septembre 15, 2019
Questions/Réponses

Dieu peut-il vraiment nous punir si nous agissons par ignorance ?

Question

Dieu peut-il vraiment nous punir si nous agissons par ignorance ?

 Jean Darius TOSSOU, Informaticien

 Réponse

Mon frère, plus que le péché, le thème de la miséricorde de Dieu est au cœur des 4 textes de ce 24e dimanche du temps ordinaire de l’Année C. Dans la 2e lecture, on contemple Saint Paul qui parle du pardon de Dieu : « le Christ m’a pardonné : ce que je faisais, c’était par ignorance, car je n’avais pas la foi » (Tm 1, 13). Dans ce sens, tu veux savoir si Dieu peut nous punir si nous agissons par ignorance. Question bien embarrassante qui nécessite quelques éclaircissements.

La responsabilité de nos actes

Il n’est pas rare de voir beaucoup de personnes accuser Dieu de les punir pour leurs méfaits. « Par ignorance de la gravité de mon acte, j’ai avorté pendant que j’étais jeune, voilà que je n’arrive pas à concevoir aujourd’hui, parce que Dieu me punit ». Nous mettons à tort, une multitude de nos problèmes sur le dos de Dieu. Il faut l’en décharger et accepter d’assumer les conséquences de nos actes. Dans l’exemple que nous venons de citer, l’incapacité de concevoir est peut-être due à une erreur médicale irréversible. Les conséquences fâcheuses ou heureuses de notre agir ne proviennent pas toujours de Dieu. Nous en sommes entièrement responsables, croyants ou non. Essayons donc de sortir de cette mentalité rétributive.

Dieu est un Père

Dieu est un Père qui, en tant que tel, éduque ses enfants. « Quel est le fils que son père ne punit pas ? » (He 12, 7b). Féliciter et blâmer, encourager un comportement et décourager un autre entrent dans le principe de l’éducation. Ainsi perçu, Dieu peut nous donner une leçon si nous agissons mal, même par ignorance. Du serviteur, qui, par ignorance des préceptes de son maître, a mérité quantité de coups pour sa conduite, la Parole de Dieu dit qu’il « n’en recevra qu’un petit nombre » (Lc 12, 48). Il en recevra tout de même malgré son ignorance. Ce que nous appelons « punition de Dieu » est, en fait, une expression formelle de sa justice qui nous fait expérimenter les implications de nos choix. En complément, la colère de Dieu est la manifestation de sa souffrance quand l’homme, par son fourvoiement, sciemment ou non, prend les chemins de la mort.

Dieu riche en miséricorde

Les 4 textes sont unanimes pour manifester un Dieu plein de miséricorde qui ne ferme pas son cœur à la supplication de ses enfants. Pour revenir à notre exemple, ce n’est pas parce que je ne conçois pas aujourd’hui que Dieu ne m’a pas pardonné mon péché. Assumer nos choix ne signifie pas que Dieu ne nous pardonne pas. Sur la croix, Jésus dit : « Père, pardonne-leur car il ne savent pas ce qu’ils font » (Lc 23, 34). Le pardon de Dieu précède même parfois la prise de conscience du mal que nous avons fait (2e lecture). Sur cette base, il importe de reconnaître son péché, même si c’est après coup, et en demander pardon. La toute-puissance de Dieu devient toute-faiblesse devant le cœur contrit. Son pardon est toujours une re-proposition de son alliance (1re lecture).

En revenant sur un passé d’erreurs et en acceptant d’en assumer les conséquences de manière responsable, la miséricorde de Dieu se révèle comme possibilité nouvelle de prendre un nouveau départ. Mon frère, Dieu qui punit est encore celui qui relève. Fais-lui confiance. Il est avant tout père de miséricorde.

Père Jean OUSSOU-KICHO, Directeur du Complexe scolaire catholique de Bassila

Related Posts