septembre 15, 2019
Dossier

Professions et jubilés de vœux perpétuels : Ocpsp et Smmi à l’honneur

Professions et jubilés de vœux perpétuels

Ocpsp et Smmi à l’honneur

Plusieurs milliers de fidèles, prêtres, religieuses et religieux, parents et amis ont rendu grâce avec la congrégation des Sœurs Oblates catéchistes petites servantes des pauvres (Ocpsp) et l’Institut des Salésiennes missionnaire de Marie Immaculée (Smmi). La raison : les Sœurs Ocpsp accueillent 5 nouvelles professes perpétuelles, célèbrent à la même occasion les jubilés d’argent, d’or et de diamant de 11 des leurs, tandis que les Smmi reçoivent de 2 nouvelles professions.

 

►  5 filles définitivement engagées pour le Christ

 

Le dimanche 8 septembre 2019 à 09h34, l’église paroissiale de Saint-Antoine de Padoue de Calavi résonnait de la salutation de Mgr Clet Fèliho, évêque de Kandi : « La paix soit avec vous ». Cette salutation a ouvert la messe solennelle au cours de laquelle la Sœur Annicette Quenum, Mère générale des Sœurs Ocpsp et son conseil ont accueilli définitivement en leur sein, par la profession perpétuelle, cinq de leurs Sœurs et rendu grâce avec onze autres Sœurs jubilaires. La messe a été concélébrée par Mgr Antoine Ganyé, évêque émérite de Cotonou, le père Roger Sèvo, 2e Vicaire général de l’archidiocèse de Cotonou et une cinquantaine de prêtres.

Après la monition, s’est ébranlée la procession d’entrée rythmée aux chants et aux pas de la chorale Arigbo. Mgr Clet Fèliho, à l’entame de la célébration, a souhaité bonne fête aux religieuses, fidèles, parents et amis venus nombreux soutenir les heureuses du jour, car, a-t-il rappelé, nous célébrons en ce jour, qui nous rassemble, la Nativité de la Vierge Marie. Avant de poursuivre avec la messe, les futures professes perpétuelles, répondant à l’appel de leur nom, déclarent leur ferme volonté de se « consacrer à Jésus-Christ pour toujours par les vœux de chasteté, de pauvreté et d’obéissance dans l’institut des Oblates Catéchistes Petites Servantes des Pauvres ».

Pour l’évêque de Kandi, la célébration de ce jour nous donne à méditer sur le sens et l’opportunité de la vie consacrée en cette période de grande crise de vocation. Il félicite les jubilaires, parce que c’est Jésus-Christ lui-même qui, en toute gratuité, les appelle à son service. Il rappelle que la vie consacrée est née de l’appel du Seigneur à vivre l’Évangile dans sa radicalité. Et que la consécration trouve son authenticité du fait qu’on a une conscience de ce ministère de service non mérité que Dieu offre contre une grande grâce et une grande miséricorde. Le « Oui » des professes, poursuit-il, est leur ratification à l’amour miséricordieux de Dieu ; et il invite l’assemblée à invoquer pour elles l’Esprit Saint pour qu’elles n’aient jamais à regretter ce pas irréversible d’appartenir à Jésus-Christ qui nous rachète au quotidien par sa mort en croix. Mgr Fèliho, s’adressant aux Sœurs jubilaires et surtout à celles affaiblies par l’apostolat et le poids de l’âge, indique que la prestance et la joie qu’on lit sur leurs visages sont d’un grand réconfort pour les jeunes religieuses. Pour finir, il propose aux autres membres de l’assemblée une prière, pour qu’avec les jubilaires, ils se souviennent et renouvellent leur consécration baptismale à Dieu qui nous aime et qui ne nous abandonne jamais.

La profession de foi de l’assemblée a conduit au rituel de l’émission et de la réception des vœux des Sœurs Louise Houngbessoua, Blandine Ladifatou Chabi Dogo N’gobi, Edwige Gandaho, Christiane Vidégla et Florence Watchinou ; puis a suivi l’action de grâce des jubilaires : cinq Sœurs pour les noces d’argent : Hortence Houessou, Alexandrine Adissin, Félicité Houngbédji, Sidoine Lisette Avocè et Donatienne Amoussou ; trois pour les noces d’or : Sévérine Bessan, Marie Gambadatou et Félicité Fagbité ; et trois également pour les noces de diamant : Epiphanie Gbénou, Augustine Dossou et Cécile Sakiti. Après cet instant pathétique, la messe s’est poursuivie avec la procession des oblats et la liturgie eucharistique.

