décembre 12, 2018
Ici et Ailleurs

ÉLECTIONS LÉGISLATIVES

« La Liste électorale sera forcément disponible en janvier 2019 »

(Entretien avec Monsieur Justin Adjovi, Vice-président du Cos/Lépi)

Depuis quelques semaines, l’actualisation du fichier électoral est entrée dans sa phase active. Après l’achèvement des opérations de la première étape du chronogramme, le bureau du Cos/Lépi 2018 se prépare à lancer les travaux de la seconde phase. Dans cet entretien, le Vice-président du Cos/Lépi, M. Justin Adjovi, fait le point des opérations déjà effectuées, et annonce les dernières étapes ainsi que l’échéance à laquelle la Liste définitive sera disponible.

Les membres de l’équipe du Conseil de supervision de la Liste électorale permanente informatisée (Cos/Lépi 2018) n’élaborent pas le fichier électoral. Ils ont pour mission de l’actualiser puisque la loi a établi d’avance que tous les ans, de juillet à janvier, qu’on puisse actualiser le fichier électoral national. Cette actualisation s’effectue en trois étapes : la modification des données, les transferts et les radiations. Les tergiversations entre l’Assemblée nationale et le Gouvernement béninois n’ont pas permis d’actualiser le fichier électoral en 2017. Cependant, à la suite de notre deuxième installation en juillet 2018, le bureau du Cos/Lépi a entamé la mise à jour du fichier électoral.

À l’heure où nous sommes, nous avons suffisamment évolué dans ce cadre. Dans un premier temps, nous avons préparé les outils qu’il faut pour que l’actualisation soit bien faite. Dans un deuxième temps, nous avons élaboré un chronogramme d’actualisation. Nous avons déployé dans tout le Bénin des Comités communaux d’actualisation (Cca), des Délégués d’actualisation au niveau des arrondissements (Daa), des Superviseurs de zone, et des Superviseurs départementaux. Après les travaux à la base, nous avons affiché sur toute l’étendue du territoire national la Liste électorale permanente informatisée (Lépi) dans tous les centres de vote du Bénin. Nous venons de finir cette première phase, et les citoyens ont eu le temps d’aller consulter la Liste dans leurs centres de vote afin d’apporter des modifications quant à ce qui concerne les informations liées à leur propre personne. Les chefs de quartiers les ont aidés à remplir les fiches d’actualisation qui nous sont déjà parvenues. Elles sont en train d’être insérées dans la base de données.

La deuxième opération sur le terrain se fera la semaine prochaine. Elle consistera à déployer dans tout le Bénin des opérateurs kits pour enrôler les nouveaux inscrits. Ces opérateurs kits procéderont à la modification des données des citoyens qui le souhaitent. Ceux qui ont changé de domicile peuvent solliciter un transfert pour rapprocher leur centre de vote de leur nouveau domicile. Enfin, les citoyens décédés seront radiés de la Liste afin que nous ayons un fichier fiable, prêt pour les prochaines élections. Nous saisissons actuellement les données recueillies à la base, et nous préparons également les kits qui permettront l’enrôlement de la deuxième phase. À partir du 15 décembre 2018, nous allons entamer l’édition des cartes d’électeurs des nouveaux citoyens majeurs.

La Liste électorale sera forcément disponible en janvier 2019 parce que la première partie du travail est déjà bouclée. Elle sera propre, mise en ligne. Et pour cela, nous nous attelons à rendre opérationnel le site web du Cos/Lépi sur lequel sera publiée la Liste courant décembre. Par rapport à cet aspect, nous prenons toutes les dispositions pour corriger le tir lié à la défaillance des années antérieures de la mise en ligne du fichier électoral. Nous allons enfin procéder à son audit avant de la remettre à l’Agence nationale de traitement (Ant), notre bras opérationnel.

Selon les dispositions de la loi, un citoyen qui a perdu sa carte d’électeur doit se rendre au commissariat de son domicile pour faire une déclaration. Avec la déclaration de perte à lui délivrée, il adresse une demande au Cos/Lépi pour l’établissement d’un duplicata. Toutefois, la loi a précisé que ce citoyen doit payer une somme d’argent au Trésor public, le montant étant fixé à 1 200 Fcfa par le Cos/Lépi. Nous sommes en négociation avec le Gouvernement afin que ce montant soit davantage subventionné. Tous ceux qui ont perdu leurs cartes d’électeurs peuvent immédiatement faire la déclaration de perte auprès des Comités communaux d’actualisation afin que nous prenions les dispositions nécessaires pour l’établissement du duplicata. Nous sommes à pied d’œuvre. C’est pour cela que je voudrais apaiser la population et lui demander de ne pas traîner les pas pour le reste de l’opération.

Propos recueillis par Alain SESSOU et Guy DOSSOU-YOVO

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

5 + trois =