janvier 17, 2021
Questions/Réponses

Question : Le baptême est donné pour le pardon des péchés. Pourquoi Jésus, qui était sans péché, a-t-il demandé à Jean Baptiste de le baptiser ?

Denis WONOUSSO, Apprenti

Réponse

Mon frère, la question que tu poses ce dimanche du Baptême du Jésus est partagée par la majorité des chrétiens. En effet, s’il est vrai que, d’une  part, le baptême administré par Jean est un « baptême de conversion en vue de la rémission des péchés » et, d’autre part, Jésus est intact de tout péché, alors le baptême reçu par ce dernier semble donc hors de toute logique. Mais s’il n’a pas voulu que son précurseur, surpris autant que nous, l’en dissuade, c’est bien pour des raisons fondamentales non perceptibles immédiatement. J’en évoquerai trois, toutes puisées de la Préface du Baptême du Seigneur.

Inauguration d’un baptême nouveau

La première raison évoquée par la « préface » est la volonté de Dieu d’inaugurer à travers les eaux du Jourdain, le baptême nouveau dans le mystère pascal du Christ. Jésus s’ajuste à la volonté pour accomplir toute justice. Ainsi donc, le baptême du Christ apparaît comme le point de jonction et de rupture entre les baptêmes juifs (celui de Jean inclus) et le baptême que nous recevons aujourd’hui. L’inauguration du nouveau baptême rend caduque l’existence de l’ancien. La portée de ce rite pour le chrétien est que, désormais, existe un seul baptême d’un type nouveau qui ne se fera plus seulement dans l’eau, mais dans l’eau et dans l’Esprit au nom de Jésus, un baptême dans lequel s’engage la Sainte Trinité.

Solidarité du Christ avec les hommes

Le baptême de Jésus donne un caractère public au mystère de l’incarnation et manifeste la solidarité du Christ, jusqu’à la mort, avec l’homme dans sa fragilité et dans sa quête de conversion. La voix du Père qui témoigne pour le Fils en indiquant explicitement qu’il soit écouté donne un cachet solennel au baptême du Bien-Aimé. Jean le précurseur comprend du coup que sa proclamation finit au moment où commence celle de Jésus. Non seulement il ne sera plus le point  de polarisation de l’attention du peuple, il doit encore indiquer le Christ comme la source du « nouveau Jourdain » et le lieu d’authenticité de la Parole qui sauve réellement du péché et introduit dans la joie de Dieu. Qui veut désormais connaître la volonté de Dieu et entrer dans la joie du Père doit se laisser guider par Celui en qui il a mis toute sa joie.

Consécration par l’Esprit du ministère de Jésus

À la remontée des eaux du Jourdain, l’Esprit sous la forme d’une colombe, descend sur Jésus. Il ne faut nullement en déduire que Jésus n’avait pas l’Esprit. Il en est d’ailleurs entièrement pétri. L’Esprit qui descend sur Jésus à son baptême est un signe pour les témoins que Jésus est consacré et accrédité dans sa mission comme le Prophète par excellence qui agira avec la puissance de cet Esprit. Sa mission consistera dès lors non seulement à l’annonce de la Bonne Nouvelle du salut aux pauvres mais à l’être pour tout homme.

Mon frère, comme tu le reconnais, le Christ se fait baptiser non pas parce qu’il aura péché. Il entre dans cette démarche d’abord pour obéir à la volonté de son Père d’inaugurer dans sa personne le baptême nouveau, ensuite pour signifier que réellement, par lui, le Verbe qui a dressé sa tente au milieu de nous ne saurait se soustraire à nos réalités et, enfin, pour commencer son ministère de salut grâce à une investiture publique dans la force de l’Esprit-Saint.

Père Jean OUSSOU-KICHO, Directeur du Complexe scolaire catholique de Bassila

Related Posts