« L'histoire de cette maison ecclésiale entre dans une nouvelle phase...»

Photo discours

(Discours du Père Serge N. Bidouzo)

Cher Père Roger Sevoh, vicairegénéral

Chers père Crépin Acapovi etJean-Claude Koudessa, chers amis

Aujourd'hui, l'histoire de cette maison ecclésiale entre dans une nouvelle phase avec cette cérémonie de passation de service. Ce qui importe dans cette transmission de témoin est le terme « service ». Quel est donc ce service qui est ainsi transmis ? Je crois que c’est celui auquel le Seigneur nous fait participer en tant que chrétiens et en tant que prêtres. Il est service d'Église et suppose en effet sacrifice et don de soi. C'est le sens du ministère du prêtre qui est une source inépuisable de réflexion et de remerciement.

C’est en ce sens, cher père Crépin, qu’au nom de tout le personnel de La Croix du Bénin et de l’Imprimerie Notre-Dame je vous remercie pour le service que vous avez accompli à la tête de cette maison avec ce qu'il suppose de sacrifice, d’engagement, d’abnégation, mais aussi de joie et de croissance personnelle. Vous êtes maintenant appelé à exercer une autre responsabilité dans la même mission commune d'Église. Que l’Esprit du Seigneur vous accompagne dans ce nouveau champ de la moisson.

Chers amis, je prends la charge de la direction de cette maison avec beaucoup de reconnaissance et de sérénité étant donné que le Patron de cette entreprise c'est Jésus Christ avec les soins bienveillants de sa Mère, Marie. Nous ouvrons un nouveau cap et je voudrais que nous soyons tournés vers l'avenir. Cette institution continuera de faire son chemin avec Dieu. On ne connaît l'histoire qu'à la fin de l'histoire. Il y a dans l'avenir une part de béance. Nous avons des défis à relever ensemble et chaque défi dans la perspective chrétienne est une chance et une grâce. Pour les relever j'attends de nous fondamentalement trois attitudes, qui doivent être les piliers de notre service de collaboration : Liberté, vérité et solidarité.

La liberté est l'espace de vie de toute vraie relation et collaboration. Sans cette liberté qui est ouverture à l'autre dans ce qu'il est, l'équilibre de nos relations sera toujours fragile. Ensuite, n'ayons pas peur de la Vérité puisque c'est justement elle qui nous libère. Vérité avec soi dans le travail que chacun accomplit chaque jour pour le bien de l'entreprise, vérité avec l'autre dans le respect et l'humilité. Sans ce rapport authentique à ce que nous sommes et ce que nous faisons pour le bien de la communauté, tous nos efforts seront vains. Enfin, la conscience de la vérité intègre la possibilité de travailler et de s'engager ensemble pour le bien de l'entreprise. Elle tient effectivement de l'attention que nous portons au travail de l'autre dans la mesure où nous pouvons l'aider à progresser et à s'épanouir dans son travail. C'est ainsi que chacun pourra exercer pleinement sa responsabilité pour être à la barre du navire, non à la remorque. Dieu est toujours à l'oeuvre.