Vers une nouvelle charte des partis politiques

vers une nouvelle charte

Avec plus de 200 partis politiques, la démocratie béninoise présente des signes évidents d'un malaise dans son fonctionnement. D'où l'importance de la réforme du système partisan sur lequel doivent veiller les représentants de la Nation envue d'une charte des partis politiques de qualité.

« Comment réduire le nombre des partis politiques en respectant le multipartisme intégral contenu dans la Constitution du 11 décembre 1990 ? » C’est l’une des problématiques qui sera bientôt au coeur des débats à l’Assemblée nationale dans le cadre de la réforme du système partisan, undes chantiers du Programme d’action du gouvernement de la rupture. Il s’agit, à en croire l’ancien président à la Cour suprême, Me Abraham Zinzindohoué, président de la deuxième aile du parti "Renaissance du Bénin", de travailler au niveau des partis politiques pour faire disparaître les anciennes féodalités au profit des grands ensembles. Désormais, les petits partis politiques vont se fondre dans les grands partis politiques classiques ou régionaux qui vont, ce faisant, perdre leur privilège. Ainsi, nous n’aurons que des regroupements nationaux de partis politiques. En politicien averti, Me Zinzindohoué estime que la proposition de réforme ainsi en cours, aidera à résoudre trois questions fondamentales, à savoir « le nombre des partis politiques, l’instauration d’une éthique dans leur existence et dans leur fonctionnement et enfin, le réglage de leur financement ». Des questions qui procèdent selon lui de l’incapacité des partis politiques à conquérir le pouvoir suprêmede l’État, de leur indigence dans l’animation de la vie politique et de la multiplication des crises au sein des partis politiques. Pour plusieurs autres partisans de cette réforme, il s’agit d’en finir avec le financement occulte des partis politiques. Car « en réalité et pour se dire la vérité avouent-ils, c’est l’argent qui crée tous les problèmes au sein des partis politiques. Que faire pour ne plus être livré au bon vouloir du seul chef du parti politique,ou même au désir du seul chef de l’État ? Il en est de même du cumuldes fonctions où le seul chef du parti politique peut être à la fois maire, député ou ministre. Cela ne doit plus être ainsi dorénavant. Et c’est l’esprit même de la réforme du système partisan ».

La préoccupation qui reste et demeure ici, est de savoir si cet esprit est bien compris aujourd’hui des divers chefs de partis politiques ainsi que de leurs militants. Outre le récent séminaire parlementaire organisé par l’Assemblée nationale en février 2018, ne serait-ilpas, à cet égard, nécessaire avant toute discussion des députés en plénière au parlement, d’organiser des séances de vulgarisation de cette nouvelle proposition de loi portant charte des partis politiques en République du Bénin ? Cela n’aurait-il pas l’avantage de mettreau même niveau d’information les militants des partis politiques et leurs traditionnels chefs de partis, surtout en sa rubrique relative au financement des partis politiques? Ceci favoriserait certainement, à en croire Me Zinzindohoué, "la mise en application de manière satisfaisante pour la consolidation de notre démocratie la Constitution béninoise du 11 décembre 1990 dans son article 5 qui institute « les partis politiques comme les animateurs de la vie politique nationale, le socle de l’inspiration, de l’organisation et l’impulsion du choix par le peuple des orientations et des personnes appelées à conduire les affaires du pays ».

Portrait de guyRft2

Guy DOSSOU-YOVO