. Conformément aux dispositions de la Loi 2009-09 du 22 mai 2009, tout utilisateur dispose d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition aux données personnelles le concernant, en effectuant sa demande écrite et signée, accompagnée d’une copie du titre d’identité avec signature du titulaire de la pièce, en précisant l’adresse à laquelle la réponse doit être envoyée. Aucune information personnelle de l’utilisateur du site croixdubénin.com n’est publiée à l’insu de l’utilisateur, échangée, transférée, cédée ou vendue sur un support quelconque à des tiers.

2.2. Droit d’accès et de rectification

En application de cette loi, les internautes disposent d’un droit d’accès, de rectification, de modification et de suppression concernant les données qui les concernent personnellement. Ce droit peut être exercé par voie postale auprès de L’Imprimerie Notre-Dame ou par voie électronique à l’adresse email suivante : contactcroixdubenin@gmail.com. Les informations personnelles collectées ne sont en aucun cas confiées à des tiers.

3. Conditions d’utilisation

3.1. Droits et reproduction de contenus éditoriaux et propriété intellectuelle

L’ensemble du site croixdubenin.com relève de la législation internationale sur le droit d’auteur et la propriété intellectuelle. Tous les droits de reproduction sont réservés, y compris pour les documents téléchargeables et les représentations iconographiques et photographiques. 

La consultation des contenus du site croixdubenin.com en général, des archives et articles du magazine La Croix du Bénin en particulier, confère à l´internaute un droit d´usage privé, non collectif et non exclusif, sur les contenus du site. Elle comprend le droit de reproduire pour stockage aux fins de représentation sur écran monoposte et de reproduction, en exemplaire unique, pour copie de sauvegarde ou tirage sur papier. Ce droit est personnel, il est réservé à l´usage exclusif et non collectif de l’internaute. Il n´est transmissible en aucune manière. 

Toute mise en réseau, toute rediffusion, sous quelque forme que ce soit, partielle ou totale, sont donc explicitement interdites sans l´accord exprès et préalable de la société L’Imprimerie Notre-Dame. Tout autre usage est soumis à autorisation préalable et expresse. La violation de ces dispositions impératives soumet le contrevenant, et toutes personnes responsables, aux peines pénales et civiles prévues par la loi française. 

Pour toute reproduction d´articles ou de contenus éditoriaux du magazine hebdomadaire La Croix du Bénin ou de tout support éditorial ou promotionnel de la société Imprimerie Notre-Dame, vous pouvez vous adresser par e-mail à contactcroixdubenin@gmail.com.

3.2. Données d’inscription et sécurité des comptes

Lors de l’inscription sur le site croixdubenin.com effectuée par le biais des formulaires d’enregistrement, l’internaute s’engage à : (a) fournir des informations exactes, appropriées, actuelles et complètes ; (b) à conserver confidentiels son mot de passe et son identification ; (c) en cas de modification des informations transmises lors de l’inscription, à mettre à jour sans délai les informations fournies afin de leur conserver leur caractère d’exactitude et d’actualité. Par ailleurs, l’internaute est et reste seul responsable des utilisations de son compte.

3.3. Contenus Utilisateur

L’internaute est seul responsable des photos, noms, coordonnées, messages, notes, textes, informations, musiques, vidéos, annonces, listes et plus généralement tout autre contenu qu’il aura chargé ou affiché sur le site croixdubenin.com ou encore qu’il transmettra ou partagera avec d’autres internautes (Contenu Utilisateur) dans le cadre de la rubrique « Commentaires », figurant sur le site croixdubenin.com

L’Imprimerie Notre-Dame ne dispose d’aucun droit de propriété sur le Contenu Utilisateur de l’internaute qui demeure propriétaire de son Contenu Utilisateur et des droits d’auteur ou autres qui lui sont associés.

L’internaute s’interdit de publier, transmettre ou partager sur le site croixdubenin.com un Contenu Utilisateur dont il n’est pas l’auteur ou sur lequel il ne détient pas de droits d’exploitation ou plus généralement qui enfreignent les droits de tiers. Il accepte sans réserve que L’Imprimerie Notre-Dame, le cas échéant, puisse modifier le site croixdubenin.com ou supprimer ou retirer sans préavis tout contenu du site ou tout Contenu Utilisateur, à son entière discrétion, avec ou sans motif, y compris tout Contenu Utilisateur pouvant présenter un caractère offensant, injurieux, diffamatoire, contraires aux bonnes mœurs ou illégal ou encore susceptible de menacer la sécurité des internautes ou des tiers.

