Pourquoi chercher « ailleurs » ce qui ne peut nous combler ?

Lectio Divina

Lectio Divina

Suivre le Christ, vivre pleinement ses promesses de Baptême nous demande un rude combat spirituel !

Dans la suite de son grand discours sur le Pain de Vie dans le Chapitre 6 de St Jean, Jésus nous fait comprendre aujourd’hui, que pour être son disciple il nous faut vraiment renoncer à nous-mêmes. Renoncer à nous-mêmes, d’abord aux a priori de nos « idées » sur Dieu. Nous voyons à plusieurs reprises dans les Évangiles que les disciples de Jésus et ceux qui se mettent à son écoute ne le reconnaissent pas : ils connaissent ses origines humaines, son village, le métier de son ‘Père’ Joseph, et donc, selon leur compréhension et calculs raisonnables, il ne pouvait pas être le Messie.

Lorsque Jésus leur fait comprendre que son Corps et son Sang sont Vie éternelle, il dépasse complètement leur entendement. Suivre un Messie qui fait des miracles, qui donne du pain, qui guérit nos malades, d’accord, mais accepter qu’il nous donne la Vie éternelle, non, cette parole est trop rude, « Qui peut l’entendre ? »

Oui, sans la grâce de Dieu, sans que cela nous soit « donné par le Père », nul ne peut comprendre ! Alors beaucoup choisissent de partir, car suivre le Christ devient trop coûteux !

Et nous, ne sommes nous pas tentés de faire pareil ? Nous consentons à suivre le Christ, tant qu’il répond à nos besoins, à nos désirs, mais à condition aussi qu’il ne nous dérange pas trop ! Nous sommes avides de réciter des prières, des litanies, faire les chemins de croix (et tout cela est bon), mais si notre coeur reste fermé à ce que Dieu nous demande, à la conversion du coeur pour nous retourner vers lui, et vivre selon l’Évangile ; notre prière ne vaut rien, elle ne nous approche pas de Dieu. Pas étonnant alors que nous allons voir ailleurs !

Et vous, voulez vous partir, vous aussi ? La réponse de Pierre est nette. « A qui irions-nous, Seigneur, tu as les paroles de la vie éternelle ». Oui, car malgré l’incompréhension, Pierre sent au fond de lui-même, dans son coeur profond qui s’est mis à l’écoute de Jésus, que c’est vraiment lui le Messie. Alors pourquoi chercher ailleurs lorsque son coeur a trouvé ce qui peut le combler.

Posons-nous donc la question. Pourquoi voulons-nous partir ? Pourquoi cherchonsnous « ailleurs » ce qui ne peut nous combler. Comme disait le prophète Jérémie : « Ils m’ont abandonné, moi la source d’eau vive, pour se creuser des citernes, citernes lézardées qui ne tiennent pas l’eau. » (2,13). Oui, Seigneur, « A qui irions-nous, tu as les Paroles de la Vie Éternelle ». Pardonne nos égarements, et fais-nous revenir à toi, la seule Source de Vie  Éternelle.

La Rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *