septembre 15, 2019
Simplement François

Détachement et ouverture au don de Dieu

Le fait de marcher à la suite de Jésus n’est pas de tout repos. L’évangile de Luc 14, 25-33 rappelle en effet les exigences de cet engagement. La première exigence nous invite à regarder nos relations familiales et nous amène à élever notre regard et nous dit : quelqu’un qui n’est pas capable de voir l’autre comme un frère, d’être ému par sa vie et par sa situation, au-delà de son origine familiale, culturelle, sociale « ne peut pas être mon disciple ». La seconde exigence nous montre combien il est difficile de se mettre à la suite du Seigneur et nous encourage à ne pas manipuler l’Évangile par de sombres réductionnismes, mais à construire l’histoire dans la fraternité et la solidarité, dans le respect gratuit de la terre et de ses dons contre toute forme d’exploitation ; avec l’audace de vivre le « dialogue comme chemin ; la collaboration commune comme conduite ; la reconnaissance réciproque comme méthode et critère » ; en ne cédant pas à la tentation de certaines doctrines incapables de voir grandir ensemble le bon grain et l’ivraie dans l’attente du maître de la moisson. Enfin : combien il peut être difficile de partager la vie nouvelle que le Seigneur nous offre ! Ici, le Maître nous invite à retrouver la mémoire reconnaissante et à prendre conscience que, bien plus qu’une victoire personnelle, notre vie et nos capacités sont le fruit d’un don tissé entre Dieu et beaucoup de mains silencieuses de personnes dont nous ne parviendrons à connaître les noms que dans la manifestation du Règne des Cieux.

Avec ces exigences, le Seigneur veut libérer ses disciples de cet obstacle dangereux : le vivre pour soi-même et nous invite à élever le regard, à ajuster les priorités et surtout à créer des espaces pour que Dieu soit le centre et l’axe de notre vie. La Parole de Dieu nous invite à reprendre la route et à oser faire ce saut qualitatif et à adopter cette sagesse du détachement personnel comme base pour la justice et pour la vie de chacun de nous. Les exigences que Jésus indique cessent d’être lourdes quand nous commençons à goûter la joie de la vie nouvelle que lui-même nous propose. Engageons-nous et faisons nôtres les projets du Seigneur.

 (Angelus, Antananarivo, 8 septembre 2019)

Related Posts