Les évêques du Bénin en session plénière ordinaire

Les évêques du Bénin en Session plénière ordinaire

Les évêques du Bénin en Session plénière ordinaire

La paroisse cathédrale du diocèse de Porto-Novo, jubilaire de 150 ans d’évangélisation, en communion avec son curé le père Charlemagne Koudhorot a abrité dans l’après-midi du dimanche 22 octobre 2017, la messe solennelle d’ouverture de la première session plénière ordinaire de la conférence épiscopale du Bénin au titre de l’année pastorale 2017- 2018.

A l’exception du vice-président, Mgr Eugène Cyrille Houndé- kon, évêque d’Abomey et de celui de Djougou, Mgr Paul Vieira, tous les évêques étaient présents à cette eucharistie présidée par le pré- sident de la conférence, Mgr Victor Agbanou, évêque de Lokossa qui avait à ses côtés immédiats les archevêques de Cotonou, Mgr Roger Houngbédji et de Parakou, Mgr Pascal N’Koué, sans oublier l’archevêque émérite de Cotonou Mgr Antoine Ganyé.

C’est par une visite du site de pèlerinage Maria Tokpa du diocèse qu’ils ont démarré leur séjour en compagnie de l’ordinaire du lieu Mgr Aristide Gonsallo qui a sollicité l’aumône de la prière des fidèles chrétiens de Porto-Novo pour la réussite de leurs assises tenues du 22 au 25 octobre 2017. Les évêques ont également eu droit à une présentation sommaire de l’historique du site par son recteur, le Père Albert Hounsinou.

L’église cathédrale n’a pu contenir le monde des prêtres, des religieuses et religieux, des membres de l’association des volontaires de l’Eglise catholique, Avecath-Bénin, des autorités politiques et administratives dont le médiateur émérite de la République, le professeur Albert Tévoèdjrè (Frère Melchior), et des fidèles chrétiens laïcs dont beaucoup n’ont pu se trouver une place que dehors sur la cour de la cathédrale garnie de nombreux drapeaux du Vatican (jaune-blanc), sur des centaines de chaises dressées çà et là.

Le tout soutenu par la chorale des jeunes Saint Grégoire Le Grand de la cathédrale qui a réussi à faire prier les fidèles à travers des chants appropriés et recueillis. L’autre moment de joie et de louange de la célébration a été la grande, longue et dansante procession d’offrandes organisée et réalisée par les femmes catholiques de la cathédrale portant toutes, leur tissu uniforme vert-jaune. Elles ont ainsi voulu manifester, à en croire le Père Curé de la Cathédrale, Charlemagne Koudhorot, qui les a introduites par une monition d’action de grâce, « leur désir et leur engagement à contribuer aux œuvres d’évangélisation de l’Eglise ».

L’honneur est venu à l’ordinaire du lieu, Mgr Aristide Gonsallo, de présenter aux fidèles, sous des ovations nourries, ses pairs évêques, chacun par son nom, son diocèse et son titre au sein de la conférence épiscopale avant d’être lui-même présenté à la communauté par le président de la conférence en personne. Pour le Père Koudhorot, « la présence de tous les évêques du Bénin en ce moment à la cathé- drale est comme une bénédiction sur l’année jubilaire que vit la paroisse cathédrale : 150 ans d’évangélisation et 75 ans de dédicace ».

Mais au-delà de la beauté de cette célébration d’ouverture des assises de la conférence épiscopale du Bénin en cette église cathédrale qui se prépare à rendre grâce pour son jubilé, l’instant de l’homélie prononcée par Mgr Houngbédji a été un moment fort émouvant d’enseignement sur l’amalgame à ne jamais faire entre la mission de l’Eglise et celle de l’Etat. Et ce, à partir de la méditation du prélat sur l’adage biblique populaire à savoir : « A César ce qui est à César et à Dieu, ce qui est à Dieu ».

Guy Dossou-Yovo, journaliste de l'hebdomadaire Catholique La Croix du Bénin Guy Dossou-Yovo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *