avril 20, 2021
Questions/Réponses

Question : « Tendez vers les réalités d’en haut, et non pas celles de la terre », exhorte Saint Paul aux Colossiens, en parlant de la Résurrection du Seigneur. Père, comment le chrétien peut-il aspirer vers les réalités d’en haut, sans se laisser fasciner par les réalités terrestres qui sont plus à sa portée ?

Jean-Luc AGOSSOU, Photo-journaliste

Réponse

on frère, aujourd’hui, nous célébrons la plus grande solennité de la foi chrétienne : la Résurrection du Seigneur. En raison de ce mystère, Saint Paul nous demande de tendre « vers les réalités d’en haut et non pas vers celles de la terre ». Comment le chrétien peut-il aspirer à ces réalités supérieures sans se laisser charmer par celles de la terre ?

Évitons une méprise

Avant tout, je voudrais que nous évitions une méprise qui conduirait fatalement à un contre-sens. Saint Paul ne nous demande pas de vivre comme des extra-terrestres, encore moins de détester les biens de la terre. Dieu les a créés pour le bonheur de ses créatures. Un juste usage des biens terrestres ne saurait nous détourner du ciel. Saint Paul n’annonce pas un Christianisme idéalisé, sans ancrage dans la réalité pour les hommes. Il exalte le travail dans l’attente de la parousie, comme il le dit si bien : « Si quelqu’un ne veut pas travailler, qu’il ne mange pas non plus ». Ainsi, pour l’Apôtre des Gentils, le chrétien doit s’engager dans les réalités terrestres, mais sans se laisser enfermer par elles.

Cultiver les fruits de l’Esprit Saint

Ce qu’il appelle réalités d’en haut et réalités terrestres s’apparente à ce qu’il désigne en Galates 5, 19-23, par les fruits de l’Esprit et les œuvres de la chair. Tendre vers les réalités d’en haut, c’est cultiver dans sa vie ce qui fait de nous des hommes nouveaux : compassion, bienveillance, humilité, douceur, patience, pardon, amour, etc. Les réalités terrestres qui nous attirent sont : la débauche, l’impureté, les mauvais désirs, l’idolâtrie, la grossièreté, l’irritation, etc. Dans le fond, il nous invite à être des hommes meilleurs qui vivent des sentiments même du Christ. Baptisés que nous sommes, nous possédons l’état de ressuscités, par anticipation, un état que nous devons développer au quotidien par des actes qui prouvent que nous sommes vraiment ressuscités. Saint Paul nous exhorte in fine à la conversion, un chemin qui consiste à tendre davantage vers le Christ ressuscité.

Imiter le Christ dans son obéissance

Pour ne pas tomber dans la fascination illusoire des réalités terrestres, nous devons faire de l’obéissance sur le modèle du Christ notre mode de vie chrétienne. Obéir au Christ signifie l’écouter et faire comme lui. Qu’a-t-il fait ? Révéler l’Amour du Père pour les hommes, et vivre concrètement de cet Amour jusqu’au don de sa vie. L’obéissance nous conduit donc à manifester l’Amour que Dieu a pour chacun de nous et, pour ne pas s’arrêter aux mots, à poser jour après jour des actes d’Amour de Dieu à travers l’amour que nous aurons pour nos frères et sœurs. Il s’agit alors d’un Amour obéissant et d’une obéissance d’amour qui doivent devenir notre modèle de vie. Pour ce faire, il faut méditer profondément sur le sens de la résurrection, et tirer tous les enseignements que cette méditation nous révèle.

Mon frère, en nous demandant de nous tourner vers les réalités d’en haut et non pas vers celles de la terre, Saint Paul ne veut nullement décoller notre vie chrétienne de son contexte terrestre ; il nous demande plutôt de nous transformer en hommes nouveaux par notre comportement. Cette transformation commence par l’obéissance inconditionnelle au Christ, tout comme lui à son Père.

Père Jean OUSSOU-KICHO, Directeur du Complexe scolaire catholique de Bassila

Related Posts