octobre 21, 2021
La Une

48e ASSEMBLEE GENERALE DE L’UNION DU CLERGE BENINOIS : L’Inculturation au cœur des échanges

 « Le Centre Guy Riobbé de l’Archidiocèse de Parakou a accueilli du 25 au 29 janvier 2021, la 48e Assemblée générale de l’Union du clergé du Bénin. Plus de 500 prêtres diocésains et religieux venus de tous les coins du Bénin ont pris part aux assises.


Une scène d’inculuration présentée par des chrétiennes

 L’inculturation de l’Évangile : quelle catéchèse pour aujourd’hui ? ». Tel est le thème qui a retenu cette année l’attention des prêtres béninois dans le cadre de leur 48e Assemblée générale. La messe d’ouverture présidée par le père Ernest Déguénonvo, vicaire général du diocèse de Parakou et concélébrée par une centaine de prêtres dans la soirée du mardi 26 janvier ont lancé les travaux. C’était en présence de quelques responsables politico-administratifs de la ville de Parakou et du Département du Borgou avec une présence remarquable de Mgr Pascal N’Koué, Archevêque de Parakou. 

Après les mots de bienvenue, Mgr N’Koué a lu aux participants la quintessence du message d’ouverture de la Conférence épiscopale du Bénin (Céb). À travers son message, la Céb « invite chaque prêtre à la retenue, à la prudence et à l’impartialité dans les prises de parole. Les évêques tiennent à ce que vos prédications s’en tiennent à la Parole de Dieu. La Conférence épiscopale du Bénin vous avertit que vos prises de paroles seront très scrutées durant cette période », a-t-il déclaré.


Vue partielle des prêtres présents à l’Assemblée générale

Le prélat a par ailleurs exprimé sa double joie car c’est son diocèse qui accueille cette session mais aussi et surtout il s’est réjoui du thème choisi. Pour lui, « tant que la foi ne va pas éclairer, purifier nos cultures, nous continuerons par vivre dans un syncrétisme stupide ». Ainsi, il a appelé les prêtres à plus de catéchèses dans leurs paroisses et à ne plus laisser cette noble mission aux fidèles laïcs catéchistes seuls qui consacrent leur temps à aider à l’évangélisation continue.

Pendant les cinq jours qu’ont duré les assises, les pères ont eu plusieurs activités rythmées par des ressourcements spirituels. Ainsi, après l’ouverture de l’Assemblée générale, les participants ont suivi la communication de Mgr Barthélémy Adoukonou sur les investigations d’inculturation. Elle a été suivie des échanges autour des perspectives concrètes des rites inculturés. Par ailleurs, chaque bureau diocésain de l’Union a fait le compte rendu des travaux de recherche sur l’inculturation, la vie de l’Union sans oublier les ateliers diocésains.  Le jeudi a été marqué par plusieurs événements. Avant le renouvellement du bureau national de l’Ucb, les délégués ont suivi par rapport aux investigations diocésaines d’inculturation sous la direction de Mgr Clet Fèliho, Évêque de Kandi, le partage et le témoignage sur l’héritage pastoral en inculturation de Mgr Nestor Assogba, de vénérée mémoire dans la province ecclésiastique de Parakou. La messe pontificale de la soirée du jeudi 28 janvier célébrée à la paroisse Notre-Dame de Lourdes d’Albarika, a mis fin aux assises de l’Ucb. Désormais, les regards sont tournés vers 2022 pour de nouveaux défis. Nous reviendrons dans notre prochaine parution sur l’événement.

Albéric AZONGANHOUÉ, COrrespondant

Related Posts