Avent, temps de sanctification !

Avent

A peine avons-nous fini de célébrer le Christ, Roi de l’Univers, que nous entrons de plain-pied dans le temps de l’Avent. Cet Avent qui doit nous être sanctificateur et salvateur. En cela justement que c’est un temps qui nous prépare en L’Église, à la venue du Sauveur Jésus Christ, Fils de Dieu dont la naissance à Noël apporta à notre Humanité perdue et désespérée, la lumière, il y a plus de deux mille ans.

Une lumière devant éclairer les ombres et autres ténèbres dans le monde, éclairant nos vies, tout en indiquant le chemin du vrai salut. Et à sa venue, Jésus Christ n’a-t-il pas dit, qu’il est le chemin, la vérité et la vie, comme nous l’indique si bien l’un des passages de l’évangéliste Saint Jean.

Et Dieu lui-même, l’Omniscient et l’Omnipotent qui s’est fait l’Emmanuel, par son unique Fils bien-aimé, sait bien que tout en étant Amour, il fallait prouver à ses pauvres créatures que nous sommes, que tout en étant transcendant, il fallait cette proximité divine qui rassure les hommes et les femmes qui le cherchent et qui finissent par le trouver.

Et en le trouvant, en le découvrant, en faisant son expérience et en se convaincant de son véritable amour pour tous les hommes, qui qu’ils soient et où qu’ils soient, c’est l’accueil de son Fils, le Prophète des prophètes, qui est primordial. Car sans l’accueillir, il ne saurait agir pour transformer nos vies, afin de nous conduire au Père.

D’où les prédispositions et attitudes à avoir, pour que le don de Dieu, par son Fils soit bien compris et apprécié.

S’y préparer donc, c’est mettre à profit le temps de l’Avent que nous offre l’Église catholique romaine qui tient bien évidemment à notre sanctification et par conséquent à notre salut. Ainsi, loin de tout exercice quelconque de piété, de tout acte de foi et surtout d’un rituel annuel de chrétien voulant se donner bonne conscience, la préparation spirituelle assortie d’actes de charité, de partage, d’attention à l’autre et du mourir à soi, qui nous est recommandée tout au long du temps de l’Avent, n’est qu’une étape indispensable et décisive qui nous rapproche de Celui que nous nous apprêtons à accueillir dans la foi et avec ferveur à Noël.

Certes, durant l’Avent, les préceptes, les recommandations, les enseignements et les conseils de l’Église sont les canevas à suivre, mais chacun de nous a les aspérités de sa vie, les limites, les insuffisances et les incohérences de sa foi à reconnaître et à confier au Seigneur. De sorte qu’en empruntant des étapes, en entreprenant des démarches et en reconnaissant nos faiblesses humaines, Dieu veuille nous prendre davantage en pitié, par l’intermédiaire de son Fils qu’il a envoyé, pour nous conférer différentes grâces et surtout celle du salut éternel.

A nous donc, de ne pas prendre ou considérer les temps de l’Avent qui surviennent dans nos vies, comme de simples moments de préparation ou de rituels aux effets passagers ou occasionnels dont il faut s’accommoder, comme s’il s’agissait de formalités que l’Église nous demande de remplir, pour juste montrer à la face du monde, que nous sommes de bons chrétiens. Ce serait faire fausse route !

Bon temps de l’Avent à tous, et que Dieu nous donne déjà de commencer par faire l’inventaire de notre vie de foi, afin d’implorer sa miséricorde, tout en nous rapprochant de son Fils qui nous naîtra à Noël, pour le salut de l’Humanité.

Portrait abbé Acapovi 

Abbé Crépin M. Acapovi, directeur de publication

A lire également :

- Avent : Veillons !