Simplement François

Dire « non » au mal et « oui » à Dieu

Le but auquel nous sommes appelés est également pour nous un don de Dieu qui, dit l’Apôtre Paul, nous a « choisis avant la création du monde » (Éphésiens 1, 4) ; il nous a prédestinés, dans le Christ, à être un jour totalement libres du péché. Et c’est cela la grâce. C’est gratuit. C’est un don de Dieu.

Il ne s’agit pas de faire les malins : reporter continuellement un sérieux examen de sa vie, en profitant de la patience du Seigneur. Il est patient, il nous attend, il est toujours là pour nous donner sa grâce. Nous pouvons tromper les hommes, mais pas Dieu, il connaît notre cœur mieux que nous-mêmes. Profitons du moment présent ! C’est cela, le sens chrétien : profiter de ce jour et non jouir de la vie dans le moment qui fuit ; non, cela, c’est le sens mondain.

Mais saisir l’aujourd’hui pour dire « non » au mal et « oui » à Dieu ; s’ouvrir à sa grâce ; cesser enfin de se replier sur soi en se traînant dans l’hypocrisie. Regarder en face sa propre réalité, tels que nous sommes ; reconnaître que nous n’avons pas aimé Dieu et que nous n’avons pas aimé notre prochain comme nous le devions, et le confesser. C’est ainsi que l’on commence un chemin de conversion en demandant avant tout pardon à Dieu dans le sacrement de la Réconciliation, et ensuite réparer le mal fait aux autres. Mais toujours ouverts à la grâce. Le Seigneur frappe à notre porte, frappe à notre cœur pour entrer avec nous dans une amitié, dans une communion, pour nous donner le salut.

Et c’est cela, pour nous, la voie pour devenir « saints et immaculés ». La beauté préservée de notre Mère est inimitable, mais en même temps elle nous attire. Confions-nous à elle, et disons une fois pour toutes « non » au péché, et « oui » à la grâce.

(Pape François, Angélus, Rome, 8 décembre 2020)

Related Posts