novembre 29, 2020
Ici et Ailleurs

1re SESSION ORDINAIRE DE LA CONFERENCE EPISCOPALE A NATITINGOU : Les évêques abordent des préoccupations politiques et religieuses

L’Église famille de Natitingou a accueilli les assises de la 1re session ordinaire de la Conférence des évêques du Bénin pour le compte de l’année pastorale 2020-2021. C’était du 18 au 21 octobre 2020 au Centre pastoral Mgr Nicolas Okioh. Pendant quatre jours les évêques ont réfléchi sur plusieurs questions d’intérêt national

Le début de cette rencontre a été marqué par une messe solennelle célébrée en la cathédrale Saint Sauveur de Natitingou le dimanche 18 octobre à 18h. Elle a été présidée par Mgr Victor Agbanou, président de la Conférence épiscopale, en présence de tous les autres évêques du Bénin, des prêtres en service au siège de la Conférence épiscopale, de beaucoup de prêtres du diocèse de Natitingou, et d’un parterre de fidèles chrétiens. Au début de la célébration, le père François Tiandao, curé de la cathédrale et vicaire général, a adressé, au nom de toute l’Église de Natitingou un mot de bienvenu à tous les pères évêques et à tous les participants au nombre desquels figurent des autorités politico-administratives locales. Il a particulièrement salué la présence remarquable des dignitaires des autres confessions religieuses : signe de la bonne collaboration et du dialogue dans la paix et la fraternité.

Dans son homélie, Mgr Victor Agbanou, se basant sur les textes liturgiques du jour, a magnifié l’œuvre providentielle de Dieu pour la construction et l’avancement de son règne : « La Providence nous a réunis sur la montagne de l’Atacora pour cette célébration dans la cathédrale Saint Sauveur de Natitingou en ce jour béni. En effet, aujourd’hui, 18 octobre 2020, 29e dimanche du temps ordinaire, nous célébrons, la journée mondiale des missions. Des lectures de ce jour, nous pouvons tirer force et conviction dans notre engagement missionnaire ». Le prélat a souligné le fait que nous soyons tous fruits de la mission, héritiers des missionnaires. Cela exige de nous que nous fassions en sorte que d’autres soient nos héritiers et que tous ensemble nous puissions répondre à l’appel du Seigneur. Il nous faut pour cela sortir de nos ornières pour rendre compte, de façon courageuse, de l’espérance qui nous habite. La dimension missionnaire de toute vie dans le Christ est le socle du témoignage chrétien pour notre société en perte de valeurs. À la fin de la célébration, Mgr Antoine Sabi Bio a laissé jaillir de son cœur un cantique d’action de grâces pour témoigner de sa joie qu’un tel événement ait lieu dans son diocèse.

Dès le lundi 19 octobre, les évêques du Bénin se sont mis au travail ; un programme journalier très chargé constitué de moments de prières communautaires (messe, offices, adoration, chapelet), d’assemblées plénières, de rencontres et d’audiences avec des invités pour l’occurrence et de visites à certaines réalités ecclésiales du diocèse de Natitingou. Ainsi, les séminaristes du petit séminaire Saint Pierre de Natitingou ont reçu avec joie leurs pères évêques. Ils leur ont exprimé leur attachement filial à travers un tableau d’art qui porte l’image de Saint Pierre apôtre avec le souhait qu’il soit accroché dans un coin du siège de la Conférence épiscopale du Bénin en souvenir de leur passage dans leur maison de formation. Les moniales du Prieuré de Notre-Dame de l’Écoute de Pèporiyakou ont aussi eu l’honneur d’accueillir les évêques dans l’après-midi du mercredi 21 octobre. Comme chaque année, dans un esprit missionnaire et patriotique, les évêques, au cours de leurs assises, se sont penchés entre autres sur la situation politique, économique et sociale du Bénin (Cf. communiqué).

Servais YANTOUKOUA, Correspondant

Communiqué final (Extraits)

Après avoir pris connaissance des différents thèmes d’année pastorale choisis dans les diocèses, les évêques du Bénin exhortent tous les fidèles du Christ à tirer profit des diverses initiatives pastorales pour approfondir leur vie de foi et améliorer leur connaissance du Christ, notre Sauveur. Tout au long de leurs assises, les évêques du Bénin ont accordé quelques audiences et ont examiné plusieurs questions d’intérêt commun.

1- Au premier jour de leurs travaux, les évêques du Bénin ont rendu grâce à Dieu pour son Excellence Mgr Antoine Ganyé, Archevêque émérite de Cotonou, pour la célébration, le 20 août 2020, de ses noces d’argent épiscopales. Ils félicitent le prélat et implorent sur lui, les bénédictions divines et la grâce d’une longue et paisible retraite.

