Obole de la veuve pour nos Séminaires

obole séminaires bénin

« La vie de nos séminaires est un miracle au quotidien »

 Le vendredi 19 mai dernier, nous avons commémoré les noces d’or du grand séminaire à Saint Paul de Djimè dans le diocèse d’Abomey. Moment de souvenir, de fête et de joie certes, mais aussi et surtout moment d’action de grâces et de reconnaissance tout naturellement à Dieu, pour ces maisons qui nous ont engendrés comme pasteurs selon le Cœur de Dieu, pour le service de son peuple saint : ces hauts lieux où formés et initiés, vos prêtres sont appelés à aller annoncer Jésus-Christ à tout Homme où qu’il se trouve.

Mais avant qu’il en soit ainsi, il faut bien que le jeune chrétien laïc reçoive une formation conséquente et les outils adéquats et indispensables qui lui permettront d’en avoir les aptitudes, les qualités et capacités intrinsèques qui vaillent. Mais alors, comment vit-on dans nos séminaires ? C’est l’une des grosses et importantes questions que nous devons nous poser tous autant que nous sommes. Chrétiens, chrétiennes, laïcs engagés, parents de séminaristes et de prêtres ou non. Question cruciale s’il en est, quand on s’aperçoit que de loin, quelques-uns ne s’imaginent pas toujours les difficultés auxquelles sont confrontés la plupart du temps, nos séminaires, quels qu’ils soient.

Bien sûr que nos paroisses envoient des vivres et divers dons pour soutenir nos maisons de formation au cours des du mois retenus pour cela. Mais le constat est là que malgré ces initiatives pour en appeler à une prise de conscience collective par rapport à la situation, la réalité est bien loin de nous faire jubiler. La vie de nos séminaires est un miracle au quotidien. Ici, Dieu Lui-même semble être mis au défi. Sa Providence est mise rudement à l’épreuve. Mais la Providence n’interviendra pas à propos de tout et de rien ; mieux, elle passe par chacun de nous. C’est dire qu’à l’occasion des noces d’or du séminaire Saint Paul de Djimè, nos consciences chrétiennes doivent nous interpeller tous, qui que nous soyons dans nos communautés chrétiennes de base, dans nos églises, dans nos paroisses et dans nos diocèses et archidiocèses. C’est avant tout une question de foi.

C’est donc peu dire que d’affirmer que nos séminaires sont toujours à la recherche de moyens matériels et financiers pour favoriser et renforcer davantage la formation de nos séminaristes, pasteurs de demain et avenir sur bien des plans, de l’Eglise de Jésus-Christ. Laïcs engagés, diacres, religieux, religieuses, prêtres et évêques, nous avons donc nos partitions respectives à jouer, pour que nos séminaires demeurent ces hauts lieux de formation de qualité pour le salut de l’Humanité, à l’instar de celle reçue par nos anciens prêtres et prélats tels que les Pères Mouléro, Kiti, Adjanonhoun, Dagnon, nos Seigneurs Adimou, Sastre, Mensah, Agboka, de Souza, Bernardin Cardinal Gantin pour ne citer que ceux-là.

En cette fête de l’Ascension, daigne le Seigneur nous envoyer davantage sa lumière et son Esprit Saint, afin que nous prenions conscience de ce que nos séminaires et maisons de formation ont besoin de nous pour poursuivre leur noble et exaltante mission. Car en plus des hommes et des femmes de bonne volonté, des généreux donateurs qui de temps en temps font ce qu’ils peuvent pour nous soutenir, il nous faut savoir que chaque chrétien, chaque chrétienne peut et doit être à sa manière, ce généreux donateur.

Il s’agit en définitive de l’obole de la veuve, si nous comprenons qu’il y a plus de joie à donner qu’à recevoir, et que c’est surtout source d’abondantes bénédictions de la part de Dieu à qui appartiennent toutes richesses ! N’est-ce donc pas alors que les occasions de jubilés ou de manifestations importantes dans la vie de nos séminaires et maisons de formation où qu’ils se trouvent sur l’ensemble du territoire de notre pays doivent être aussi des moments d’introspection pour  tout chrétien ?

Portrait de l'abbé magloire acapovi, directeur de publication du journal La Croix du Bénin    Abbé Magloire Acapovi, directeur de publication 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *