Mgr Clet Fèliho et le Père Placide Houessinon en visite au séminaire saint joseph du lac Adjatokpa

Houessinon séminaire lac adjatokpa

Les 11 et 25 octobre 2017, deux événements ont marqué le quotidien des 121 séminaristes du séminaire Saint Joseph du lac d’Adjatokpa.

Comme de coutume, l’année fut introduite par l’inaugurale traditionnelle retraite des débuts. Portant sur le thème « Vous donc, vous serez parfaits comme votre Père Céleste est parfait », elle a été animée par le père Emmanuel Kanhou du diocèse d’Abomey. Purifiés et requinqués au creuset de cette randonnée spirituelle, les sé- minaristes vont donc vaillamment prendre leur navire trimestriel dont le premier mois sera marqué de deux visites d’envergure.

La première fut celle du père Placide Houessinon, sma, curé de la paroisse saint Michel de Cotonou. Ce 11 octobre en effet, toute la communauté du séminaire s’est retrouvée au fronton de la chapelle pour accueillir son bienheureux hôte. Après les civilités de circonstance et les présentations d’usage, tous ont remonté à l’église pour le culte divin. Une église, du reste flamboyante, qui doit sa totale rénovation à la grande générosité, à l’esprit du partage et au sens de l'Église, reconnus au père Placide Houessinon. Dans son homélie, il a invité chacun, selon ses prérogatives, à être, le Jonas de la communauté, celui par qui le Seigneur s’annonce et fait miséricorde.

La seconde visite, fut celle de Mgr Clet Fèliho, évêque du diocèse de Kandi et président au sein de la conférence, de l’Alliance Biblique. Au soir du 25 octobre 2017, en effet l’atmosphère du séminaire revêtait une parure toute particulière. Une émotion vive et expressive! Un sentiment de curiosité! animait les séminaristes qui, depuis le portail, vont, dans les chants et des rythmes diversifiés, accompagner le prélat jusqu’à l’église pour la célébration eucharistique, qui a été précédée d’un court instant d’échanges avec la communauté. Dans son homélie, l’évêque de Kandi a relevé le caractère essentiel des petits séminaires qui, en effet, sont des lieux où se construit et se met en place le soubassement de l'Église.

Ils constituent aussi le foyer qui favorise la transformation progressive de l’être entier de l’appelé en vue de sa configuration au Christ dont il doit mériter la confiance afin d’avoir part à la récompense des bons et fidèles serviteurs. Serviteurs en effet, certains l’ont été, s’y accrochent parce que, c’est en cela qu’ils réalisent la plénitude de leur être. Dans ce sens, Mgr Antoine Ganyé, archevêque émérite de Cotonou, continue d’être pour nous, une saisissante leçon d’une vie toute dédiée au service de Dieu et de son Église. Il vient en effet de prendre quelques heures de cours de Latin au séminaire Saint Joseph d’Adjatokpa.

Césaire Avoton

Flux RSS