En publiant un Contenu Utilisateur sur le site croixdubenin.com, l’internaute autorise expressément et gracieusement L’Imprimerie Notre-Dame :

–          d’une part, à créer les copies nécessaires pour faciliter la publication et le stockage du Contenu Utilisateur sur le site croixdubenin.com ;

–          d’autre part, à réutiliser tout ou partie du Contenu Utilisateur dans les supports édités par l’Imprimerie Notre-Dame et notamment le magazine hebdomadaire La Croix du Bénin.

A cet effet, en publiant un Contenu Utilisateur sur le site croixdubenin.com :

–          d’une part, l’internaute garantit détenir les droits nécessaires à cet effet et garantit L’Imprimerie Notre-Dame contre tout recours d’un tiers quelconque dirigé à l’encontre de L’Imprimerie Notre-Dame du fait de la publication du Contenu Utilisateur ;

–          d’autre part, l’internaute concède à L’Imprimerie Notre-Dame une licence irrévocable, sans limitation de durée autre que la durée de protection de la propriété intellectuelle, non exclusive et gracieuse d’utiliser, copier, représenter, diffuser, reformater, traduire, extraire et distribuer ce Contenu Utilisateur sur le site croixdubenin.com et en relation avec ce site dans le cadre de sa promotion ainsi que de l’incorporer à d’autres créations, notamment dans le magazine hebdomadaire La Croix du Bénin.

A tout moment, l’internaute peut supprimer tout ou partie de son Contenu Utilisateur du site croixdubenin.com. La suppression de tout ou partie du Contenu Utilisateur par l’internaute entraîne la résiliation de la licence consentie à l’Imprimerie Notre-Dame, sous réserve des utilisations en cours au moment de la suppression. Toutefois, dans cette hypothèse, L’Imprimerie Notre-Dame est autorisée à conserver des copies archivées par mesure de protection.

3.4. Restrictions d’usage et code de bonne conduite

L’internaute accepte expressément de ne pas utiliser le site croixdubenin.com aux fins suivantes :

–          charger, publier, transmettre, partager, stocker ou diffuser sur le site croixdubenin.com un contenu préjudiciable, menaçant, illégal, diffamatoire, non autorisé, abusif, injurieux, malveillant, vulgaire, obscène, incitant à la violence, à la haine raciale ou ethnique, frauduleux ou portant atteinte à la vie privée de tiers ou aux droits à l’image de tiers ;

–          charger, publier, transmettre, partager, stocker ou diffuser sur le site croixdubenin.com une opinion ou une vue politique ou religieuse excessive ;

–          charger, publier, transmettre, partager, stocker ou diffuser depuis le site croixdubenin.com sur tous autres supports des contenus publiés par d’autres utilisateurs ;

–          charger, publier, transmettre, partager, stocker ou diffuser sur le site croixdubenin.com des publicités, sollicitations, contenus promotionnels, messages indésirables, spam, chaînes de lettres, des ventes pyramidales ou tout autre forme de sollicitation non autorisée ou non sollicitée ;

–          créer plusieurs comptes utilisateurs ;

–          créer un compte utilisateur pour le compte d’un tiers ;

–          charger, publier, transmettre, partager, stocker ou diffuser sur le site croixdubenin.com des données personnelles relatives à un tiers (adresses, numéros de téléphone, adresses électroniques, numéros cartes bancaires, numéros sécurité sociale, etc.) ;

–          usurper l’identité d’une autre personne ou entité, falsifier ou dissimuler votre identité, fournir des coordonnées fausses ou tronquées ;

–          extraire ou collecter des adresses électroniques ou d’autres informations relatives à d’autres utilisateurs ou internautes du site croixdubenin.com à des fins de communication non sollicitées ;

–          solliciter des informations personnelles des autres utilisateurs ou des mots de passe à des fins commerciales ou illégales ;

–          utiliser le site croixdubenin.com de manière illégale ou par tout moyen susceptible d’endommager, de désactiver, de surcharger ou d’altérer le site ;

–          charger, publier, transmettre, partager, stocker, diffuser ou rendre disponible sur le site croixdubenin.com tout élément contenu des virus informatiques ou tout code, fichier, programme informatique conçu pour interrompre, détruire ou limiter la fonctionnalité de logiciels, d’équipements informatiques ou de télécommunications.

