août 19, 2019
Questions/Réponses

Questions / Réponses

Questions de Christelle Reine HOUÉGNON, (Coiffeuse)

Si les mages astrologues ont suivi une Étoile qui les a amenés à l’Enfant-Jésus, pourquoi l’Église nous refuse-t-elle de consulter l’horoscope ?


Réponse du Père Jean OUSSOU-KICHO (Curé de la paroisse Notre-Dame de Charité de Godomey-Fignonhou)

Aujourd’hui est la solennité de l’Épiphanie, qui signifie « manifestation » de l’Enfant-Dieu au monde juif et païen comme sa véritable Lumière (2e lecture). L’Évangile de ce jour nous relate l’histoire, vraisemblable selon plusieurs sources, des mages, ces savants astrologues, ayant suivi une étoile exceptionnelle pour découvrir le nouveau roi. Ici précisément, on peut bien se poser votre question, dont l’actualité et la légitimité ne sont plus, du reste, à démontrer. Passer par la découverte des objectifs de l’horoscope nous aidera pour une large part dans la réponse à cette question. La finalité principale de l’horoscope est la détermination du comportement des hommes à partir des phénomènes astraux. De ce fait, elle veut prédire et téléguider le destin des hommes en évacuant leur liberté. Plusieurs astronomes modernes ont montré la fausseté des prévisions astrologiques qui sont à 90 % hasardeuses et dont le support a priori est une théorie de chance-malchance bivalente. Les textes d’aujourd’hui et en particulier l’Évangile, nous fournissent trois éléments précis de réponse. Ces mages, qui prennent figure de rois dans la 1ère lecture, ont vu un astre se lever et qui leur a servi de guide vers Bethléem. Au bout de leur voyage, l’étoile se fixe sur la demeure de l’Enfant Jésus devant lequel se prosternent les mages qui repartent dans leur pays par un autre chemin, cette fois-ci sans l’étoile. La première attitude de ces mages est de se laisser guider par un signe de la création. Cette dernière (signe) proclame la gloire de Dieu et invite à découvrir le Créateur (signifié). Pour le monde païen, la création est le premier livre conduisant à Dieu. Sur leur chemin, ils découvriront que la Parole de Dieu est le deuxième livre. Malheureusement, l’horoscope prend la créature pour le Créateur (Rm 1, 25) et tombe dans l’idolâtrie divinatoire. Dieu interdit toutes les formes de divination (Dt 18,10 ; Is 47,13-15 et Jr 8-15). L’Église suit la Parole de Dieu. La deuxième attitude des mages est de se prosterner devant l’Enfant après la fixation de l’Étoile sur la demeure de Jésus. La lumière de l’étoile pâlit devant celle qu’est le Christ. L’étoile finit ici sa mission qui est d’indiquer celui qu’elle reflète. Elle disparaît. Les mages eux aussi, en se prosternant devant l’Enfant-Dieu font obédience dans le sens de l’allégeance devant Jésus, comme unique « vrai Soleil du jour nouveau » qui attire à lui toutes les nations (2e lecture). La dernière attitude est le retour des mages, tout seuls, sans besoin d’étoile. Libérés de cette dépendance et illuminés par le Christ dont ils sont constitués témoins tout le long de leur chemin, ils deviennent par ce fait “étoiles” pour les autres. En conclusion, notre vie n’est pas sous l’autorité absolue d’un destin, ni soumise aux puissances cosmiques à se concilier à tout prix. L’horoscope ne dit rien de certain, de notre présent, pas plus de notre devenir. Il ferme la porte à l’espérance chrétienne, ouvrant une brèche plus sur la fatalité que sur l’assomption du quotidien que Dieu nous offre. Le Christ se propose de nous guider. Ceux qui l’accueillent sont libérés des pseudo-puissances de l’horoscope. Ma Sœur, essaie de suivre le Christ et il te conduira vers le Bonheur sans fin.

Related Posts