juin 23, 2021
Le Chiffre de la semaine

29.181

L’autosuffisance alimentaire au Bénin préoccupe le Gouvernement. Ce qui justifierait l’initiation du Projet d’appui à la production vivrière et de renforcement de la résilience dans les Départements de l’Alibori, du Borgou et des Collines (Papvire-Abc). Financé par la Banque africaine de développement (Bad), ce Projet doit couvrir 30.000 hectares. Et on est déjà à 29.181 hectares.  La productivité à l’hectare des produits vivriers serait améliorée de façon remarquable. Devant prendre fin le 31 décembre 2021, le rapport sur l’état d’exécution et des résultats de mi-janvier 2021 a été rendu public par la Bad.

Il ressort dudit rapport que la productivité moyenne du maïs est passée de 1.263,6 kg à l’hectare en 2016 à 2.860 kg à l’hectare en 2021. à terme, toujours selon le rapport, cette  productivité devrait  passer  à  3.100 kg à l’hectare. Par rapport au riz, la productivité est passée dans la même période de 3.387 kg l’hectare à 4.250 kg à l’hectare. Elle devrait atteindre 5.300 kg à l’hectare à terme. En conséquence, le volume de production vivrière commercialisée par an qui était de 4.919,54 tonnes est passé aujourd’hui à 84.000 tonnes.

à priori, selon les statistiques officielles, la montée fulgurante de la production du coton, produit de rente, est accompagnée par l’augmentation significative des récoltes des produits vivriers due à une amélioration quantitative et qualitative des rendements. Le projet financé par la Bad prend fin dans moins de 7 mois. Dès lors, qu’a prévu le Gouvernement pour le relais qui va maintenir la dynamique haussière  de la production vivrière ? Les décideurs doivent tout mettre en œuvre pour maintenir la flamme de productions vivrières  non seulement dans les trois Départements ciblés dans le cadre du Projet, mais l’étendre également aux autres Départements afin de tendre vers l’autosuffisance alimentaire.

Smith

Related Posts