Centenaire des apparitions à Fatima : Saint à tout âge

Vierge centenaire des apparitions à Fatima

Le 13 mai dernier, l’Eglise fêtait le centenaire des apparitions de la vierge à Fatima, au Portugal. Un événement de poids dans le monde, qui montre que Dieu n’improvise jamais, qu’il ne charge l’être humain d’aucune mission qui outrepasserait ses forces. Jusqu’à la sainteté.

L’Eglise Catholique a fêté au plan universel le centenaire des apparitions de la Vierge Marie dans la petite ville de Fatima au Portugal. Un évènement dont l’importance et la signification ne sauraient passer sous silence, vu son poids historique, politique voire spirituel dans la destinée des peuples de notre temps ; mais aussi au vu de la situation sociopolitique de notre monde actuel en manque cruel de vrais leaders charismatiques crédibles et surtout de paix.

Ces apparitions ont en effet été précédées et préparées par celles de l’ange précurseur en 1915 (trois fois) et en 1916 (trois fois aussi) sous le nom combien évocateur de l’ange de la paix.

Ceci nous montre clairement que même dans l’ordre spirituel Dieu n’improvise jamais et qu’Il ne charge l’être humain d’aucune mission ou responsabilité qui dépasse la force et la capacité de celui-ci. Il ne nous demande rien, sans nous en avoir d’abord donné la force et la grâce. Trois des quatre premiers enfants (Lucia Dos Santos, Teresa Matias, Maria Rosa et Maria Justino) qui ont eu droit à la visite de l’ange de la paix ont été rapidement écartés après avoir ébruité la chose. Ils ont été bastonnés par les habitants du village, suite à l’incrédulité de ceux-ci.

Tirant leçon de cette bastonnade et de cette incrédulité, leur quatrième, Lucia Dos Santos, va fortement insister auprès de ses deux nouveaux compagnons de pâturage Jacintha et Francisco, pour qu’ils gardent scrupuleusement le secret de l’envoyé divin qui leur a clairement signifié que le Ciel avait une mission pour eux. C’est ainsi que près d’un siècle et demi (Février 1858) après les apparitions de la Vierge Marie, Notre-Dame de l’Immaculée conception, à Bernadette Soubirous à Lourdes en France, celle qui, aux noces de Cana disait à son Fils « ils n’ont plus de vin », alors même que les heureux du jour dont la joie allait se transformer en tristesse et honte, faute de vin, ne se doutaient encore de rien, réitère son souci et sa sollicitude pour l’Humanité en pleine grande guerre mondiale (1914-1918) en apparaissant à nouveau, en tant que Notre-Dame du Rosaire à trois pastoureaux – Lucia Dos Santos (10ans), Jacintha Marto (9ans) et Francisco Marto (7ans) – mais cette fois au Portugal, terre profondément ancrée dans la foi chrétienne.

Les deux derniers de ces trois enfants ont été canonisés le samedi 13 Mai 2017, à l’occasion du centenaire des apparitions de la Vierge Marie, par le Pape François sur les lieux même de leurs expériences du divin à Fatima. C’est sans doute la première fois que l’Eglise catholique porte aux honneurs de l’autel des enfants qui n’ont pas subi directement le martyre tels les Saints Innocents (moins de 2ans) et Saint Kisito (14ans), étant entendu par ailleurs que Saint Dominique Savio (15ans) et Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus et de la Sainte Face (24ans) étaient plus âgés que Jacintha et Francisco. Il s’agit là d’un message pour les enfants de notre temps et pour tout chrétien, qu’on peut devenir saint à tout âge ! Nous voyons alors l’importance capitale de l’éducation des enfants par les parents à la foi et à la vie chrétienne.

L’ange de la paix les a préparés à la mission divine, mais c’est aussi et surtout les parents qui les avaient préalablement éduqués à la foi, de sorte qu’ils pouvaient comprendre et répondre à l’invitation de l’ange à la prière, au sacrifice et à la mission. Ils ont donc été entrainés à l’écoute (Shema Israël) de la voix de Dieu, si bien qu’ils n’avaient même plus peur de souffrir pour Dieu ou plutôt pour leurs frères et sœurs en Humanité. Même leur mort prochaine à eux annoncée par la Vierge ne leur fera pas peur. Car, Jacintha et Francisco décèdent peu après de la grippe espagnole en 1919 et 1920. Leur cousine Lucia devient religieuse et prononce ses vœux en 1928. Elle meurt en 2005, à l’âge de 97 ans. Tout cela nous prouve que bien qu’étant enfants, ils étaient déjà adultes dans la foi.

La Vierge de Fatima qui se définit comme Notre-Dame du Rosaire, invitera les trois enfants à chacune de ses apparitions à prier beaucoup et à prier au quotidien le chapelet. Chrétien, que fais-tu de ta foi ? Et que fais-tu de ton chapelet, surtout en ce mois de Marie ?

.

Portrait de l'abbé magloire acapovi, directeur de publication du journal La Croix du Bénin    Abbé Magloire Acapovi, directeur de publication 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *