janvier 22, 2022
Comprendre la Parole

Le baptême de Jésus-C

Le beau temps de Noël se conclut avec le baptême de Jésus. Nous lisons en première lecture, les premiers versets du second livre d’Isaïe (Is 40-55) dit livre de la consolation d’Israël. Le second Isaïe comme on l’appelle, est un prophète anonyme de la fin de l’Exil. Il annonce que la servitude du peuple est terminée et un nouvel Exode se prépare de Babylone à Jérusalem. Cet Exode célébrera la victoire du Seigneur qui, à la tête d’une procession pompeuse, conduira son peuple à travers le désert. Ce peuple qui en exil à Babylone était souvent humilié d’être le témoin oculaire des dieux babyloniens portés en processions triomphales, et auxquels on s’échine à frayer le chemin. Le nouvel Exode du peuple de Dieu dont parle le second Isaïe aura pour type et pour gage, le premier Exode avec ses prodiges (Mi 7,14-15) que sont : le passage de la mer rouge (Is 11,15-16ss ; 43, 16-21 ; 51,10 ; 63,11-13), l’eau jaillie du rocher (Is 48,21), la nuée lumineuse (Is 52,12)… Une nouvelle création s’annonce. Les bienfaits de l’eau célébrant l’abondance de vie dans toutes ses harmoniques sont chantés par le psalmiste et laissent percevoir par analogie la fertilité de l’eau baptismale qui régénère tout sur son passage, dans l’âme du baptisé : 

« Dans les ravins tu fais jaillir les sources,

Elles cheminent au milieu des montagnes ;

Elles abreuvent toutes les bêtes des champs,

Les onagres y calment leur soif ;

…De tes chambres hautes, tu abreuves les montagnes ;

La terre se rassasie du fruit de tes œuvres ;

Tu fais croître l’herbe pour le bétail

Et les plantes à l’usage des hommes »  

En l’honneur du roi de la Création, le Ps 103 chante le souffle de vie et la profusion des eaux fécondes. Ce souffle (ruah) en hébreu traduit l’Esprit qui féconde les eaux dans lesquelles descendit Jésus au moment du baptême.

Une nouvelle création

Luc commence l’épisode du baptême de Jésus en faisant de lui un homme qui fait corps avec la pâte humaine : « comme le peuple était dans l’attente… or, il advint une fois que tout le peuple eut été baptisé et au moment où Jésus fut baptisé lui aussi ». C’est touchant de voir Jésus dans la file des gens ordinaires qui attendent leur tour. On y lit la simplicité de Dieu qui bouscule nos tendances de singularisation, surtout quand nous commençons par nous croire importants à cause de nos “diplômes” ou de notre “rang social”. Mais l’attitude du Christ est surtout une pédagogie pastorale qui nous fait comprendre qu’on ne peut sauver un homme en l’excluant et en le regardant de haut. Cette formule lucanienne nous fait comprendre aussi que Jésus a reçu le baptême pour rendre universel le salut qu’il apporte à tous les pécheurs, même si lui-même est sans péché. À son baptême, le ciel s’ouvre, ouvrant au-dessus des hommes les faveurs du ciel. Jésus se révèle ici comme l’échelle que Jacob contemplait en vision (Gn 28,10-16). En lui, le ciel et la terre communiquent. L’homme baptisé peut déjà, grâce à l’Esprit de Jésus, être sur terre le réceptacle des grâces du ciel et de façon latente, il bénéficie des biens du ciel comme cohéritier avec Jésus. En Jésus, descendit l’Esprit-Saint sous forme de colombe. Il est pour les hommes le chef de la nouvelle création qui, après le déluge, offre à la colombe une habitation sécurisante (Gn 8,6-12). Par le baptême, l’Esprit de Dieu peut reposer sur l’homme devenu une créature nouvelle. Et comme le dit Tite dans la deuxième lecture, Dieu par miséricorde l’a répandu sur nous à profusion, par Jésus-Christ notre Sauveur, afin que, justifiés par la grâce du Christ, nous obtenions en espérance l’héritage de la vie éternelle (Tt 3,6-7).

Dans ma vie

L’Esprit de Dieu est en moi par le baptême. Suis-je conscient d’être le sanctuaire de Dieu ?

À méditer

L’homme baptisé peut déjà, grâce à l’Esprit de Jésus, être sur terre le réceptacle des grâces du ciel et de façon latente, il bénéficie des biens du ciel comme cohéritier avec Jésus.

Related Posts