4. Commentaires

L’objectif des espaces « Commentaires » (Espaces de contribution) du site croixdubenin.com est de donner la parole aux internautes pour qu’ils partagent, entre eux, leurs analyses, expériences et connaissances. Ce forum permet d’échanger des informations, donner des conseils, des bons plans, des avis, poser des questions, raconter vos expériences etc.

Voici énumérées ci-dessous quelques règles d’utilisation de ces espaces de contribution.

4.1. Responsabilités

Le site croixdubenin.com n’est pas responsable du contenu de ces espaces de contribution et ne garantit ni l’exactitude, ni la véracité, ni la valeur officielle d’aucun message. Les messages sont la propriété de leurs auteurs. Ils expriment une opinion de leurs auteurs, pas nécessairement celle du site croixdubenin.com.

Tous messages contrevenant aux règles d’utilisation du site, à la loi, ou à tout autre code de conduite, n’engage que la responsabilité de leurs auteurs. 

Bien que contrôlé au mieux, avec une volonté d’optimiser les délais et conditions de contrôle sur le contenu, par des ayants droits de ces espaces de contribution, le terme « modération » ne signifie pas que le site croixdubenin.com ou les ayants droit de ces espaces de contribution disposent d’un contrôle total sur les messages de ces espaces de contribution. 

N’importe quel internaute, qui estime qu’un message envoyé est répréhensible, est encouragé à nous contacter immédiatement par email à contactcroixdubenin@gmail.com, ou à l’aide de l’outil d’alerte mis à disposition (« Signaler pour abus »).

4.2. Rédaction

L’internaute utilisateur accepte expressément le code de bonne conduite suivant :

En toutes circonstances, rester courtois, et faire preuve de bienséance et de politesse envers les autres utilisateurs des espaces de contribution ;

Soigner son écriture et son orthographe, ne pas utiliser le style SMS, ne pas habiller de texte de manière trop voyante, ne pas charger d’avatar trop lourd (en poids du fichier), ne pas écrire tout en majuscule ; 

Ne publier son message que dans une seule rubrique ou à la suite d’un seul article. Ne pas poster plusieurs fois le même message.

4.3. Espaces publicitaires

Ces espaces de contribution ne sont pas un espace publicitaire. Les professionnels qui souhaitent y faire de la publicité via un bandeau publicitaire doivent prendre contact avec la régie publicitaire habilitée à produire la meilleure offre.

Si l’internaute, individu, association ou société commerciale, souhaite faire connaître son site, il peut prendre contact avec croixdubenin.com, Par téléphone : +229.66.76.77.46 / +229.21.32.12.07 / +229.21.32.11.19, ou par email : contactcroixdubenin@gmail.com.

4.4. Modération

Un modérateur (Animateur de ces espaces de contribution) est susceptible de supprimer ou modifier toute contribution qui ne serait pas en relation avec le thème de discussion abordé, la ligne éditoriale du site, ou qui serait contraire à la loi. Il n’est pas tenu de se justifier. 

L’animateur de ces espaces de contribution se réserve le droit de modifier le titre d’une discussion pour des raisons de lisibilité. 

Dans le cas d’une faute grave, des sanctions pourront être prises à l’encontre de l’internaute utilisateur, pouvant conduire par exemple à une exclusion momentanée ou définitive du forum croixdubenin.com, sans préjuger d’éventuelles poursuites judiciaires. 

Les internautes utilisateurs de ces espaces de contribution sur le site croixdubenin.com s’engagent à respecter cette charte. Cette charte pourra être modifiée ultérieurement si l’administrateur du site le juge utile.

5. Services

5.1. Garanties

Des liens hypertextes peuvent renvoyer vers d’autres sites que le site croixdubenin.com. L’Imprimerie Notre-Dame dégage toute responsabilité dans le cas où le contenu de ces sites contreviendrait aux dispositions légales et réglementaires en vigueur.

L’Imprimerie Notre-Dame ne pourra être tenu responsable en cas de défaillance du service du à la transmission d’informations inexactes ou erronées par le client, notamment en cas d’adresse email non valide.

Tout changement dans les informations relatives au client et nécessaire au bon fonctionnement du service peut être effectué directement par le client sur le site croixdubenin.com en modifiant les données de son compte. L’Imprimerie Notre-Dame ne pourra être tenu responsable en cas de défaillance du client à ce titre.

