décembre 5, 2021
Comprendre la Parole

La royauté du Christ

Aujourd’hui, nous célébrons la fin de l’année liturgique B. C’est l’occasion pour l’Église entière de célébrer le Christ, Roi de l’univers. Daniel contemple dans ses visions de nuit « un Fils d’homme venant sur les nuées du ciel ». Il lui fut conféré empire, honneur et royaume. Tout l’univers était à son service. « Son empire est un empire éternel qui ne passera pas ». Qui peut être ce Fils de l’homme ? Le terme en araméen bar nasha‘, et en hébreu ben ’adam désigne l’homme simplement comme on peut le lire dans le Ps 8, 5. Dans le contexte présent, il désigne un homme dépassant mystérieusement la condition humaine. En Mt 8, 20, Jésus se l’applique dans un sens personnel. Mais il y a un sens collectif et messianique de l’expression qui désigne le Fils de l’homme comme le chef, le représentant et le modèle du peuple des saints. On reconnaît en outre dans la phrase citée ci-dessus par Daniel (Dn 7, 14), les paroles de l’ange à Marie à l’Annonciation (Lc 1, 33), qui établissent la royauté éternelle de Jésus annoncé comme le Fils du Très-Haut dont le règne n’aura pas de fin. Le Ps 93 (92) qui chante la royauté du Seigneur manifestée par les lois qu’il impose au monde physique, et par celles qu’il donne aux hommes, est appliqué allégoriquement au Christ. L’extrait du livre de l’Apocalypse détaille abondamment ses titres royaux établis pour toujours : Il est, Il était, Il vient. Il est le prince des rois de la terre. Il est l’Alpha et l’Oméga, le Maître de toute la terre.

Un roi pas comme les autres

L’évangile du jour est celui de l’épisode de la comparution de Jésus devant Pilate. Il se trouve à la barre devant Pilate, le chef de l’armée de l’occupation romaine et le Préfet de Rome. Jésus face à Pilate ! c’était bien l’accusé face au juge. C’est incroyable, mais c’est cela la réalité du monde. La justice injuste des hommes est ici mise à nu. Que d’innocents sans soutien se trouvent condamnés à tort devant la juridiction humaine ! Le roi de l’univers s’humilie devant la “justice” humaine pour révéler aux juges humains leur fausseté qui consiste à préférer leur poste ou l’argent à la vérité, en cédant aux pressions des puissances politiques, à celles de Mammon ou des foules corrompues, pour condamner l’innocent. Jésus répond à la seule préoccupation principale de Pilate qui veut savoir s’il était roi, en établissant un rapport entre sa royauté qui n’est pas de ce monde, et l’engagement de sa vie qui n’a de raison d’être que pour rendre témoignage à la vérité. Autrement dit, il est venu en ce monde pour faire de nous tous un peuple de prêtres qui offrent comme lui leur vie pour la cause de la vérité. Le sacerdoce commun des fidèles dans lequel consacre le baptême nous engage à écouter la voix de Jésus qui est la vérité, pour la faire régner autour de nous et pour faire de ce monde en Jésus et pour Jésus, un monde consacré par la vérité. Jésus introduit un nouveau type de royauté qui ignore les cérémonies triomphales, les fanfares et les vanités. Être homme, c’est régner sur ce monde. Régner comme le demande l’Église à tout baptisé, c’est opter pour la vérité sans demi-mesure. N’est-ce pas là l’occasion de rappeler que le vrai chrétien, c’est celui qui n’a pas peur d’offrir sa tête comme le Christ, pour qu’elle soit couronnée d’épines, et ses vêtements pour qu’ils soient lacérés par les lèvres calomnieuses en ce monde où seul le mensonge règne, et où les menteurs se soutiennent mutuellement pour gagner contre l’innocent qui n’a d’autres armes que celles de la vérité ? Le témoignage pour la vérité, et la souffrance de la marginalisation sont inséparables.

Dans ma vie

L’homme véritable selon le Christ, c’est celui qui fait régner la vérité. Suis-je de cette race d’hommes modelés à l’image du Christ ? Ou bien je vis par le mensonge et la magouille ?

À méditer

Le témoignage pour la vérité, et la souffrance de la marginalisation sont inséparables.

Père Antoine TIDJANI
BIBLISTE

Related Posts