novembre 22, 2018
Editorial

Parole aux jeunes

Parole aux jeunes

Comment mieux répondre à l’espérance des jeunes aujourd’hui pour une vie meilleure ? Comment les aider à comprendre plus spécifiquement qui ils sont et leur place dans nos sociétés ? Donner une vraie éducation aux jeunes, les aider à discerner leur vocation, et surtout créer les conditions pour qu’ils se sentent concernés par la vie de la société et ne pas en être de simples spectateurs. En réalité, les jeunes sont aujourd’hui confrontés à de nombreux défis et opportunités aussi bien au Bénin, en Afrique que dans le monde entier. Ils sont fortement concernés par les sujets tels que la sexualité, les mariages qui ont échoué, le chômage, la corruption, la violence, l’insécurité, l’instabilité sociale, politique et économique. Beaucoup se sentent exclus du projet sociétal de nos pays qui ne leur donnent pas vraiment de sérieuses perspectives d’avenir. Dans le même temps, certains d’entre eux ne reçoivent pas les repères susceptibles de les aider à grandir alors qu’ils ont besoin de modèles qui soient attractifs, cohérents et authentiques. À cet égard, l’Église consacre un Synode des évêques sur les jeunes, la foi et le discernement vocationnel. Elle entend avoir une compréhension claire des jeunes, de leurs défis et de leurs attentes aujourd’hui. Mais rien ne se fera sans les jeunes euxmêmes. Car force est de constater que bien souvent, ils ne sont pas écoutés dans l’élaboration des programmes et projets sociétaux sur la jeunesse. C’est pourquoi, en prévision du Synode d’octobre prochain, le pape François avait envoyé un questionnaire pour les jeunes, aux différentes conférences épiscopales qui ont diffusé largement l’enquête. Mieux, une réunion pré-synodale a réuni 300 jeunes représentants du monde entier, à Rome du 19 au 25 mars 2018, et a eu un grand succès. L’Église manifeste ainsi sa volonté de donner la parole aux jeunes afin de mieux les accompagner dans leurs préoccupations quotidiennes et leur offrir des outils nécessaires dans la formation de leur personnalité. Une méthode de travail qui devrait inspirer d’autres institutions ecclésiales ou étatiques.

Père Serge N. B IDOUZO

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

20 − quatorze =