Diocèse de Porto-Novo : Ouverture d’un double jubilé et voeu temporaire chez les Sarc

Porto Novo Jubilé

Porto Novo Jubilé

Le 9 avril 2018, en la solennité de l’Annonciation, l’Institut des Servantes de l’Amour Rédempteur du Christ (Sarc), au cours de la même célébration eucharistique, a rendu grâce à Dieu, pour quatre événements. Il s’agit de l’ouverture de l’année jubilaire des noces de perles des Sarc, des noces d’argent des voeux temporaires de ses premières soeurs et des Constitutions, et de la profession temporaire de l’une de ses filles. C’était sur la paroisse Saint Antoine de Padoue d’Ekpè.

Traditionnellement célébrée dans la liturgie catholique le 25 mars, cette année, la solennité de l’Annonciation, coïncidait avec le dimanche des Rameaux qui inaugure la Semaine Sainte. Cette fête a donc été transférée au 9 avril. Solennité retenue pour l’émission des premiers voeux dans la famille des Servantes de l’Amour Rédempteur du Christ (Sarc), celle de cette année a revêtu un cachet spécial.

Car, comme si Dieu n’avait d’yeux et de coeur que pour cet Institut, cette eucharistie marque aussi l’ouverture d’une année jubilaire qui s’inscrit dans le temps et dans le diocèse de Porto-Novo. Il s’agit de l’ouverture du jubilé de perle de l’érection de l’institut des Sarc, 8 décembre 1988 – 8 décembre 2018; du jubilé d’argent, 25 mars 1994-25 mars 2019, des Constitutions Sarc et de la profession temporaire des trois premières soeurs, les soeurs Opportune Tosse, Antoinette Acakpo et Augustine Godonou.

La célébration, commencée à 9h30, a été présidée par son Mgr Aristide Gonsallo, évêque de Porto-Novo, et concélébrée par une trentaine de prêtres. A l’entame de la messe, la responsable de l’Institut, soeur Annick Sounouvou, dans son mot de bienvenue, a annoncé l’ouverture de l’année jubilaire. Après les lectures, soeur Arlette Gomez, la maîtresse des novices, a présenté la nouvelle professe, Flora Akodébakou, à l’évêque.

Dans son homélie, le prélat a d’abord expliqué pourquoi la fête de l’Annonciation a été transférée du 25 mars au 9 avril, avant de revenir sur les trois événements de l’année jubilaire qui s’ouvre pour l’Institut des Servantes de l’Amour Rédempteur du Christ. Il a salué la mémoire du Père fondateur, Mgr Vincent Mensah, qui a reçu les voeux des premières soeurs. Rappelant encore les mots de ce prélat, à l’occasion des premiers voeux de soeur Arlette Gomez, il cite : « Une et une seule, c’est peu, mais c’est beaucoup lorsqu’on considère l’amour de Dieu qui descend et l’alliance qui se noue de plus en plus pour le service de la Rédemption ».

Ensuite, se penchant sur les textes du jour, il a fait comprendre que Dieu a cherché à créer des liens avec le roi Acaz. Mais ce roi se rebiffe. C’est alors que le Seigneur lui annonce que la jeune femme enfantera un fils. Dans la deuxième lecture tirée de la lettre aux Hébreux, cette relation que Dieu tente de nouer avec l’homme prend une couleur déterminante en Jésus, le Fils promis et annoncé. Jésus donne une réponse très claire et manifestement évidente qui reprend et actualise la parole du psalmiste: « Me voici, je viens, pour faire ta volonté ». Dans la même perspective, l’évangile dévoile aux yeux des participants la jeune femme annoncée par le prophète.

C’est Marie qui, elle aussi, répond à l’initiative de Dieu et au nom de toute l’humanité «Me voici, je suis la servante du Seigneur, que tout se passe pour moi selon ta parole.» Voilà la délicatesse infinie de Dieu qui laisse à sa créature toute la liberté de répondre comme elle le veut sans lui imposer des conditions. Et c’est dans ce même sillage qu’il exhorte soeur Flora à se poser la question de savoir comment elle peut vivre sa consécration durant le nombre d’années à faire. Mgr Gonsallo l’a invitée également par la prononciation de ses voeux, à écouter la sagesse des aînées qui ont déjà comme elle, fait l’expérience de l’amour de Dieu, lui faisant comprendre qu’en entrant dans la vie consacrée aujourd’hui, elle accepte de ne pas fermer son coeur « au frère et à la soeur ». Sa seule richesse serait de faire la volonté de Dieu.

Elle devra aussi vivre ses voeux d’obéissance, de chasteté et de pauvreté toute tendue vers Dieu dans la maîtrise de soi et de tout ce qui pourra la détourner de lui. Parailleurs, elle devra régulièrement rencontrer personnellement le Christ Jésus sans verser dans l’activisme mais se laisser rencontrer, aimer et chercher par Lui. Avant de conclure, tout en demandant de prier pour lui, il s’est adressé aux consacrées, leur souhaitant de raviver aujourd’hui la même rencontre avec Jésus,et invoquer le Seigneur de les soutenir dans leur apostolat. Il n’a pas oublié de remercier les parents de la soeur Flora pour le don de leur fille à l’Église et a invoqué la bénédiction du Seigneur sur eux.

Après l’homélie, suite au dialogue entre le célébrant et la soeur Flora, le prélat l’a autorisée à émettre les voeux. Un cierge allumé dans la main, la jeune professe a émis les voeux de chasteté, de pauvreté et d’obéissance dans la famille des Sarc et s’est vue revêtir les signes distinctifs. Il lui a été remis ensuite la Bible et les constitutions des Sarc.

La célébration s’est poursuivie avec la partie eucharistique et les actions de grâces. A la sortie de la messe, les agapes fraternelles ont réuni autour de Mgr Gonsallo, les prêtres, les religieuses et les invités, dans la cour de la paroisse saint Antoine de Padoue d’Ekpè, au lieu réservé par le père Jules Carrel Dossah, curé des lieux.

Rendez-vous est pris pour les différentes activités qui meubleront l’année jubilaire : conférences, pèlerinages, rencontre avec les jeunes, visites dans les prisons,visites des malades grabataires.

Nadine Goussanou

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *