septembre 15, 2019
Jeunesse

Jeunesse : Jeune, quelle est la nature de ta prière devant Dieu ?

Jeunesse

Jeune, quelle est la nature de ta prière devant Dieu ?

La question de savoir comment prier pour atteindre le Cœur de Dieu ne date pas de nos jours. Les Apôtres ont demandé au Christ : « Seigneur, apprends-nous à prier ». Et au Seigneur de dire : « Lorsque vous voulez prier ne rabâchez pas … », dites « Notre Père … ». Face à cette réponse du Maître, que pouvons-nous faire ? Le père Clément Sobakin, moine du monastère de Kokoubou, nous donne quelques astuces.

  1. Qu’est-ce qui fait du “Notre Père” une prière fondamentale pour le jeune chrétien ?

Le “Notre Père” a été enseigné aux disciples par le Seigneur Jésus en réponse à leur demande : « Seigneur, apprends-nous à prier, comme Jean-Baptiste l’a appris à ses disciples » (Cf. Luc 11, 1). Cela veut dire qu’il est a priori la meilleure prière qui soit, le modèle de toute prière chrétienne. Et il est symptomatique qu’elle commence par l’expression « Notre Père », parce que le Seigneur Jésus ne veut pas que la prière de ses disciples soit du rabâchage, encore moins de la récitation sans âme, ce que nous
nommons la prière du perroquet. Il veut que ses disciples s’adressent à Dieu comme à un Père, en toute confiance et conscience. Par sa structure, la prière du “Notre Père” révèle la nature profonde de la prière chrétienne.

– Elle commence par une invocation solennelle : « Notre Père qui es aux Cieux ».

– Elle se poursuit par trois vœux adressés à Dieu, qui en appellent :

• à la sanctification du Nom de Dieu.

• à la venue de son Règne.

• à l’accomplissement de sa Volonté.

– Vient ensuite la formule-charnière : « Sur la terre comme au Ciel » (Mot à mot : « Comme au ciel, ainsi sur la terre »).

– Elle s’achève par trois demandes au bénéfice de l’homme (nous)

• Le pain

• Le pardon

• La délivrance ou la libération du mal.

2. Nous entendons souvent que « la prière la plus belle est celle qui vient du coeur ». Que faire alors des prières toutes faites ?

Vous avez raison de dire que la plus belle prière est celle qui vient du cœur. Mais cela ne jette aucun discrédit sur les prières toutes faites comme le “Notre Père” et les psaumes, par exemple. Quelle que soit la prière, si elle se veut vraiment chrétienne, nous devons la dire du fond de nous-mêmes, de tout notre cœur, de toute notre âme et de toute notre intelligence (cf. Mt 22, 37). Autrement dit, si nous voulons que notre prière ait un cachet vraiment chrétien, il nous faut batailler pour y assurer notre présence, celle de tout notre être. Plus précisément, et de façon concrète, il faut que nous ayons conscience, au moment où nous ouvrons la bouche pour dire « Notre Père », que nous sommes effectivement en train de dire  « Notre Père » et non « Je vous salue Marie » ou autre chose. Cela suppose un effort permanent pour rassembler notre esprit sur les mots prononcés dans la prière, afin que ces mots soient véritablement nôtres, en direction de celui qui est véritablement notre Père et à qui nous devons nous adresser comme de vrais fils qui savent ce qu’ils demandent à leur Père.

3. Selon le Pape François, la prière du cœur, pour porter de bons fruits, doit nous amener à imiter le Christ. Que devrions-nous comprendre par-là ?

C’est tout à fait juste. Mais il faut tout de suite préciser que la prière du cœur n’est pas une prière magique qui forcerait le cœur de Dieu. Car la tentation est toujours grande de faire de Dieu, plus ou moins consciemment, une idole qui accomplirait nos volontés. Céder à cette tentation, c’est ouvrir la porte à l’idolâtrie. Ceci dit, qu’est-ce que la prière du cœur ? C’est une prière courte, inlassablement répétée, avec comme exigence pour la personne qui prie, d’être entièrement présente à chaque mot de la prière, présente aussi et surtout au Seigneur, à qui cette prière est adressée. Le but de cette prière est la purification et la pacification du cœur qui donnent accès à la charité, la plus grande des vertus chrétiennes. C’est dire que l’ultime but de la prière du cœur, comme de toute  prière chrétienne d’ailleurs, c’est de configurer au Christ la personne qui prie, de lui faire acquérir en son cœur les sentiments qui furent ceux du Seigneur, sentiments d’humilité profonde et de soumission à la volonté de Dieu, sentiments de véritable amour du prochain, qui poussent à se mettre au service des autres comme fit le Christ. Donc pas de prière du cœur déconnectée de l’imitation du Christ.

(Propos recueillis par Perpétue BABAYEDJOU)


Qu’est-ce qu’une bulle ?

Du latin « bulla » qui signifie « sceau », une bulle est un document pontifical originairement scellé par lequel le Pape pose un acte juridique important. Cet acte se décline sous plusieurs formes comme l’indiction (annonce) d’une année sainte, par exemple, une nomination épiscopale, une définition dogmatique ou la convocation d’un Concile. Elle est scellée soit d’une boule de métal en plomb ou en or, soit d’un cachet de cire. Le sceau de plomb utilisé pour sceller les bulles est un sceau personnel. Le nom du Pape régnant avec son numéro, dans l’ordre de la succession, y est gravé ; ainsi que l’empreinte de l’anneau du pêcheur, symbole de Saint Pierre. Lorsque le Pape régnant vient à mourir ou bien à renoncer à sa charge, le sceau et l’anneau qui portaient son nom sont détruits.

Père Anaclet LISBOA

Related Posts