Le Chiffre de la semaine

6,5%

6,5%

Lundi 8 avril 2019, la Banque mondiale rend public un communiqué sur la croissance économique dans les pays d’Afrique subsaharienne. Selon ce communiqué de la dernière édition du rapport Africa’s Pulse, le taux de croissance de l’Afrique subsaharienne est passé à 2, 3% en 2018 alors qu’il était à 2,5% en 2017. Pour quatre années successives indique le rapport, le taux de croissance économique dans la région n’a cessé de régresser contrairement à la démographie. Certes, les prévisions pour l’année 2019 tablent sur un taux de croissance de 2,8% : une amélioration par rapport à l’année dernière. Mais toujours est-il que cette performance est en deçà de la barre de 3% autour de laquelle se trouve généralement le taux démographique. Des statistiques inquiétantes. Mais apparemment, dans ce contexte quelque peu préoccupant, le Bénin tiendrait la dragée très haut. Au compteur, il afficherait 6,5% de taux de croissance économique. Soit près de 3 fois le taux moyen enregistré dans la sous-région. Belle performance, disons même très belle performance pour le Bénin qui a des raisons de bomber le torse pour avoir été le premier de la classe parme les pays de l’Afrique subsaharienne en termes de croissance économique. À priori, le Bénin aurait la meilleure économie florissante subsaharienne.

Mais curieusement ce satisfecit contraste de façon criarde avec la réalité. Car le panier de la ménagère n’a jamais été aussi vide, se plaignent les Béninoises et Béninois. Élèves, fonctionnaires, marchands, paysans et autres citoyens joignent difficilement les deux bouts. Les entrepreneurs se plaignent de la morosité économique. Les affaires sont au ralenti. Alors, se pose le problème de la répartition de la richesse induite par ce taux de croissance. D’où l’obligation pour les décideurs du pays de dire comment et à qui profite un tel boom de la croissance économique.

Related Posts