2- La Conférence Épiscopale du Bénin salue la bonne tenue du Chapitre Général des Instituts des Sœurs Franciscaines Filles de Padre Pio (Sffpp) et des Sœurs de Saint Augustin du Bénin (Ssa) qui a abouti respectivement à l’élection des Mères Madeleine Koty et Philomène Faton et de leur Conseil. Elle félicite les deux nouvelles équipes dirigeantes et implore sur elles, l’assistance du Saint-Esprit tout au long de leur mandat.

3- Les évêques du Bénin expriment leurs vivent condoléances respectivement aux diocèses de Porto-Novo, Dassa-Zoumè, N’dali et Natitingou pour le rappel à Dieu des pères Paulin Cakpo Tougou, André Dessou, Jacob Affognon, Georges Oloudé, Jacques Dagan, Jacques Tanné, et Nicolas Kassa. Ils incluent, dans leurs prières, les religieuses des divers Instituts parties à la même période pour l’Eucharistie éternelle. Ils implorent le Seigneur des miséricordes pour qu’il accueille, dans sa Maison de paix et de lumière éternelle, ses vaillants ouvriers de l’Évangile.

4- Sur le plan socio-politique, le Bénin traverse actuellement une période de fin de mandat présidentiel. À cet effet, les évêques du Bénin invitent les fidèles du Christ, les acteurs politiques de tous les bords et les citoyens d’une manière générale à procéder à un bilan objectif, critique et constructif du quinquennat qui s’achève. Ceci permettra à chacun d’aborder les prochaines échéances électorales sans passion, mais avec la détermination d’œuvrer pour l’enracinement de la démocratie et pour le développement intégral du Bénin et de ses enfants. En effet, comme le souligne le Pape François dans sa récente Encyclique Fratelli Tutti : « Nous avons besoin d’une politique aux vues larges… » (n°160) qui embrasse tous les aspects du bien-être de l’homme en société.

5- Dans la même ligne, la Conférence Épiscopale du Bénin suit avec grand intérêt les débats tout comme l’expression des appréhensions des uns et des autres par rapport aux prochaines élections présidentielles. En raison des enjeux de ce rendez-vous électoral pour la paix et la cohésion nationale d’une part, et pour l’image de notre pays sur l’échiquier international d’autre part, elle recommande vivement que toutes les institutions impliquées dans l’organisation dudit scrutin jouent leur rôle dans l’esprit du consensus hérité de la Conférence nationale de février 1990, afin que les prochaines élections présidentielles soient pacifiques, réellement inclusives et démocratiques.

6- Sur un autre registre, les évêques du Bénin déplorent le drame familial survenu à Bohicon dans le diocèse d’Abomey et qui a abouti au décès tragique de trois enfants dans le feu mis à leur maison. Ils exhortent toutes les familles à accomplir leur vocation d’être des creusets d’amour, de paix et de pardon en même temps que des refuges sûrs pour les enfants.

7- La Conférence Épiscopale du Bénin est vivement peinée au sujet des pluies diluviennes qui ont dévasté plusieurs localités notamment dans le Département de l’Alibori. Ces inondations ont occasionné des pertes en vies humaines, emporté dans leurs flots en furies les cultures et les bétails, et laissé derrière elles, des populations démunies et sans abri. Elle salue la compassion et la générosité de tous ceux et celles qui ont accouru pour redonner espoir aux habitants desdits villages.

8- Par ailleurs, les évêques du Bénin sont inquiets des cas de suicide répétés surtout au niveau de la jeunesse. Ils rappellent à tous que la vie humaine est sacrée et appartient à Dieu depuis sa conception jusqu’à son terme par la mort. « C’est moi qui fais mourir et qui fait vivre » (Dt 32, 39), déclare le Seigneur. Ils exhortent les pasteurs à divers niveaux à sensibiliser les fidèles sur l’importance du respect de la vie et sur le soin à apporter à toute détresse humaine en réponse à la Parole du Seigneur dans le livre de la Genèse : « À chacun, je demanderai compte de la vie de son frère » (Gn 9, 5)

9- La Conférence Épiscopale du Bénin est très préoccupée par la promotion insidieuse et l’introduction progressive de l’homosexualité et de l’orientation sexuelle comme droits humains dans les législations des pays de l’Organisation des États d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (Oeacp), à la faveur du renouvellement des accords bilatéraux et multilatéraux en vue de l’obtention de l’aide internationale. Elle exhorte le Gouvernement du Bénin, les confessions religieuses et les acteurs de la société civile à œuvrer en synergie pour le respect des lois naturelles dans la crainte de Dieu qui nous en demandera compte.

Au terme de leurs assises, les évêques du Bénin renouvellent leurs préoccupations sur tous les sujets évoqués et invitent les fidèles du Christ à la prière :

–  “Prière pour le Bénin” à la fin de chaque messe

–  Chapelet

–  “Prière à l’Archange St Michel” du Pape Léon XIII

–  Sous l’abri de ta Misércorde

–  Chemin de croix

Que Dieu, le Tout-Puissant et Père des miséricordes, continue de bénir et de protéger notre pays, le Bénin.

Fait à Natitingou, le 21 octobre 2020

Related Posts