Ici et Ailleurs

DIOCESE DE DJOUGOUU Mgr Bernard Toha, l’élu

Dans l’après-midi du 12 février 2022, Mgr Pascal N’Koué a annoncé au peuple de Dieu de Djougou, la nomination de son nouveau pasteur : Mgr Bernard Toha. C’était à la cathédrale Sacré-Cœur de Djougou, en présence d’une foule de prêtres et de fidèles.

Mgr Bernard Toha, nouvel évêque de Djougou

C’est avec humour que Mgr Pascal N’Koué, Archevêque de Parakou et Administrateur Apostolique du diocèse de Djougou, entame la lecture du communiqué de la Nonciature Apostolique au Bénin, comme pour détendre l’atmosphère. « Pour imiter le Vatican, quand un Pape est nommé et qu’on doit proclamer son nom, je peux dire : “Habemus episcopum novum », déclare-t-il. « Et comme tout le monde parle bien le latin à Djougou, vous n’avez pas besoin de traduction. Mais il se peut qu’il y ait des étrangers. Je vais alors traduire en français : “Nous avons un nouvel évêque” », ajoute-t-il. Un tonnerre d’applaudissements retentit dans la cathédrale avant la révélation du nom du 2e évêque de Djougou : Père Bernard de Clairvaux Octave-Eustache Toha Wontacien, prêtre béninois, Oblat de Saint François de Sales.

3e religieux nommé évêque par le Pape François

Excepté Mgr Antoine Sabi Bio, évêque de Natitingou (en 2014) et Mgr Aristide Gonsallo, évêque de Porto-Novo (en 2015), Mgr Bernard Toha est le 3e religieux nommé à la tête d’un diocèse au Bénin, depuis 2013, à la suite de Mgr François Gnonhossou, Sma, (en 2015) et Mgr Roger Houngbédji, Ordre des prêcheurs, (en 2016). Le nouvel évêque prend le siège épiscopal de Djougou à 52 ans, et 3 ans après le décès de Mgr Paul Vieira, 1er titulaire du siège épiscopal de Djougou. Selon ses proches, Mgr Toha fait preuve d’une grande compétence pastorale et d’un management social irréprochable. Deux prêtres se réclament de sa promotion : les Pères Guillaume Amoussou Kambounon, conseiller général des Osfs, et Symphorien Noudéhou Gbaguidi, conseiller provincial des Osfs, et maître des scolastiques (religieux en études philosophiques et théologiques).

Vie familiale et personnelle

Bernard de Clairvaux Toha Wontacien est l’avant-dernier d’une fratrie de quatre garçons (Joseph de Calasanz Armand Emmanuel, Alain Rock Maurille, Pascal Stanislas Mawouklo) et quatre filles (Colette, Marie-Paule, Evelyne Rita de Cassia, Claudine) qui ont déjà toutes rejoint la maison éternelle. Il est baptisé le 9 janvier 1971 à la paroisse Saint-Antoine de Padoue d’Abomey-Calavi. Il a reçu sa première communion le 22 novembre 1981 à la cathédrale Saint Pierre et Saint Paul de Parakou ainsi que sa Confirmation le 17 juin 1984 à la paroisse Saint-Joseph de Parakou.

Sa mère, Missikè Julienne Aguiar, de vénérée mémoire, était une femme battante, gestionnaire de plusieurs activités génératrices de revenus pour la famille et son père, Feu Théophile Toha, instituteur, directeur d’école primaire. Alors que sa mère le quitta pour le ciel le 1er novembre 1987, son papa entra dans la félicité céleste le 22 octobre 2006, exactement trois mois après son ordination sacerdotale.

Attaché au “focolare

Mgr Toha a été façonné par divers mouvements d’action catholiques au sein desquels il a milité pendant son enfance, son adolescence et sa jeunesse, avant son entrée dans la vie religieuse en septembre 1997. Au nombre de ces mouvements d’action catholiques, on peut citer le scoutisme (1977-1987), enfant de chœur (1981-1985), chorale (1984-1988), lecteur (1984-1992), Jeunesse estudiantine catholique – Jec (1983-1987), Feu Nouveau (1987-1988) ; et le Mouvement des Focolari qui a été l’apothéose (1986 à nos jours). Au sein du Mouvement des Focolari, il fut membre d’une unité Génération Nouvelle (Gen) jusqu’à son entrée dans la vie religieuse en 1997. Il participe à plusieurs Mariapolis (rencontre internationale d’été de vie et de la mise en pratique de la Parole de Dieu au quotidien) aussi bien en Afrique (Bobo Dioulasso, Ouidah, Parakou, Dédougou, Yamoussoukro, Pretoria) qu’en Europe (Zwochau en Allemagne).

Pendant ses études universitaires à l’Université nationale du Bénin (Unb), l’unique Université à l’époque, il a été membre actif de l’aumônerie universitaire Emmaüs. Ainsi, il fut successivement Responsable Chargé des Affaires Spirituelles (1993-1995) et président (1996-1997) de la Cellule Emmaüs de l’Unb.

Florent HOUESSINON

Related Posts