Le mot de remerciement de la représentante des jubilaires, la bénédiction finale et la procession de sortie ont mis fin à cette première cérémonie de profession perpétuelle et d’action de grâce jubilaire de la nouvelle équipe dirigeante de l’Institut des Sœurs Ocpsp. L’animation liturgique a été assurée par la chorale Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus de l’Institut avec des chants bien accordés et harmonieusement rythmés aux sonorités Arigbo, Bariba, Hanyè Adjogan et Françaises. À l’issue de la messe, chacun s’est dirigé vers les différents lieux de réception indiqués pour le partage du pain et du sel de la communion fraternelle à la joie des jubilaires et de tout l’Institut.

Joli Aimé AHOUANSOU, SEMINARISTE-STAGIAIRE

 

►  2 nouvelles Sœurs pour les Smmi à N’Dali et à Parakou

La chapelle du noviciat des Salésiennes missionnaire de Marie Immaculée du diocèse de N’Dali a accueilli le vendredi 6 septembre 2019, la messe au cours de laquelle la Sœur Vicentia Danasou a émis ses vœux temporaires. Le lendemain, samedi 7 septembre 2019, c’est la Sœur Myriam Zannou qui a fait sa profession perpétuelle au cours de la messe célébrée par Mgr Pascal N’Koué à Guêma. Deux événements auxquels parents, amis, prêtres ont assisté.

 

C’est dans une atmosphère empreinte de ferveur que l’Église-Famille de Dieu du diocèse de N’Dali accueille la première profession religieuse de Sœur Vicentia Danasou de la paroisse Saint-Sacrement d’Agblangandan du diocèse de Porto-Novo, dans la chapelle du noviciat des Salésiennes missionnaires de Marie Immaculée (Smmi) à Ina (N’Dali). Au cours de la célébration eucharistique, pendant laquelle la Sœur a fait don de sa vie au Seigneur, Mgr Martin Adjou, évêque de N’Dali, a souligné l’importance du choix qu’a fait l’heureuse du jour. Ce choix qui dépasse l’entendement de notre nature humaine, mais qui loue la grandeur de Dieu pour ainsi dire qu’il y a certaines choses que nos yeux peuvent voir mais d’autres non, car chaque fois qu’une âme ose dire “Oui” à Dieu, il y a grande joie au ciel. Partant des textes de ce jour, Mgr Martin Adjou exhorte la nouvelle professe qui a préféré le Christ, qui de nature Divine s’est anéanti pour épouser la nature humaine, à fleurir par sa vie laissant ainsi grandir le Christ en elle tout comme Jean-Baptiste  dans son humble attitude : « Il faut qu’il grandisse et que moi, je diminue ». Car seules les âmes humbles peuvent observer fidèlement les conseils évangéliques. Aussi lui demande-t-il d’être de la lignée des âmes dont la vie honore et rende gloire à Dieu. Il l’invite à toujours chercher à écouter la Voix du Christ qui ne mène jamais à la perdition. Puis s’adressant à tout le peuple et aux parents de la jeune professe, il demande d’aider celle-ci à répondre chaque jour à ce “oui” par leurs prières.

 

La profession de la Sœur Myriam Zannou

Au lendemain de cette belle fête, en la veille de la nativité de la Vierge Marie, c’est la communauté chrétienne de la paroisse Sainte Trinité de Guêma, archidiocèse de Parakou qui accueille à son tour le “Oui définitif” de Sœur Myriam Zannou de la Mère de Toutes Grâces de la paroisse Saint François Xavier de Porto-Novo. La célébration eucharistique présidée par l’Ordinaire du lieu, Mgr Pascal N’Koué, archevêque de Parakou, a connu la participation d’une vingtaine de prêtres et de toutes les Sœurs Smmi de la région West Africa, des autres religieux, religieuses de divers instituts, des fidèles de la paroisse et des parents et proches de l’heureuse du jour.

À l’entame de son homélie, le prélat s’est exclamé : « Un mariage exceptionnel ! Un mariage sans divorce ». Pour lui, la professe devra se laisser guider par l’Esprit-Saint à l’instar de la Vierge Marie, la jeune fille de Nazareth. Le prélat a senti la nécessité de redéfinir le thème : “Consécration : être tout entier à Dieu”, et pour lui faire une demande, il lui confie deux intentions : l’année jubilaire d’évangélisation de l’archidiocèse et le prochain mois d’octobre décrété ″Mois extraordinaire des Missions″ par le Saint Père ; son Institut étant Salésienne Missionnaire de Marie Immaculée, il voudrait que Sœur Myriam soit Missionnaire de Dieu auprès des plus pauvres selon le charisme de sa congrégation.

La fête s’est poursuivie par une agape fraternelle dans l’école Sainte Marie Immaculée des Sœurs Salésiennes Missionnaires de Marie Immaculée.

Sœur Mireille KIKI, SMMI

Related Posts