Jubilé d’argent sacerdotal de Mgr Brian Ngozi Udaïgwe

JUBILE DARGENT SACERDOTAL DE MGR BRIAN NGOZI UDAÏGWE

JUBILE DARGENT SACERDOTAL DE MGR BRIAN NGOZI UDAÏGWE

Après le Bénin et le Togo, ses terres de mission, Mgr Brian Udaïgwe Nonce apostolique du Togo et du Bénin s’est rendu dans son pays d’origine, le Nigéria, afin de rendre grâce avec les Communautés catholiques pour ses 25 ans de sacerdoce.

Les villes d’OweriI, d’Orlu et le village de Nkume dans l’Etat d’Imo au Nigéria ont reçu du Seigneur la grâce immense de compter au rang de leurs fils, un éminent serviteur du Christ en la personne de Mgr Brian Ngozi Udaïgwe, nonce apostolique près le Bénin et le Togo. De par sa vie de foi, l’homme de Dieu fait aujourd’hui la fierté de sa région natale, de son pays et de l’Eglise catholique romaine toute entière.

La célébration de ses 25 ans de vie sacerdotale, du 03 au 08 août 2017, en a été un témoignage des plus éloquents. D’Oweri, capitale de l’Etat d’Imo à Orlu en passant par les villes, villages, hameaux et banlieues environnantes, les chrétiens catholiques du Nigéria se sont unis dans un vibrant hommage à Dieu toutpuissant. Une célébration qui a connu la remarquable participation de nombre de délégations venues de l’étranger dont celle du Bénin et du Togo composée de trois évêques, d’un prêtre, de plusieurs religieuses et de laïcs béninois. 

Dès son arrivée, la délégation du Bénin a pu s’imprégner de l’exceptionnelle ferveur suscitée par la célébration des noces d’argent de Mgr Udaïgwe. Les autorités de l’Etat étaient fortement impliquées, la population mobilisée, l’atmosphère était à la convivialité et au partage fraternel.

Un accueil valorisant

Un nombre impressionnant de prêtres et de supérieurs étaient à l’aéroport d’Oweri pour accueillir la délégation conduite par Mgr Pascal N’Koué, archevêque de Parakou, Mgr Aristide Gonsallo, Evêque de Porto-Novo et Mgr François Gnonhossou, Evêque de Dassa-Zoumè.

On pouvait lire la joie sur tous les visages. Les frères et sœurs du Nigéria n’ont pas caché leur fierté et leur bonheur de voir une si importante délégation effectuée le déplacement depuis le Bénin et aussi du Togo spécialement pour l’événement. Les invités, pour leur part, étaient comblés par la chaleur de l’accueil et l’élan de joie manifestée par toute la population à leur arrivée.

L’étape d’Orlu

Une heure de route plus tard, la délégation était dans la ville d’Orlu. Là encore, un impressionnant comité d’accueil composé de prêtres et de supérieurs attendait les délégations du Bénin et du Togo avec cette fois-ci, l’inestimable présence du nonce apostolique Mgr Udaïgwe. Que de joie partagée !

Les honneurs officiels

Le gouverneur de l’Etat d’Imo, M. Owelle Rochas Okorocha et son épouse Mme Nneoma Nkechinyere Rochas Okorocha, deux personnalités fortement attachées aux valeurs chrétiennes catholiques, ont fait l’honneur aux délégations béninoises et togolaises d’être reçues au parlement de l’Etat d’Imo.

A cette occasion, le gouverneur a présenté chaque membre de la délégation aux parlementaires ; s’en est suivi la visite des réalisations de la fondation animée par le gouverneur. Centres de formation, écoles, universités, aires de jeu, le palmarès était réellement impressionnant. Pour couronner le tout, le gouverneur et son épouse ont offert à leurs hôtes un déjeuner dans leur résidence privée.

Cette étape fut très édifiante, quant à la place qui est celle de la foi dans la vie de cette communauté, y compris jusque dans la vie officielle. En effet, les services publics sont dotés de chapelles où le personnel se consacre à la prière aux heures de pause. C’est le cas du gouvernorat.

