Enseigne-moi ta prière !

Lectio DIvina

Lectio DIvina

« Le matin, bien avant le jour, il se leva, sortit et s’en alla dans un lieu désert, et là il priait »

Dans l’Évangile de ce jour, Jésus continue ses activités de guérison. Suite au passage du dimanche dernier, où Jésus, à la Synagogue de Capharnaüm a chassé les esprits mauvais, ici, nous le voyons rentrer dans la maison de Simon et guérir d’abord sa Belle Mère.

Celle-ci, une fois remise, se met immédiatement à son service. Et puis, le soir du Sabbat, la foule se presse à la porte, et Jésus continue de guérir. Cette petite phrase citée au début peut nous aider à comprendre la force, la source de l’amour de Jésus. Il part, bien avant le jour, dans un lieu isolé, et là il priait le Père.

Ne nous a-t-il pas enseigné à nous isoler, nous aussi pour reprendre le contact avec le Père ? « Pour toi, quand tu pries, retire-toi dans ta chambre, ferme sur toi la porte, et prie ton Père qui est là, dans le secret ; et ton Père, qui voit dans le secret, te le rendra », (Mt 6,6). Oui, c’est cette intimité avec le Père qui lui donne de vivre sa mission, dans un don total et sans réserve de lui-même à la volonté du Père, exprimée à travers l’annonce du Royaume. Et lorsque les disciples le retrouvent en train de prier, ils lui disent que tout le monde le cherche.

Jésus ne se fatigue jamais de prêcher, de guérir, de chasser les esprits. Même le jour du Sabbat ! « Allons ailleurs afin que j’y prêche aussi, car c’est pour cela que je suis sorti ». Son seul souci, est de faire l’œuvre du Père ; d’annoncer la Bonne Nouvelle aux pauvres, à ceux qui ont un cœur qui écoute, qui sont capables de recevoir cette Bonne Nouvelle et de s’en laisser transformer.

Quelle est notre disponibilité pour le service du Royaume ? Quelle est notre assiduité à annoncer la Bonne Nouvelle ? Quelle est notre ouverture à tous ceux qui viennent nous demander de l’aide au nom de Jésus Christ, ou parce qu’ils savent que nous sommes des « chrétiens » ? Seigneur, ouvre mon cœur à ta parole.

Enseigne-moi ta prière, qui rend le cœur disponible, ouvert à Dieu et à ses frères. Guéris mon égoïsme, mon orgueil qui me rend « imperméable » aux autres, à leurs besoins. Pardon pour avoir mesuré les dons que tu m’as faits, pour avoir fermé le cœur et les mains à ceux qui ont besoin de moi. Donne-moi un cœur qui écoute, qui reste ouvert à mes frères et sœurs et qui soit le reflet de ta bonté.

La rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *