octobre 21, 2021
Questions/Réponses

Question : Jésus nourrit la foule avec si peu de pains et de poissons. Mais ses disciples, en particulier Philippe et André, étaient loin d’imaginer cette possibilité, alors qu’ils ont été déjà témoins de nombreux signes accomplis par le Seigneur. Père, que devons-nous faire pour être plus attentifs aux signes de Dieu dans notre vie ?

Jonas TODéGNON, Stagiaire

Réponse

Mon frère, l’évangile de ce 17e dimanche ordinaire B te permet de mettre le doigt sur certaines résistances, surprenantes pour le moins, des disciples malgré les privilèges qu’ils ont des miracles de Jésus. Comment faire aujourd’hui pour ne pas tomber dans ce piège et être plus attentif aux signes de Dieu dans notre vie ?

Garder mémoire des œuvres du Seigneur

Devant l’inquiétude des disciples de n’avoir pas prévu du pain pendant la traversée du lac, Jésus, en référence à ses miracles, leur pose une série de questions qui se résument en une seule : « Ne vous rappelez-vous pas ? Avez-vous oublié ? ». Son insistance montre bien que l’oubli de son action dans nos vies peut provoquer une attitude d’incrédulité, manifeste en pratique par des hésitations et des atermoiements indignes de celui qui le connaît dans la vérité. C’est donc que le premier effort à fournir est de faire de notre cœur et de notre esprit, le lieu constant de méditation des prodiges du Seigneur, pour ne pas manquer de levier d’appui, quand notre foi en sa puissance sera sollicitée.

Approcher Dieu plus par la foi que par la raison

L’autre réalité à découvrir est la connaissance par la foi, qui vient comme une aile incontournable à l’équilibre de notre relation avec Dieu. Quand on tient à tout rationnaliser, on finit par nier les possibilités inouïes que la foi nous offre. En vérité, la raison nous interdit de penser qu’avec 5 pains et 2 poissons, soient nourries plus de 5.000 bouches. On peut donc comprendre le serviteur du prophète élisée et les deux disciples de l’évangile. Mais justement, la foi nous engage sur une passerelle insoupçonnée. C’est ce que Saint Paul veut exprimer en nous demandant de marcher, non pas selon la vue, mais selon la foi. Avec cette dernière, se saisit plus rapidement le signe du Ressuscité dans nos vies.

S’ouvrir à l’inattendu de Dieu dans notre vie

Enfin, il faut s’ouvrir à l’inattendu de Dieu dans notre vie. La majorité des signes du Seigneur est intervenue alors que personne ne s’y attendait. Et ils sont kyrielles, ces signes du Seigneur aujourd’hui. Il ne faut pas chercher parmi les plus extraordinaires. Car la Providence divine révélée par la multiplication des pains est continuelle encore aujourd’hui. Manger quotidiennement peut aller de soi pour tous ; pourtant, c’est une réitération, jour après jour, de la multiplication des pains pour l’humanité par le Seigneur à travers les dons de la Création. Se soigner peut ne plus surprendre ; cependant, pour le croyant, c’est le grand ministère de la guérison et de la libération par le Seigneur qui se produit de génération en génération. C’est jusqu’à ce point que nous devons porter notre attention. Ainsi, nous verrons dans notre propre histoire, un signe sacré donné aux hommes pour leur manifester la prodigalité divine, aujourd’hui.

Mon frère, pour être attentif aux signes de Dieu, il faut savoir faire le mémorial de ce qu’il accomplit jour après jour et, par un dépassement des limitations rationnelles, les percevoir par la foi. Cette dernière t’ouvrira à l’inattendu de la présence de Dieu dans le monde, et te permettra de voir tout en toi, et autour de toi comme des signes qui méritent admiration.

Père Jean OUSSOU-KICHO, Directeur du Complexe scolaire catholique de Bassila

Related Posts