octobre 21, 2021
La Une

50 ANS DES FEMMES CATHOLIQUES DE COTONOU : Un nouveau départ pour l’Apostolat féminin

Le bureau des femmes catholiques de l’archidiocèse de Cotonou a célébré du 17 au 18 juillet 2021, les 50 ans de leur Organisation. La messe de clôture a été présidée par Mgr Roger Houngbédji, Archevêque de Cotonou, au Sanctuaire marial Notre-Dame de l’Immaculée Conception d’Allada.

Les femmes catholiques écoutent attentivement les enseignements du panel

C’est à travers une mini-session de deux jours que les femmes catholiques de l’archidiocèse de Cotonou ont commémoré les 50 ans d’existence de leur Organisation. Leur rassemblement a été placé, dès le premier jour, sous le thème : « Éducation affective des enfants, oser en parler aujourd’hui ». Selon le père Thierry-Jules Amoussou, Aumônier diocésain de l’Organisation des femmes catholiques, l’objectif du choix de ce thème est de faire découvrir à ces dernières leur rôle dans l’éducation affective et sexuelle des enfants. Pour ce faire, les panélistes ont insisté sur les étapes de l’éducation affective, le rôle des parents et les recommandations de l’Église.

Selon le texte fondateur, les problèmes qui doivent interpeller la conscience des femmes catholiques sont la dégradation de l’environnement, la baisse du pouvoir d’achat, la crise de l’emploi, les clivages politiques, les violences sur les plus faibles, la perversion morale, l’exaltation du sexe dans les médias, l’incivisme, la culture antinataliste et l’émergence d’idéologies qui prônent d’autres alternatives du mariage et de la famille.

Redécouvrir l’apostolat féminin

Après les séances de dévotion dont la procession avec la Vierge Marie et la messe d’ouverture célébrée le 17 juillet 2021 par le père Thierry-Jules Amous- sou, et concélébrée par le père Léon Ballo, Aumônier national de l’Association des femmes

catholiques, les participantes ont assisté à la messe de clôture du dimanche 18 juillet 2021, présidée par Mgr Roger Houngbédji, Archevêque de Cotonou. À l’entame de la célébration, Mme Christiane Omitchessan, pré- sidente du bureau des femmes catholiques de Cotonou, prend la parole pour présenter le bilan des activités. Elle fait mention des actions menées sur les paroisses, et indique le défi à relever par l’Organisation. « Excellence Mgr l’Archevêque, la célébration du présent jubilé est pour nous, femmes catholiques, l’occasion d’un ressourcement pour un engagement plus profond en vue d’un nouveau et meilleur départ en vue de la poursuite et du succès de la mission », a-t-elle déclaré.

Selon Mgr Houngbédji, les femmes catholiques doivent prendre la mesure de l’in- fluence de leur Organisation dans l’Église et dans la société. « Autant le fait de rester actives en menant constamment des actions purement sociales est une erreur, autant le fait de prier tout le temps sans impacter positive- ment l’édification de la société est une fuite. Oui, pour une action plus fructueuse de votre Organisation dans l’Église, il vous faut assumer à la fois les deux figures bibliques de Marthe et de Marie », a déclaré le prélat. Le second repère de sa méditation du jour a porté sur le Christ, fon- dement de l’unité et de la paix. « Sans le Christ, toute association chrétienne est complètement désorganisée. L’expérience de certaines divisions, des querelles intestines et des conflits de leadership a dû vous en donner la preuve. Votre Organisation peut beaucoup avec la grâce que Dieu lui donne. Si elle abandonne toute logique de repli sur soi et se convertit à l’élan que nous inspire le devoir d’évangéliser, elle produira de nombreux fruits de réconciliation, d’unité et de paix », a conclu Mgr Houngbédji. Il a rappelé aux femmes catholiques leur rôle dans l’éducation des enfants et dans la transmission des valeurs de la vie et des fondamentaux de la foi chrétienne. À la fin de la célébration, le père Thierry-Jules Amoussou, Aumônier diocésain des femmes catholiques, a remercié l’Archevêque de Cotonou pour sa présence et son homélie instructive, ainsi que les femmes catholiques pour leur dynamisme. Il les a invitées à plus d’engagement pour un nouveau rayonnement de l’apostolat féminin à Cotonou.

Le Mouvement des femmes catholiques est né en 1970 à la paroisse Saint Michel de Cotonou, sous la coordination du père Robert Sastre, alors Curé. Il est le fruit de l’ouverture à l’œcuménisme de certaines femmes catholiques qui ont répondu à l’appel de leurs sœurs de la communauté protestante à participer à la fête des moissons organisée à l’église Béthel de Guinkomè.

Florent HOUESSINON

Related Posts