5.2. Propriété intellectuelle

Tous les textes, commentaires, ouvrages, photos, illustrations, images, logos et cartes reproduits dans le cadre des services ou des guides du site croixdubenin.com sont réservés au titre du droit d’auteur ainsi qu’au titre de la propriété intellectuelle et pour le monde entier.

Toute utilisation autre que pour un usage privé, et notamment toute transmission à un tiers, par quelque moyen que ce soit ou sur quelque support que ce soit, est constitutive de contrefaçon et sanctionnée au titre de la propriété intellectuelle sauf autorisation préalable de L’Imprimerie Notre-Dame.

Toute reproduction totale ou partielle du site croixdubenin.com est strictement interdite.

5.3. Service clientèle

Pour toute information ou question au sujet d’un abonnement, d’un réabonnement, d’un changement d’adresse ou de toutes autres demandes ou anomalies relatives à ces services, le service clients de l’Imprimerie Notre-Dame est à disposition du lundi au vendredi, de 9h00 à 12h15 et de 15h00 à 18h30, à l’adresse suivante : Imprimerie Notre-Dame 01 BP 105 Cotonou, et aux numéros suivants : +229.66.76.77.46 / 21.32 .12.07 / 21.32.11.19).

5.4. Litiges

Les présentes conditions générales de vente sont régies par le droit béninois. En cas de litige, seul les tribunaux Béninois seront compétents. 

Les présentes conditions générales de vente peuvent être modifiées à tout moment par L’Imprimerie Notre Dame sans préavis.

 

Cookies

Informations sur l’utilisation des cookies

 

Lors de la consultation du site http://croixdubenin.com, des informations relatives à la navigation de votre terminal (ordinateur, tablette, smartphone, etc.) sur notre site sont susceptibles d’être enregistrées dans des fichiers texte appelés « Cookies », installés sur votre terminal, sous réserve de vos choix concernant les Cookies, que vous pouvez modifier à tout moment.
Seul l’émetteur d’un Cookie est susceptible de lire ou de modifier des informations qui y sont contenues.
Cette page vous permet de mieux comprendre comment fonctionnent les cookies et comment utiliser les outils actuels afin de les paramétrer.

QU’EST-CE QU’UN COOKIE ?

Un cookie est un petit fichier texte déposé sur votre ordinateur lors de la visite d’un site ou de la consultation d’une publicité. Ils ont notamment but de collecter des informations relatives à votre navigation sur les sites et de vous adresser des services personnalisés.
Dans votre ordinateur les cookies sont gérés par votre navigateur internet.

DIFFÉRENTS TYPES DE COOKIES

Les Cookies pouvant être implantés
Lorsque vous vous connectez à notre site, nous pouvons être amenés à installer divers Cookies dans votre terminal pour nous permettre de reconnaître votre navigateur pendant la durée de validité du Cookie concerné, et pour nous permettre :

  • D’établir des statistiques et volumes de fréquentation et d’utilisation des divers éléments composant notre site, nous permettant d’améliorer l’intérêt et l’ergonomie de nos services ;
  • D’adapter la présentation de notre site aux préférences d’affichage de votre terminal (langue utilisée, résolution d’affichage, système d’exploitation utilisé, etc.) lors de vos visites sur http://croixdubenin.com selon les matériels et les logiciels de visualisation ou de lecture que votre terminal comporte ;
  • De mémoriser des informations relatives à un formulaire que vous avez rempli sur notre site (inscription ou accès à votre compte);
  • De vous permettre d’accéder à des espaces réservés et personnels de notre site, tels que votre Espace personnel, grâce à des identifiants ou des données que vous nous avez éventuellement antérieurement confiés ;
  • De mettre en œuvre des mesures de sécurité, par exemple lorsqu’il vous est demandé de vous connecter à nouveau à un contenu ou à un service après un certain laps de temps.

