« La paroisse, c’est le lieu de rassemblement des "Fous de Dieu" »

Homélie du Mgr

 (Homélie de Mgr Barthélemy Adoukonou, le dimanche 10 juin 2018, à l'occasion des 60 ans de la paroisse Sacré-Coeur d'Akpakpa)

Frères et soeurs, Nous sommes au 3e jour de la fête des 60 ans de notre paroisse, et l’évangile du jour s’offre à nous comme une définition simple et vivante de ce qu’une paroisse veut dire. La paroisse, c’est le rassemblement autour de Jésus de ceux qui font la volonté de Dieu, le Père de ce Jésus qui est en personne Accomplissement de sa volonté.

Il était si brûlé de l’intérieur de lui-même par l’Esprit-Saint que la foule le pressait, sans qu’il puisse trouver le temps de manger. Il était devenu, à travers les paroles qui sortaient de sa bouche, comme le pain que dévorait la foule. Il était, comme on le dit des grands orateurs, proprement « mangés ». Pour cette raison, sa parenté disait qu’il avait perdu la tête, et elle vient le chercher.

Frères et soeurs, avez-vous jamais compris que la paroisse, c’est le lieu de rassemblement des « Fous de Dieu » ? Quand nous quittons nos familles pour venir ici, pensons-nous nous rendre au lieu où les Fous de Dieu s’organisent activement comme des superdoués pour faire la volonté du Père des cieux ?

Au 1er jour de la fête des 60 ans, il nous a certainement été lu, à l’une ou à l’autre célébration, le texte extraordinaire de Saint Paul, où on l’entend comme en plein délire : il invite les fous comme lui, à se donner la main pour qu’ensemble, ils deviennent les arpenteurs de l’Amour de Dieu, disons plus concrètement comme Jésus dans l’évangile de ce jour, les arpenteurs de la « volonté de Dieu ».Nous devons mesurer la longueur, la largeur, la hauteur, la profondeur...Pour faire bref, Paul dit : « mesurer la plénitude de l’Amour de Dieu ! ».

Vous avez compris, frères et soeurs, cette volonté de Dieu notre Père, c’est que nous soyons tous sauvés, sans exception.

La première lecture de ce jour nous a fait voir nos premiers parents misérablement situés dans leur premier péché, dans le péché originel. Le Père créateur, profondément blessé pour avoir été soupçonné d’être le contraire de lui même, vient pour juger et remettre en ordre la famille, qu’il voulait fonder avec Adam et Eve. Quand il pose la question à Adam de savoir d’où il a pu tirer cette compréhension de Lui, son Créateur et Père, Adam répond que cela ne vient pas de lui, mais d’Eve. Eve interrogée répond que cela ne vient pas d’elle,mais du serpent. Dieu prononce le jugement, en promettant que cette intelligence de ruse et d’orgueil qui crée la division sera totalement confondue avec la poussière et la boue. Elle sera surtout totalement éradiquée.

Dieu promet la victoire finale.C’est en son Fils Jésus, « Dieu sauve », qu’il tient parole. Nous voyons bien que le Père lui-même est le premier Fou d’amour. Il n’a que son propre être d’amour comme moyen d’action. C’est avec cet amour qu’il va repousser Satan hors du jardin d’Eden et instauré la famille dont il a le rêve.

Frères et soeurs, dans la première partie de l’évangile, nous voyons que la parenté de Jésus, tout comme les nôtres, ne le comprend pas. Elle estime que Jésus est fou et veut le ramener à la raison. Nos familles aussi nous trouvent fous, quand nous voulons faire comme Jésus la volonté de Dieu dans toute sa radicalité.

Dieu, au jardin de la chute, n’a pas voulu composer en quoi que ce soit avec l’esprit mauvais qui est « menteur et homicide » depuis les origines. Il l’a éjecté et réduit à les origines. Il l’a éjecté et réduit à ramper dans la poussière. Nos familles veulent par ignorance composer avec l’intelligence astucieuse et méchante de Satan. Si nous voulons trouver le salut, nous devons épouser pour toujours la folie de Jésus, rompre avec les compromis que font nos sagesses ancestrales avec l’intelligence satanique qui tente de ruiner l’amour du sein des familles. Nous devons aimer et n’utiliser que l’amour comme moyen, tout comme notre Père, le Père de Jésus-Christ. Ne faisons aucune concession à l’intelligence qui divise et qui est celle du diable.

Frères et soeurs, les baptisés de ce jour, voilà la famille de Jésus, voilà la famille des quêteurs de la plénitude de l’Amour, voilà ce qu’est la paroisse. Dans cette nouvelle Famille qu’anime l’Esprit Saint, c’est l'union et la communion qui sont les seules principes de vie.

Les responsables religieux accusent Jésus d’être le prince des démons, Béelzéboul. Il répond que s’il en était ainsi, ce serait la ruine de la famille de Béelzéboul. Mais qu’il y a pire pour Béelzéboul « l’homme fort » de la parabole : Lui, Jésus, « le plus fort », est venu réduire en poussière Satan, lui arracher le règne qu’il a usurpé.

C’est ce « plus fort », ce Jésus de Nazareth, le Fils de Dieu, pleinement animé du plus profond de lui-même par l’Esprit, qui est venu ruiner le règne usurpé de Satan, et faire advenir le règne de son Père, cela ensemble avec nous tous. C’est, animé de cet Esprit, qui est en Dieu la relation d’amour et de communion toujours plus grande, que Jésus vous dit, en vous regardant dans les yeux : « Mon frère, ma soeur,  ma mère, c’est vous, vous qui faites la volonté de mon Père ».

Voilà, frères et soeurs, futurs baptisés de ce jour, la grâce du baptême au nom de celui qui vous regarde avec amour et vous introduit ce jour dans la Famille de son Père qu’anime l’Esprit Saint. Mais ce ne sera pas pour vivre renfermés dans un cocon. Vous êtes déjà en tension vers la mission, que vous devez prolonger dans le dynamisme de cette grande et belle paroisse. C’est pour cela que l’archevêque est venu hier redynamiser la paroisse, en donnant la confirmation à tant de fidèles. Rendons grâce à Dieu ! 

Je fais le voeu que vous restiez toujours enthousiastes de Jésus, que vous ne péchiez jamais contre l’Esprit Saint et que vous demeuriez toujours des Fous d’Amour de lui, et, comme lui-même, fou d’amour pour le Père, dans l’Esprit qui est leur communion, pour les siècles des siècles. Amen !

Mgr Barthélemy Adoukonou