« La journée chrétienne du travail entend motiver le personnel de nos institutions »

HACHEME

Entretien exclusif avec le père Hermann Hachémè 

Dans le souci de rendre performant les travailleurs de l’archidiocèse de Cotonou, Mgr Roger Houngbédji et tout son conseil organisent le samedi 05 mai 2018, la première édition de la journée chrétienne du travail. Dans cet entretien, le directeur diocésain des ressources humaines, le père Hermann Hachémè explique le bien-fondé de cette initiative, très bénéfique pour le diocèse.

« La Croix du Bénin » : Dans le cadre de la célébration de la fête du travail, l’archidiocèse de Cotonou organise une journée du travailleur chrétien. Pourquoi cette initiative et quelle en est l’opportunité pour le diocèse de Cotonou ?

Père Hermann Hachémè : Je rends d’abord grâce à Dieu qui a inspiré au prélat de notre archidiocèse l’initiative de créer le service de l’administration et des ressources humaines qui a évolué pour devenir plus tard, la direction diocésaine des ressources humaines. C’est au nom de cette direction que pour la première fois, nous organisons dans le cadre de la fête du travail, la fête pour les travailleurs chrétiens de l’archidiocèse de Cotonou. Cette initiative entend donner un sang neuf aux travailleurs de notre diocèse. Je remercie Mgr Roger Houngbédji qui a donné son accord pour l’organisation de cette journée et qui nous soutient fortement.

Cette journée chrétienne du travail entend motiver le personnel de nos institutions. C’est une première édition à laquelle le personnel des paroisses et de toutes les entités du diocèse de Cotonou sont invités. C’est également un rendez-vous qui nous permet d’aborder deux thèmes. Selon le livre de la Genèse, nous avons hérité le travail de Dieu. Alors en tant que chrétien, comment pouvons-nous assumer et assurer ce travail ? L’impact de cette journée sera très positif parceque les conférenciers choisis et la richesse des thèmes permettront aux travailleurs de nos institutions d’être plus motivés au travail.

La première conférence a pour thématique : Le travail, un bien divin donné à l’homme. Il s’agira d’aborder grâce à ce thème, la dimension théologique du travail. La deuxième conférence est intitulée : Les fruits de la motivation au travail. Dans toute vie, il y a des hauts et des bas. Il en est de même dans le travail. Il y a des moments où le travailleur se sent bien dans son travail comme il y a d’autres moments où il se trouve dans un autre état. Si le bon diagnostic n’est pas fait, on passe à côté de la réalité. C’est ce côté managérial du travail qui nous permettra d’aborder les principaux facteurs de la motivation au travail.

Au-delà de cette fête, qu’attendez-vous des travailleurs chrétiens de nos institutions ?

Nous attendons surtout un renouveau au niveau de la mentalité et de l’engagement. En réalité, s’il est donné à tout homme de travailler pour son épanouissement, travailler dans une institution chrétienne catholique permet d’apprécier autrement le sens du travail qui est d’essence divine. Nous n’ignorons pas les difficultés et les conditions de travail dans nos institutions. C’est pourquoi, avec le vicaire général, le père Théophile Akoha, nous avons beaucoup d’idées que nous envisageons mettre en valeur dès la rentrée pastorale prochaine pour le compte des travailleurs du diocèse de Cotonou. Nous comptons organiser une retraite en début d’année pour les nouveaux recrus. Ceci dans l’objectif de leur montrer dans quel esprit de famille, le fidèle catholique doit pouvoir travailler au sein d’une institution chrétienne.

Avez-vous alors un appel à l’endroit des travailleurs au sein de nos structures ecclésiales ?

En visitant les travailleurs de nos institutions, je leur dis souvent ces mots : « En vous voyant travailler, j’ai toujours envie d’aller très loin ». Il faudrait que chacun puisse se motiver et que chaque travailleur ait un engouement à aller plus loin dans son travail. C’est tout le bien que Mgr Roger Houngbédji et tout le conseil du diocèse souhaitent pour les travailleurs. Qu’ils puissent effectivement marquer la différence. On ne peut pas être de simples travailleurs comme ceux du secteur public. Nous devons savoir marquer la différence compte tenu de notre identité de chrétiens catholiques. Commençons par mettre de la rigueur dans le travail car organiser, c’est prévoir, c’est anticiper. Bonne fête à tous nos travailleurs.

Père Serge Bidouzo

Propos recueillis par Serge N. BIDOUZO