juin 23, 2021
Ecologie

Recycler les pièces détachées des engins hors d’usage

Nous savons très peu de choses à partir des statistiques sur l’impact des machines (voitures et autres appareils à essence ou à gasoil) sur l’environnement, surtout dans les pays ouest africains. Mais la réalité est là que dans nos pays un nombre impressionnant de véhicules roulent sur nos artères et chaussées, afin de faciliter la mobilité urbaine. La plupart de ces véhicules ne viennent pas directement des usines de fabrication d’automobiles. Ils viennent à nous après une ou plusieurs utilisations. Leur maintenance dans les pays d’accueil est souvent assurée par des mécaniciens. Et tant bien que mal, ils réajustent et réparent d’éventuelles pannes à coup de marteau, de pince et de tournevis pour pouvoir donner une nouvelle jeunesse à ces véhicules. Leurs efforts sont à féliciter et à encourager à cause des réalités de nos pays en développement.

Seulement, il est important de reconnaître que cet état de choses en ajoute à la pollution de l’environnement dans nos pays et cela pour plusieurs raisons.

La première raison concerne la durée de vie de ces véhicules. Ils viennent à nous après plusieurs années d’usage. Et les conditions climatiques de chaleur et de poussière dans nos pays précipitent leur fin.

La seconde raison prend en compte la compétence de nos mécaniciens. Ils ne sont pas souvent spécialistes des types de véhicules qu’on nous envoie. Ils sont souvent en retard par rapport aux nouvelles technologies. En conséquence, ils précipitent la date de la mise hors service du moteur. Nos rues et agglomérations deviennent des dépotoirs.

Le taux de pollution augmente considérablement dans nos pays en développement. Il est donc urgent de penser au recyclage des pièces détachées de nos véhicules en attendant de limiter l’importation des véhicules déjà amortis.

Père Bidossessi Dohou

Related Posts