décembre 5, 2021
Ici et Ailleurs

MONTEE EXPONENTIELLE DES CONTAMINATIONS AU COVID-19 Le président Patrice Talon joue la carte de la vaccination

Le Bénin semble s’enliser dans la situation sanitaire liée au Coronavirus. Le week-end écoulé, le pays a connu une recrudescence des contaminations avec un record de six décès enregistrés en l’espace de 4 jours. De quoi provoquer la réaction du président Patrice Talon qui invite ses concitoyens à se faire vacciner. Cet appel bute toutefois sur les doutes autour de l’efficacité des vaccins proposés aux populations, et le désengagement du Gouvernement face aux effets secondaires.


Une affiche invitant les Béninois à se protéger contre le Coronavirus

Sur le site web www.gouv.bj, la bande passante alerte : « 125 décès de la Covid-19 enregistrés au Bénin à la date du 19 août 2021. Plus de 3.000 cas actifs pour un total de 12.021 cas confirmés ». Un mois plus tôt, le point de presse du ministre de la Santé, Benjamin Hounkpatin, faisait état d’une situation moins alarmante avec « 8.327 cas positifs dont 8.126 guéris et 108 décès » à la date du 21 juillet 2021. « Ces chiffres montrent que, grâce aux efforts conjugués de tous, le taux de transmission est globalement maîtrisé dans notre pays », déclare le ministre Hounkpatin. « On observe cependant une augmentation critique du nombre de nouveaux cas et des cas graves ces dernières semaines. Cela pourrait être en rapport avec le relâchement observé dans le respect des mesures barrières », ajoute-t-il.

Polémique autour de la vaccination

« La Covid-19 tue ! », avertit le président Patrice Talon sur sa page Facebook, le dimanche 22 août 2021. « La recrudescence des cas de Covid-19 ces derniers jours dans notre pays, est préoccupante à plus d’un titre. Ce, d’autant que nous enregistrons de nouveaux cas graves et de nombreux décès, y compris dans le rang des sujets très jeunes. C’est le lieu de rappeler qu’au-delà du respect des gestes barrières, la vaccination reste la meilleure arme dont nous disposons actuellement pour réduire la propagation du virus, et surtout éviter ses formes graves », écrit le président béninois qui apporte son soutien à la campagne de vaccination et invite ses compatriotes à faire de même. Mais sans perdre une minute, certains internautes l’interpellent : « Monsieur le président, le peuple veut savoir comment vous vous y prenez dans cette lutte. Vous parlez de recrudescence de cas de Covid-19, mais sans aucune mesure pour pallier à cela. Comment pouvez-vous encourager les concerts tous azimuts pendant que nous luttons tous contre un fléau sans issue ? Vous nous parlez de vaccination, mais lisez vous-même la fiche à remplir. De quoi le Gouvernement a-t-il peur ? Pourquoi se désengage-t-il ? », commente un internaute appuyé par un autre qui mentionne qu’ « en cas d’effets secondaires, vous ne devez pas porter plainte ». Le mardi 24 août 2021, le comité interministériel de gestion de la crise suspend toutes manifestations culturelles et festives en raison de la faible couverture vaccinale dans le pays (Cf. encadré).

Mesures d’accompagnement insuffisantes

Les Béninois se préoccupent davantage de leur gagne-pain quotidien plutôt que de se rendre dans les centres de vaccination. « La rentrée des classes est proche et je dois apprêter les fournitures scolaires de mes enfants », déclare Yvonne Takpé rencontrée au marché Dantokpa de Cotonou. Pour un grand nombre de bonnes dames, le temps de Covid-19 serait révolu, puisque l’activité économique a repris. « Les subventions du Gouvernement ne suffisent pas à amortir les pertes enregistrées lors de l’établissement du cordon sanitaire », ajoute une commerçante de tissus importés. « Nous souhaitons que le président de la République pose des actes concrets pour nous soulager. Au Togo par exemple, le Gouvernement a subventionné les frais de scolarité pour les élèves afin de renforcer leur résilience face au Covid-19. De même, les abonnés à l’eau et à l’électricité ne paieront pas les factures du mois d’août 2021. Dans les autres pays voisins, des actions similaires font le bonheur des populations. Que Patrice Talon nous fasse maintenant bénéficier de la cagnotte du “hautement social” », poursuit Michel J., conducteur de taxi- moto dont la fille a été obligée par son entreprise à se faire vacciner. Ce que confirme Noël Chadaré, Secrétaire général de la Confédération des organisations syndicales indépendantes du Bénin (Cosi-Bénin), qui rappelle que « depuis quelques jours, il s’observe que des responsables de certaines structures étatiques et entreprises privées imposent aux travailleurs sous leurs ordres la vaccination contre la  Covid-19 ». « Aucune disposition légale ou règlementaire de notre pays n’autorise qui que ce soit, quel que soit son rang, à contraindre les travailleurs à se faire vacciner », relève Noël Chadaré. « La Cosi-Bénin met en garde les employeurs et les responsables de l’administration publique zélés qui recourent à des manœuvres d’intimidation de tous genres pour empêcher les travailleurs d’exercer leur droit de se faire vacciner », conclut-il.

Eugène TOSSA, SÉMINARISTE-STAGIAIRE

Related Posts