Les Cookies émis par des tiers
Nous tenons à vous informer que certaines entreprises tierces sont susceptibles d’émettre des Cookies à partir de certains espaces accessibles sur notre site.
L’émission et l’utilisation de Cookies par ces entreprises sont soumises aux politiques de ces entreprises.
En particulier, nous sommes susceptibles d’inclure sur notre site des applications informatiques émanant de tiers, qui vous permettent de partager des contenus de notre site avec d’autres personnes ou de faire connaître à ces autres personnes votre consultation ou votre opinion concernant un contenu de notre site. Tel est notamment le cas des boutons « Partager », « J’aime », issus de réseaux sociaux tels que Facebook etc.
Le réseau social est susceptible de vous identifier grâce à ce bouton, même si vous ne l’avez pas utilisé lors de votre consultation de notre site. Ce type de bouton applicatif peut permettre au réseau social concerné de suivre votre navigation sur notre site, du seul fait que votre compte au réseau social était activé sur votre terminal (session ouverte) durant votre navigation sur notre site.
Nous n’avons aucun contrôle sur le processus employé par les réseaux sociaux pour collecter des informations relatives à votre navigation sur notre site et associées aux données personnelles dont ils disposent. Nous vous invitons à consulter les politiques de protection de la vie privée de ces réseaux sociaux afin de prendre connaissance des finalités d’utilisation, notamment publicitaires, des informations de navigation qu’ils peuvent recueillir grâce à ces boutons applicatifs. Ces politiques de protection doivent vous permettre d’exercer vos choix auprès de ces réseaux sociaux, notamment en paramétrant vos comptes d’utilisation de chacun de ces réseaux.

ACCEPTER OU REFUSER LES COOKIES

Vous disposez de différents moyens pour gérer les cookies.

Le paramétrage de votre navigateur internet
Vous pouvez configurer votre logiciel de navigation de manière à ce que des Cookies soient enregistrés dans votre terminal ou qu’ils soient rejetés, soit systématiquement, soit selon leur émetteur.
Vous pouvez également configurer votre logiciel de navigation de manière à ce que l’acceptation ou le refus des Cookies vous soient proposés ponctuellement, avant qu’un Cookie soit susceptible d’être enregistré dans votre terminal.
Voici comment contrôler ou empêcher l’enregistrement des cookies :
La configuration de chaque navigateur est différente. Elle est décrite dans le menu d’aide de votre navigateur, qui vous permettra de savoir de quelle manière modifier vos souhaits en matière de cookies.
Vous pouvez désactiver les cookies en suivant les instructions comme suit :

  1. Si vous utilisez le navigateur Internet Explorer
    Dans Internet Explorer, cliquez sur le bouton Outils, puis sur Options Internet.
    Sous l’onglet Général, sous Historique de navigation, cliquez sur Paramètres.
    Cliquez sur le bouton Afficher les fichiers.
    Cliquez sur l’en-tête de colonne Nom pour trier tous les fichiers dans l’ordre alphabétique, puis parcourez la liste jusqu’à ce que vous voyez des fichiers commençant par le préfixe » Cookie «. (tous les cookies possèdent ce préfixe et contiennent habituellement le nom du site Web qui a créé le cookie).
    Sélectionnez le ou les cookies comprenant le nom http://croixdubenin.com et supprimez-les
    Fermez la fenêtre qui contient la liste des fichiers, puis cliquez deux fois sur OK pour retourner dans Internet Explorer.
  2. Si vous utilisez le navigateur Firefox
    Allez dans l’onglet » Outils « du navigateur puis sélectionnez le menu » Options «
    Dans la fenêtre qui s’affiche, choisissez » Vie privée « et cliquez sur » Affichez les cookies
    Dans la fenêtre qui s’affiche, choisissez » Vie privée « et cliquez sur » Affichez les cookies
    Repérez les fichiers qui contiennent le nom http://croixdubenin.com Sélectionnez-les et supprimez-les.
  3. Si vous utilisez le navigateur Safari
    Dans votre navigateur, choisissez le menu Édition > Préférences.
    Cliquez sur Sécurité.
    Cliquez sur Afficher les cookies.
    Sélectionnez les cookies qui contiennent le nom http://croixdubenin.com et cliquez sur Effacer ou sur Tout effacer.
    Après avoir supprimé les cookies, cliquez sur Terminé.
  4. Si vous utilisez le navigateur Google Chrome
    Cliquez sur l’icône du menu Outils.
    Sélectionnez Options.
    Cliquez sur l’onglet Options avancées et accédez à la section « Confidentialité ».
    Cliquez sur le bouton Afficher les cookies.
    Repérez les fichiers qui contiennent le nom http://croixdubenin.com Sélectionnez-les et supprimez-les.
    Cliquez sur » Fermer « pour revenir à votre navigateur.

PLUS D’INFORMATION SUR LES COOKIES

Sur le site français de la CNIL : http://www.cnil.fr/vos-droits/vos-traces/les-cookies. La CNIL béninoise n’offre pas encore d’informations sur le sujet.