octobre 21, 2021
Jeunesse

Jeune, quel rôle jouent les sacrements dans ta vie ?

Les sacrements ont été institués par le Christ pour une fonction précise dans l’Église. Ils sont l’expression visible de la présence de Dieu parmi les hommes. Quelle place doivent-ils occuper dans la vie d’un jeune chrétien ? Le père Hermann Nadohou-Awanou, prêtre de l’archidiocèse de Cotonou, nous éclaire.

(Propos recueillis par Perpétue BABAYEDJOU)

1° Comment l’Église définit-elle le sacrement ?

Du latin sacramentum, lui- même traduction du terme grec mustérion, le mot “sacre- ment” signifie à l’origine « mys- tère ». D’après le Catéchisme de l’Eglise catholique (Cec., n°1131), les sacrements sont des signes efficaces de la grâce, institués par le Christ et confiés à l’Église, par lesquels la vie di- vine nous est dispensée. Comme actions saintes, ils sont donc des symboles, des instruments et collateurs efficaces de la grâce,

qui, sous une image visible, communiquent en réalité aux fidèles la grâce divine invisible. Les sacrements sont des signes sensibles (paroles et actions), accessibles à notre humanité à travers lesquels le Christ agit et nous communique sa grâce.

L’Église catholique reconnaît 7 sacrements : le Baptême, la Confirmation ou Chrismation, l’Eucharistie, la Pénitence, l’Onction des malades, l’Ordre sacerdotal et le Mariage. Ces

sept sacrements de l’Église, avec la force du Saint-Esprit, prolongent dans l’histoire l’action salvifique et vivifiante du Christ. Ils sont porteurs de « grâce » c’est-à-dire qu’ils aident le chrétien à vivre, à avancer sous le regard de Dieu, dans l’état qu’il a choisi. Chaque sacrement comporte 3 dimensions : un signe (ce que l ́on voit), une parole (ce que l ́on entend) et un symbole (ce que le signe et la parole expriment).

2° Quel est le sacrement le plus important parmi les sept ?

Les sept sacrements marquant les moments décisifs de la vie humaine, lorsqu’on demande le sacrement le plus important, on peut avoir trois réponses possibles :

La première, c’est que tous les sacrements sont importants, puisqu’ils manifestent que c’est toute l’existence, dans ses différentes étapes, qui est appelée à être vécue avec le Christ : les sacrements d’initiation chrétienne, de guérison et d’engagement. Et ainsi tous les sacrements font l’Église.

La deuxième réponse adopte le baptême, naturellement comme porte d’entrée des sacrements, et

le tout-premier sacrement devant être reçu avant les autres. L’eau utilisée au baptême purifie l’âme du péché originel et permet au baptisé de faire son entrée dans la communauté des chrétiens. Donc, le baptême, en premier lieu, fait l’Église.

– Une troisième et juste réponse soutient que c’est l’Eucharistie, source et sommet de la vie chrétienne. Car c’est autour de l’Eucharistie comme noyau que gravitent les autres sacrements. Et comme tel, le plus grand de tous les sacrements est le sacre- ment de l’Eucharistie, parce qu’il contient non seulement la grâce, mais encore Jésus-Christ, auteur

de la grâce et des sacrements. L’Eucharistie rend en effet réellement présent le Christ, Sauveur de l’humanité. Comme mémorial de la mort et de la résurrection de Jésus, elle est le sacrifice, qui actualise sa Pâque accomplie une fois pour toutes. Par l’Eucharistie en effet, le Christ façonne l’Eglise et nourrit la communauté chrétienne. Il est l’Amour donné. Il transforme la vie des disciples en une vie d’amour. L’effectivité de l’Eucharistie dans le monde et le temps dénote de la dynamique eucharistique de l’histoire du sa- lut dans sa tri-dimensionnalité : passé, présent et futur.

3° Quel rôle jouent les sacrements dans la vie du jeune chrétien ?

D’abord, je tiens à rappeler qu’il est obligatoire de recourir aux sacrements pour y puiser leurs vertus et s’associer à la plénitude de la vie du Christ. Comme Josemaria Escrivá, fondateur de l’Opus Dei, il faut s’émerveiller que le Christ est bon, d’avoir laissé les sacrements à son Église, qu’ils portent remède à chacun de nos besoins. Généralement, les sacrements nous unissent à Dieu et à nos frères et sœurs. La réception d’un sacrement implique donc un engagement de foi par lequel le Christ nous rend participants de son mystère.

Le Baptême, comme nouvelle naissance et fondement de l’identité chrétienne, fait entrer dans

la grande famille des enfants de Dieu pour y vivre comme des fils et filles de Dieu, des membres de l’Église. L’Eucharistie, comme source et sommet de la vie chretienne, fait revivre l’expérience du Jeudi-Saint et l’expérience des disciples d’Emmaüs en ouvrant nos yeux sur l’invisible, nous nourrissant au Corps et au Sang du Christ. La Confirmation, comme sacrement de la plénitude du don de Dieu, vient communiquer la force de l’Esprit pour le témoignage à rendre au Christ, nous rendant ainsi acteurs de l’Église. Le sacrement de la réconciliation, comme œuvre de miséricorde et de charité, exprime la conversion et la réconciliation,

qui se vit au fil des jours dans la communauté. L’Onction des malades, comme sacrement pour la vie et grâce spéciale de réconfort au temps de la maladie, est l’expression renouvelée de l’attitude miséricordieuse de Jésus à l’égard des malades. Le sacre- ment de l’Ordre est au service de la mission d’évangélisation et de la célébration des sacrements. Le mariage chrétien, par lequel un homme et une femme s’engagent devant Dieu et la communauté, est le sacrement de l’Amour de Dieu pour l’humanité. Tous les sacrements sont obligatoires, même si on ne peut pas recevoir les sept durant sa vie, à moins d’une exception.

Qu’est-ce que le baptême de désir ?

On parle du baptême du désir, lorsque des catéchumènes, habités par le désir de baptême, meurent avant de le recevoir. Dans ce cas précis, le sacrement est administré en vertu de la foi et du désir explicite de recevoir le baptême, tout ceci uni à une vie de charité. Ce baptême de désir est engendré par le désir du baptême sacramentel.

Car Dieu a fait du baptême la principale porte du Salut (Catéchisme de l’Église catholique, n° 1257). Jésus dit : « En vérité, en vérité, je te le dis, si un homme ne naît pas de l’eau et de l’Esprit, il ne peut entrer dans la vie éternelle » (Jean 3, 5). Puis dans Matthieu 28, verset 19, Jésus déclare : « Allez, de toutes les nations, faites des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit ».

Père Rodolphe HOUNKPE

Related Posts