Jésus n’est pas descendu du ciel pour nous donner quelque chose mais pour se donner

5 août 2018 Pain Hebdomadaire du Catholique par Théodore C. Loko

5 août 2018 Pain Hebdomadaire du Catholique par Théodore C. Loko

Le Pain hebdomadaire du catholique – Dimanche 5 août 2018

Textes du jour

Première lecture : Exode 16,2-4.12-15

Psaume : 77       

             Deuxième lecture : Ephésiens 4,17.20-24

            Evangile :  Jean 6,24-35

Commentaire

Les textes de ce jour nous enseignent que Jésus n’est pas descendu du ciel pour nous donner quelque chose mais pour se donner. Il s’est livré pour nous et pour le monde entier. Nous chrétiens d’aujourd’hui, nous sommes envoyés dans le monde pour témoigner de cet amour qui est en Dieu et le communiquer à tous ceux et celles qui nous entourent.

Voilà tout le débat sur le pain de vie et le pain périssable. La première lecture nous parle de la situation dramatique des Hébreux tenaillés par la faim. Ils viennent d’être libérés de l’esclavage d’Égypte. Sous la conduite de Moïse, ils se sont mis en route vers la Terre promise. Mais dans le désert qu’ils doivent traverser, il n’y a pas d’eau et pas de nourriture. Le ton s’est mis à monter. Les Hébreux se sont mis à récriminer contre Moïse et Aaron. 

Ces récriminations, Dieu les entend. Il n’abandonne pas son peuple. Il lui donne la manne pour le nourrir. Traverser le désert c’est croiser le manque et le doute. C’est se découvrir pauvre, limité et mortel. Mais même dans les situations les plus difficiles, Dieu ne nous abandonne pas. Ce récit de l’Exode nous recommande d’être assez confiants pour accueillir chaque jour le don de Dieu en rendant grâce. Aux fils d’Israël qui le mettent à l’épreuve en récriminant contre Moïse et Aaron, Dieu donne la manne et les cailles. Ils sont comme une avance sur héritage avant le don extrême de son Fils. On ne peut les thésauriser car le don est renouvelé chaque jour. Pour en bénéficier, il faut sortir. Sortir est décidément un verbe majeur pour Dieu et pour tous ceux qui veulent le rencontrer et le connaître. Si on ne veut pas se risquer à la sortie d’Égypte qui passe par le désert, il faut néanmoins sortir pour être nourri et vivre. À son tour Dieu ainsi nous éprouve : il compte bien que nous lui manifestions, que nous lui prouvions notre confiance.

L’Évangile de ce dimanche nous parle également de nourriture. Il fait suite  au récit de la multiplication des pains que nous avons lu dimanche dernier. Jésus vient de nourrir une foule affamée. Pour ces pauvres gens, c’est quelque chose d’extraordinaire. Alors, ils pensent avoir trouvé celui qui pourrait devenir leur roi et répondre à tous leurs besoins. Mais Jésus ne l’entend pas ainsi. Ce n’est pas sa mission ; il a beaucoup mieux à leur proposer. C’est également important pour nous aujourd’hui.

Le récit de l’évangile rejoue quasiment celui de l’Exode dans une mise en scène réactualisée. Après avoir été libérée de l’esclavage d’Égypte, la communauté des fils d’Israël mit sa foi dans le Seigneur et dans son serviteur Moïse (Ex 14, 30). De même la foule, bénéficiaire des actes de guérison de Jésus et des pains multipliés, est prête à lui faire confiance. Mais confrontée à l’épreuve de la faim et de la soif durant la traversée du désert, ou à l’absence du pourvoyeur de biens, cette foi se révèle vite défaillante. De là à exiger de Dieu qu’il fasse ses preuves, le pas est vite franchi, et le Seigneur se met à la portée de l’homme. Au désert il lui donne jour après jour le pain venu du ciel. Mais c’est pour l’inviter à revêtir l’homme nouveau et à ne plus seconduire comme les païensqui ne s’intéressent aux divinités que pour obtenir ce qui manque à leurs convoitises (2ème lecture). Dieu est Tout Autre. Il veut nous libérer réellement, nous délivrer des obsessions de l’avoir, du pouvoir, du paraître, autrement dit de tout ce qui s’apparente à du ‘manger’ et qui exerce une tyrannie sur nous. Son désir pour nous est que nous puissions cheminer l’esprit libre, dans une relation de confiance gratuite en lui, puisqu’en Christ, nous avons l’assurance qu’il nous donne tout en se donnant lui-même. LeSeigneurnousadresseuneinvitationpressanteà lerecevoirdans lesacrementde l’Eucharistie :  » Envérité, envérité, je vous le dis, si vous nemangezlaChairdu Fils de l’hommeet nebuvezsonSang, vous n’aurezpas lavieen vous  » (Jn6,53). « Prenez et mangez en tous » (CEC 1394).

 Théodore C. Loko   

Ambassadeur Théodore C. Loko
Lien vers son BLOG.

A lire aussi :

– Tous les Pains Hebdomadaire du Catholique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *