« Entre dans la joie de ton Maître »

Lectio DIvina


« Entre dans la joie de ton Maître » Voilà bien un visage vrai de Dieu, que Jésus est venu nous révéler. Un Maître, oui, mais pas n’importe lequel ! Un Maître qui désire nous faire partager ses trésors, ses richesses. Tout d’abord, Dieu nous confie à chacun des dons. Personne ne peut dire qu’il n’a pas reçu de « talents ». Mais ces dons de Dieu portent une responsabilité. Dieu nous a créés à son image et à sa ressemblance.

Il veut nous faire participer à sa création, à la construction d’un monde de justice, de paix, et de droiture. Nous avons donc à prendre au sérieux nos devoirs. Nous ne pouvons pas vivre n’importe comment, comme si nous étions seuls au monde, ou comme si les autres n’existaient pas. Nous sommes d’abord responsables les uns des autres, nos dons ne peuvent servir qu’à nous-mêmes, ils doivent être à la disposition, et pour le bien-être de tous.

Les trois serviteurs nous montrent que, devant les dons reçus, nous avons l’option, soit de les faire fructifier, et ainsi nous participons à l’œuvre de Dieu, soit d’avoir peur et de les enterrer, c’est-à-dire ne pas les utiliser pour le bien de tous. A nous de choisir ! Nous trouvons ici, un passage de l’Evangile qui nous aide à comprendre combien Dieu prend soin de nous.

Il nous donne tout ce dont nous avons besoin pour vivre, pour répondre à son invitation à aimer, mais il attend notre réponse. Sans notre réponse, rien ne se fera ! Nous réussirons notre vie dans la mesure où nous avons une pleine confiance en Dieu, non seulement quand tout va bien, mais lorsque viennent les difficultés, les défis, où notre foi est mise à l’épreuve. Car, c’est bien à ces moments-là que nous saurons ce que vaut notre confiance.

Quelle est ma réaction devant les épreuves qui m’assaillent ? Est-ce que je continue à faire confiance, mettant ma foi en Lui seul, cherchant dans sa Parole, dans un « cœur-à-cœur avec lui» la solution, ou est-ce-que je cherche ailleurs des "coupables", des "responsables" de ma situation présente ? Très souvent dans l’Evangile, Jésus loue la foi de tel ou tel qui le croise sur son chemin : « Je vous le dis: pas même en Israël, je n’ai trouvé une telle foi.» (Lc 7,9): « Ta foi t’a sauvée; va en paix.» (Lc 7, 49) ; « O femme, grande est ta foi!». (Mt 15, 28) Puissions-nous être de ceux qui, ayant découvert le Maître bon et aimant, lui font ensuite pleinement confiance en fructifiant les dons qu’il leur a confiés ! Nous connaîtrons alors la joie de vivre en sa présence !

La rédaction