novembre 22, 2018
Questions/Réponses

Questions / Réponses

Mon frère, c’est quand l’amour est haï et détesté qu’il prend toute sa valeur divine et spirituelle. En fait, quand Jésus nous demande d’aimer nos ennemis, il s’agit proprement de ce contexte que tu poses aujourd’hui : comment continuer à aimer des gens qui s’opposent à moi, qui me traquent tous les jours, qui me haïssent et me détruisent partout, et qui me détestent dès qu’ils sont en ma présence, ne supportant rien de ma personne ? Comment continuer à aimer de tels gens ? Nous devons avoir proprement une grâce divine et surnaturelle pour affronter de telles situations de manque d’amour. Dans l’Imitation de Jésus-Christ, ce petit livre d’un moine allemand, qui a construit la vie de beaucoup de Saints et de Saintes dans l’Église pendant plusieurs siècles, et qui aujourd’hui est encore d’actualité, il est dit quelque part : « Si tu veux progresser spirituellement dans la vertu de l’humilité, apprends à aimer les situations humiliantes ; et si tu veux progresser dans la charité, aime ceux qui ne t’aiment pas, ceux qui s’opposent à toi, ceux qui te détestent et disent du mal de toi, ceux qui te rendent le mal pour le bien, et ceux qui médisent de toi et détruisent ta renommée, ta personnalité ». C’est là proprement apprendre à aimer nos ennemis. Par ailleurs, aux yeux de Jésus, la preuve que nous avons reçu la foi chrétienne et que nous sommes véritablement ses disciples, c’est quand nous nous engageons résolument dans une vie de charité et d’espérance. Dans cette vie marquée par ces deux pôles importants comme idéal jamais totalement réalisé, et comme but d’excellence à toujours pour- suivre, il s’agit d’être le meilleur et de poursuivre le meilleur ; jamais s’asseoir sur ses lauriers, sur ses victoires, mais toujours se préparer à de nouvelles conquêtes spirituelles jamais encore imaginées, ni prévues jusqu’ici, dans le quotidien de mon existence. Au jeune homme riche qui a pratiqué depuis son enfance l’essentiel de la Loi et qui, pour cela, est devenu juste et irréprochable, Jésus tombe dans l’admiration, mais Il lui dit d’aller plus loin afin de conquérir dès ici-bas le bonheur éternel. Pour Lui, la qualité qui manquait pour la perfection divine du jeune homme riche, c’est la pauvreté tout à l’exemple du Seigneur Jésus-Christ Lui-même. La poursuite quotidienne de cette grande vertu le conformerait à la parfaite vie pauvre du Seigneur Jésus-Christ, et le rendrait totalement capable de l’abandon filial dans les bras du Père. Mon frère, ce que nous devons acquérir pour persévérer dans notre vie de charité, c’est le courage de tenir dans le commandement du Seigneur quels que soient les vents contraires qui soufflent ; de ne jamais prendre sa revanche ou vengeance devant le mal qui s’accumule et devient insupportable et invivable ; mais tenir fermement dans les plaies de Jésus-Christ ouvertes sur le Calvaire et comme Marie, s’y reposer calmement ; être certain que les ténèbres du Vendredi Saint seront suivies de la lumière du dimanche de Pâques. Dieu l’a promis. Il le réalisera à chaque étape de notre vie.

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

seize + 12 =