octobre 21, 2021
Editorial

La tendresse de Noël

Ce double numéro 1536 et 1537 est la dernière parution de l’année 2019. Il couvrira la période des festivités  de Noël et du nouvel an. La prochaine édition, la toute première de la nouvelle année sera celle du vendredi 10 janvier 2020. La Rédaction prend ainsi une pause pour célébrer les festivités de fin d’année.

D’une année à l’autre, ce temps de fête devient pour de nombreux Béninois un temps d’angoisse, compte tenu de la morosité économique ambiante, de la cherté de la vie et de l’amenuisement du pouvoir d’achat. Pourtant, face à la persistance de la crise sociale, il faut refuser de céder au fatalisme et faire preuve de courage et de générosité dans l’engagement pour le bien. C’est la bonne nouvelle de Noël : l’Enfant-Dieu apporte la grâce de la tendresse dans les circonstances les plus dures de la vie.

« Mon âme te désire dans la nuit » (Is 26, 9), chante-t-on lors des matines de Noël. Dieu naît dans la nuit. Contempler l’Enfant de la crèche, c’est commencer à constater humblement les limites de nos pouvoirs trop humains qui cherchent souvent à écraser les plus faibles. C’est également accepter de changer son regard sur le sens de la puissance. En effet, dans l’Enfant Jésus, Dieu manifeste la force de sa tendresse qui est humilité, petitesse, patience, bonté et douceur. De cette impuissance inouïe jaillit la puissance du salut pour tous les hommes.

Cela engage chacun dans la promotion du développement et de la paix dans notre pays, avec humilité et honnêteté. Le Pape François dans son message pour la Journée mondiale de la paix, souligne justement que « la fracture entre les membres d’une société, l’accroissement des inégalités sociales et le refus d’utiliser les instruments en vue d’un développement humain intégral mettent en péril la poursuite du bien commun ». Il nous faut donc apprendre à vivre de la tendresse de Dieu. C’est à cela qu’Il veut nous inviter dans le visage tendre de l’Enfant de Bethléem. Joyeux Noël !

Serge Bidouzo

Related Posts