avril 20, 2021
Le Chiffre de la semaine

5.523.524

Mercredi 10 février dernier, le Conseil d’orientation et de supervision (Cos/Lépi) a remis à la Commission électorale nationale autonome (Céna), le fichier électoral devant servir pour la présidentielle du 11 avril 2021. Au total, 5.523.524 Béninoises et Béninois sont attendus aux urnes pour élire le successeur du président sortant, Patrice Talon. Comparé à l’année dernière, le nombre d’électeurs s’est accru de 5,5%. Dans le lot, le nombre d’électeurs à l’extérieur s’élève à 45.543.Théoriquement, il revient donc aux citoyens inscrits sur la liste électorale de départager les citoyens qui sont qualifiés, selon la Cour constitutionnelle, pour présider aux destinées du Bénin les cinq années à venir. Une grande responsabilité, d’autant qu’il s’agira en fait de choisir pour notre pays, le meilleur programme de société qui offre de perspectives radieuses pour le développement réel du Bénin. Or très souvent, c’est à ce niveau qu’il y a problème. Les candidats alignent des programmes de société qui ressemblent à des assemblages d’idées identiques. Ainsi, de façon  transversale aux programmes de société, on peut lire : construction de routes, création d’emplois pour la jeunesse, construction d’hôpitaux, allocation de microcrédits aux femmes et patati et patata. À chaque présidentielle les mêmes rhétoriques.

Ceci dit, pour les cinq années à venir, il faut surtout améliorer le taux réel de croissance et veiller à une répartition équitable des richesses. Car malgré les efforts du Gouvernement, l’impression générale est celle d’une morosité socioéconomique. Le Smig et les salaires sont restés inchangés avec un coût de vie de plus en plus cher. Il faut corriger cette situation. De même, il faut créer les conditions permettant aux paysans de produire des richesses à redistribuer, afin de contribuer plus efficacement au développement durable du Bénin.

Smith

Related Posts