janvier 22, 2022
Editorial

La sollicitude du Saint Père

Le clergé béninois compte dans ses rangs un Nonce. Il s’agit de Son Excellence Mgr Dieudonné Datonou, originaire d’Atchakanmè, village de pêcheurs et de paysans dans la commune de Ouidah. Il siège désormais au sein des légats pontificaux et représentera le Pape François au Burundi. Le choix porté sur sa personne exprime la sollicitude du Saint-Père pour l’Église catholique  au Bénin. Sa consécration épiscopale au jour de la célébration du 160e anniversaire de l’évangélisation continue de notre pays par les Pères de la Société des Missions Africaines (Sma) apparaît comme un signe de gratitude à l’égard de leur mission au Dahomey, aujourd’hui Bénin.  

Mgr Datonou, à l’école d’illustres prélats, a acquis ses expériences sacerdotales aux côtés de Mgr Isidore de Souza, de lumineuse mémoire et dont il fut le vicaire dans le champ pastoral de Sainte Rita, dans l’archidiocèse de Cotonou. Pasteur dans l’âme et collaborateur de Mgr Antoine Ganyé, il a poursuivi la même mission et s’est distingué par son attention exquise à l’endroit des fidèles du Christ. Sa proximité et sa sollicitude vis-à-vis de ses frères, surtout des plus jeunes, forgent la confiance qui se dégage de lui.

Comme Ambassadeur du Saint-Siège au Burundi, il apportera aux fidèles chrétiens, la charité attentionnée du Successeur de Pierre, devenant ainsi celui qui soutient et protège, prêt à épauler, disponible et à l’écoute de la communauté catholique burundaise et du peuple de ce pays. Il sera aussi Ambassadeur de la paix dans sa mission de calmer les tensions, d’appeler à la réconciliation, dans une zone particulièrement troublée.

Au regard de ses origines, il ne serait point superflu de souligner que la précarité n’est point une fatalité pour les familles en difficultés. Nonobstant les épisodes de contingence ou de disette  notoire, l’option des géniteurs ne saurait être la négligence dans l’éducation de leurs enfants, ni la démission de leurs devoirs parentaux. La Sainte famille de Nazareth nous en donne d’ailleurs la précieuse image. L’avenir leur donnera raison, et leur peine pourra être soulagée par le service que leur progéniture rendra un jour à l’Église ou à l’État. Car, le fils du pauvre, qu’il soit de Atchakanmè ou d’ailleurs, peut aussi accomplir son destin contre vents et marées. Félicitations ! Mgr Dieudonné Datonou.

Michaël S. GOMÉ

Related Posts