L’humilité des bergers

Les laïcs qui ont eu la chance de prendre part à l’expédition ne sont pas prêts d’oublier les moments de partage qu’ils ont vécus autour de la foi avec leurs pasteurs. Le séjour s’est déroulé dans une simplicité remarquable.

Les évêques, prêtres, religieux et religieuses ont partagé le même espace de vie et les mêmes repas avec eux, dans une vie simple et remplie de considération à l’égard des fidèles. Pour beaucoup, c’était inimaginable de vivre tant de proximité avec des dignitaires de l’Eglise. Un membre de la délégation a même laissé échapper « Nous ignorions que la vie d’un Evêque était aussi naturelle que la nôtre ».

Ainsi, ils ont pu bénéficier de leur accompagnement pour consolider leur foi à l’occasion des séances de prières et de méditation, des messes à la chapelle, etc.

La ferveur de tout un peuple

Les délégations béninoises et togolaises ont rencontré une population du Sud-Est du Nigéria à 90% chrétienne catholique. Une population qui s’implique véritablement dans la vie de son Eglise et se tient au côté de son clergé.

Une communauté pour qui la croyance occupe une place centrale et qui érige de nombreuses cathédrales, églises et chapelles pour magnifier son Dieu. L’expérience de cette communauté chrétienne est source d’inspiration pour tous les pays francophones, quant à la pratique de la foi en Christ.

Une expérience à renouveler

Le nonce apostolique près le Bénin et le Togo, à travers cette célébration de noces d’argent, a révélé un aspect peu connu de sa personnalité et de son ministère. Simple et humble, il a su s’inscrire dans les cœurs comme, non seulement une autorité de l’Eglise mais aussi un homme proche de sa communauté. Une communauté qui a su donner à l’ensemble des participants un exemple de foi intense et riche en actes.

Dans son homélie, cette phrase a retenu l’attention des fidèles : « Je suis fils du Nigéria précisément sorti de l’Etat d’Imo, je resterai le même quoi qu’il en soit et quoi que Dieu voudra toujours fils du village de Nkume ; je ne vous oublierai jamais. C’est le moment de dire au peuple béninois que je ne les oublierai aussi jamais, car leur hospitalité est toute naturelle ». Tous ceux qui ont vécu ces quelques jours dans la communauté catholique de l’Etat d’Imo n’attendent qu’une seule chose : vivre une telle visite à nouveau dans le but de poursuivre l’enrichissement mutuel dans le Christ.

Franck Adjalla déclare: « Notre séjour nous a permis de comprendre la place qu’occupe la foi catholique dans la vie de cette population. Avec tout ce que nous avons vécu, je suggèrerais humblement à nos autorités ecclésiastiques d’initier un jumelage avec le territoire apostolique d’Imo » (Oweri Orlu Nkume). Pourquoi ne pas associer cette communauté au pè- lerinage marial de Dassa-Zoumè ? Notre remarque et surprise est que le côté cultuel a bien sa place dans toutes les célébrations qu’elles soient religieuses, civiles ou politiques, comme par exemple la cé- lébration du cola et de l’aubergine qui sont les premières offrandes bénies servies aux hôtes, en introduction de toutes cérémonies (prières). Pour Franck Accrombessy, « ce fut un séjour de caractère très spirituel en compagnie de nos trois évêques que nous avons appris à découvrir. Une remarque particulière est la ferveur dans l’expression de la foi, de la géné- rosité et du respect, l’attention et le soutien sans mesure du peuple de Dieu à ces pasteurs. Notre engagement est de pouvoir intégrer ces découvertes positives dans notre environnement local ». Quant à Mme Evelyne Atadokpede, elle déclare: « Nous étions heureux pendant ces trois jours d’intenses prières, de partage et d’amour ».

Franck A. Adjalla, membre de la déléguation Béninoise.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *