Bannière Site Test 12

La motivation du personnel dans un centre de santé confessionnel (Second partie)

Eglise et ressources humaines

Au-delà de la rémunération, la communication, la culture d'entreprise et l'amélioration des conditions matérielles de travail sont des facteurs de motivation du personnel dans les centres de santé confessionnels. Le père Adelphe Adambadji projette une lumière sur ces éléments afin d'améliorer l'ambiance de travail dans les hôpitaux confessionnels du Bénin.

Puisque l'Église souhaite que nos hôpitaux et centres de santé restent viables, elle doit, mis à part des « attendus des employés», motiver ces derniers. C’est pourquoi les gestionnaires de nos hôpitaux et centres de santé doivent adapter leur langage, modifier si besoin leur mode de management mais également améliorer leur communication avec les employés.Voici les principaux facteurs de motivation au travail que nous proposons:

1. La rémunération

Il s’agit d’un levier classique et un facteur de motivation indiscutable. Cependant, il faut qu’elle possède véritablement un impact durable sur la motivation des collaborateurs. La rémunération n’est pourtant pas la seule chose qui peut motiver un collaborateur. Cela peut aussi bien être un facteur de motivation comme de démotivation. Une chose est sûre : un dispositif de motivation adéquat doit être mis en place. Cette rémunération est insaisissable quoi qu’en soit la raison. Nous devons prouver par nos actions concrètes aux agents de santé que nos hôpitaux et centres de santé peuvent durer dans le temps ; cela permettra aux salariés, même s'ils sont en contrat à durée déterminée2, d'avoir une stabilité dans l'emploi à condition qu'ils se donnent à leur tâche pour un renouvellement continuel de leur contrat.

2. La culture et le projet d’entreprise

La culture d’entreprise est un ensemble de valeurs, de modes de pensées, de croyances partagées entre les membres d’une entreprise. C’est la manifestation du vécu de l’identité1. C’est aussi un ensemble de références partagées qui peuvent marquer la vie de l’entreprise. La culture est le fruit d’une succession d'événements, des réussites ou des crises qui peuvent marquer la vie de l’entreprise. La culture d’entreprise oriente et facilite les efforts des salariés vers la réalisation d’objectifs communs car elle favorise la cohésion. Elle assure une simplification des structures des consignes. L’idéal est une culture commune qui soit partagée par tous les membres ; ce qui implique une forte socialisation. À défaut de bus de service pour le transport en commun des salariés de nos hôpitaux et centres de santé, nous proposons qu’une analyse de contrat et dettes des agents de santé soient faites dans l’objectif de voir si nos structures peuvent préfinancer, malgré la morosité ambiante dans le pays.

C’est réellement l’un des éléments qui permettra au collaborateur de s’investir et surtout de durer dans l’entreprise. Nous devons prouver par nos actions concrètes aux agents de santé que nos hôpitaux et centres de santé peuvent durer dans le temps ; cela permettra aux salariés, même s'ils sont en contrat à durée déterminée2, d'avoir une stabilité dans l'emploi à condition qu'ils se donnent à leur tâche pour un renouvellement continuel de leur contrat.

3. Les conditions de travail

Pouvoir travailler dans de beaux locaux ou avoir des horaires flexibles ou encore jouir, par exemple, d’une certaine autonomie dans le quotidien est source de motivation pour l’agent de santé. Pouvoir aussi se déplacer aisément pour venir au service peut être aussi une source de motivation. Ainsi, à défaut de bus de service pour le transport en commun des salariés de nos hôpitaux et centres de santé, nous proposons qu’une analyse de contrat et dettes des agents de santé soient faites dans l’objectif de voir si nos structures peuvent préfinancer, malgré la morosité ambiante dans le pays et le désastre financier et économique que nous observons dans certains de nos hôpitaux et centres de santé, un moyen de déplacement individuel aux agents pour un remboursement mensuel sans bénéfice.

4. Le management et la communication

Le management et la communication sont très importants dans le processus de motivation. En effet, un manager de centre de santé qui communique permet au personnel d’avoir une vision claire des tâches à accomplir et des objectifs du centre. Motiver par le dialogue social est indéniable ! En effet, la limitation des conflits et la facilitation du dialogue contribuent au bien-être du collaborateur. Ce dernier sera beaucoup plus investi et motivé.

5. Le développement des compétences professionnelles

L’augmentation des connaissances par exemple par le biais dela formation permettra à l’agent de santé d’évoluer au sein de l’entreprise, d’être plus autonome mais aussi plus efficace pour une efficience de nos hôpitaux et centres de santé. Nous devons donc veiller à l’organisation, soit à l’interne, soit à l’externe, des formations périodiques. C’est une source de motivation au travail et en même temps de satisfaction du patient.

6. L’amour du prochain prescrit par le Christ

Ce qui doit être au-delà de tout, au regard de la philosophie et des objectifs de nos hôpitaux et centres de santé, c’est le sens de l’autre, du souffrant. C’est-à-dire que nous devons être mus par l’amour de Dieu et du prochain : « cherchez d’abord le royaume de Dieu et sa justice, et tout le reste vous sera donné par surcroît » (Mt 6,33). Jésus prononce cette parole à la fin d’un discours où il évoque ce qui est l’essentiel des préoccupations vitales : que vais-je manger et boire, de quoi vais-je me vêtir ?

Nous recherchons ce qui nous est nécessaire en sachant que nous ne sommes jamais satisfaits (ou très rarement) de ce que nous avons. Nous vivons dans le siècle du quantitatif. Nous considérons l’acquisition des biens et des denrées comme prioritaire. Devant l’insatisfaction générée par le «jamais assez», n’oublions pas la Parole du Christ : «A quoi sert à un homme de gagner le monde s’il envient à perdre son âme ? » (Mc 8,36). Jésus nous rappelle l’ordre des choses : le royaume de Dieu d’abord. « La vie n’est-elle pas plus que la nourriture et le corps plus que la nourriture et le corps plus que le vêtement ? » (Mt 6,25).

Ce que nous cherchons à acquérir par nous-mêmes avec tant d’âpreté et d’angoisse, c’est ce queDieu est prêt à nous donner si nous nous occupons du Royaume, du pauvre, du souffrant, du prochain. Ce royaume de Dieu et sa justice, c’est ce que le bon samaritain a fait et il devient pour nous un modèle d’aide-soignant, mieux d’agent de santé (Lc 10, 25-37). C’est là notre motivation première et totale. Je quitte ma maison à cause du prochain qui agonise sur la route,c’est-à-dire à l’hôpital ou au centre de santé. Je suis mû par cela et par rien d’autre. Je ne suis pas mû par la « fin du mois »Ce qui doit être au-delàde tout, au regard de la philosophie et des objectifs de nos hôpitauxet centres de santé, c’est le sens de l’autre, du souffrant. C’est-àdire que nous devons être mus par l’amour de Dieu et du prochain: « cherchez d’abord le royaume de Dieu et sa justice, et tout le reste vous sera donné par surcroît » (Mt 6,33).

En guise de conclusion

Nous avons une arme fortede motivation : c’est la Parole de Dieu qui oriente toutes nos actions à la béatitude éternelle. C’est pour cela qu’il nous faut prier ensemble avant de commencer le travail et lire ensemble l’évangile du jour, mieux participer ensemble à la messe une fois au moins dans la semaine au sein de l’hôpital ou du centre de santé.

Notes :Notes :

1- L’identité d’une entreprise est l’ensemble des éléments qui permettent de distinguer cette entreprise aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur. Elle regroupe des éléments tels que l’organigramme, l’identité visuelle (logo, code couleur,architecture). Elle permet d’assurer la cohésion de l’entreprise, ainsi que sa stabilité dans le temps. L’identité permet de reconnaître une entreprise et elle facilite la capacité des salariés à s’identifier à elle.

2- Cf. Loi n° 2017-05 fixant les conditions et la procédure d’embauche, de placement de la main d’oeuvre et de résiliation de contrat de travail en République du Bénin.

Adelphe T. Adambadji