Le Chiffre de la semaine

LE CHIFFRE DE LA SEMAINE

3

Le magazine américain Forbes a rendu public son rapport relatif au classement des pays par rapport à l’amélioration du climat des affaires, en janvier dernier. Il s’appuie sur une quinzaine de critères pour dresser la liste des pays qui offrent le meilleur climat d’affaires. On peut citer pêle mêle le droit de propriété ; la fiscalité ; l’innovation ; la liberté d’entreprise ; la taille du marché ; la corruption ; la bureaucratie ; la main d’œuvre ; les infrastructures. À l’aune de ces indicateurs, le Bénin est classé au titre de l’année 2019, 3e meilleur pays de l’Union économique et monétaire ouest africaine (Uemoa) en matière d’amélioration du climat des affaires. Il devient ainsi après le Sénégal, la Côte d’Ivoire, l’un des pays africains les plus attractifs en affaires pour l’année en cours. Cette performance, on la doit selon le magazine au plan d’action ambitieux et aux réformes du président Talon. Seulement, le climat des affaires depuis un certain moment peut laisser perplexe. Mais étant entendu que nous sommes en train de faire deux mois dans l’année et que le classement concerne 2019, on peut toujours espérer, à condition d’opérer certains réglages importants. Il faut créer les conditions qui favorisent l’installation des usines transformatrices en produits finis de nos matières premières. Car, que vaut un climat des affaires amélioré dans un pays où à peine 1% de la production du coton est transformé sur place ? Que vaut un environnement de climat amélioré dans un pays où des millions de tonnes de mangues et de tomates récoltées pourrissent par an ? Il y a lieu de revoir les choses à ces niveaux pour un climat des affaires qui profite à un grand nombre de Béninois.

Smith

Related Posts