Cotonou : 25e édition du pèlerinage diocésain pour l'authenticité de la foi

25 ème pèlerinage à cotonou

Près de 20 000 fidèles du diocèse de Cotonou ont effectué, les 9 et 10 décembre 2017, le pèlerinage au sanctuaire marial Notre-Dame de la Divine Miséricorde à Allada. Le sommet de ce grand rendez-vous diocésain a été la messe pontificale de clôture présidée par Mgr Roger Houngbédji, et concélébrée par une quarantaine de prêtres. Une occasion pour le prélat d’interpeller non seulement les fidèles laïcs, mais aussi les autorités face à l’urgence d’entrer dans la perspective de l’authenticité de leur foi.

« Je suis venue pour prier pour les âmes du purgatoire, ma famille, les femmes enceintes. Nous sommes en fin d’année et je pense que c’est très bien de se purifier pour entrer dans une nouvelle année de façon saine », confie Madame Elvire Quenum.

Comme elle, la majorité des pèlerins venus se recueillir cette année a présenté à la Vierge, un vœu. Suivant qu’on passe de pèlerins en pèlerins, les intentions diffèrent au gré des besoins du moment. Et au premier jour des activités, le rosaire, le chemin de croix, l’adoration nocturne et la célébration pénitentielle ont permis à chacun de répéter en chœur le motif de sa présence au sanctuaire marial d’Allada.

Si Madame Olga Hindémè a présenté ses doléances au Seigneur tout en intercédant pour que l’Archevêque de Cotonou, Mgr Roger Houngbédji, remplisse au mieux sa charge pastorale, Monsieur Michel Bossou a prié pour l’enracinement de sa foi et celle des chrétiens de l'Église au Bénin. La catéchèse tenue par le 1er Vicaire général, le père Théophile Akoha, le 10 décembre 2017, s’est justement penchée sur la question de la foi authentique.

« Avec Marie, vivre la foi authentique en Église-famille de Dieu », telle est la thématique autour de laquelle il a décrypté la question de la foi. Après l’avoir isolé des acceptions négatives, telles que la magie, les miracles et la temporalité dont on pourrait la rapprocher, le père Théophile Akoha a conclu que la foi authentique, est « une confiance aveugle qui naît de la rencontre personnelle avec Dieu et de l’expérience faite avec lui. Elle est une foi lumineuse qui fait disparaître les ombres partout où elle intervient ».

Aussi poursuit-il, cette foi authentique qui témoigne de la vie du Christ, n’est possible que si le chrétien prend appui sur le modèle de Marie, un modèle d’obéissance et de fidélité à la Parole de Dieu. C’est pour cela que dans son homélie, l’Archevêque de Cotonou s’est appesanti sur les traits caractéristiques de la foi authentique en référence au fiat de la Vierge Marie, la Mère de Dieu.

Pour ce faire, Mgr Roger Houngbédji n’a pas eu la langue de bois, quant à l’état de foi de certains de ses fidèles pèlerins. Vu la nécessité de prendre le cap de la foi authentique, le prélat se veut interrogatif : Sommes-nous réellement prêts ?

Cette question, il la pose suite aux migrations confessionnelles : « Bien que confessant la foi au Christ, on n’hésite pas à avoir recours au Fâ, au Bokônon, au Kinninsi ou Azé sous prétexte qu’on veuille assurer son avenir ou avoir raison de ses ennemis. Comment peut-on croire en Dieu tout en continuant de vendre son âme aux cultes et aux pratiques abominables qui ont cours dans certains groupes ésotériques qui promettent monts et merveilles à plusieurs de nos chrétiens ? ».

Plus encore, le prélat s’est indigné du sort réservé aux jeunes en quête du travail sur les paroisses. « Il est frappant de noter combien nos communautés chrétiennes sont regorgées de diplômés, de cadres, d’entrepreneurs et qu’en même temps, plusieurs jeunes dans ces mêmes communautés souffrent du manque d’emploi ou de cadre adéquat leur permettant d’exercer un métier dans la société », a-t-il fait remarquer avant de compléter « Par ailleurs, comment comprendre que la plupart de ceux qui assurent la gestion des institutions étatiques ou ecclésiales où s’observent la mal gouvernance et le détournement effroyable des fonds publics, soient des chrétiens pratiquants qui sont toujours présents dans nos églises ? » .

Au terme de ces différents points, Mgr Roger Houngbédji a invité l’ensemble des chrétiens à faire le choix d’une foi authentique au regard du témoignage de la Vierge Marie. A la fin de la messe, il a officiellement ouvert les festivités des 20 ans d’existence de la Radio Immaculée Conception avant de congédier les pèlerins par la bénédiction finale.

Portrait Florent Houessinon  Florent Houessinon