août 11, 2020
Questions/Réponses

Question : Dans la lettre aux Romains, Saint Paul affirme que : « La Création tout entière crie sa souffrance, elle passe par les douleurs d’un enfantement qui dure encore. Et elle n’est pas seule ». Dans notre contexte actuel de crise sanitaire mondiale, comment garder l’espérance d’une délivrance dans ce monde en proie à la dictature du mal ?

Gérard HOTEGNI, Brocheur

Réponse

Mon frère, les textes de ce 15e Dimanche ordinaire A soutiennent unanimement l’espérance humaine des lendemains meilleurs, quand bien même se renforcent les craintes d’un monde apparemment pris en otage par les forces du mal. Saint Paul nous en donne une interprétation lumineuse : ce sont des douleurs d’un enfantement. S’il en est ainsi, comment garder aujourd’hui l’espérance de la délivrance du monde asservi par le mal ?

Respecter la Création

Les trois textes de ce jour ont un lien direct avec les éléments de la Création. L’homme, doué d’intelligence, est le couronnement et le maître du monde créé par Dieu. Acte divin de production et d’organisation, la Création reste un jardin d’épanouissement pour l’homme. Ce dernier est appelé à l’entretenir et à l’aménager pour qu’il continue de lui produire le meilleur de lui-même. C’est l’un des sens du gémissement douloureux de la Création dont parle Saint Paul. Pour que cette Création « accouche » du meilleur, pour qu’elle ne soit pas chaotique, il faut que l’homme la respecte, la protège, l’organise et la discipline. La pandémie du coronavirus doit donc nous aider à réfléchir en profondeur sur notre rapport à la Nature. Elle n’est certainement pas un jouet entre nos mains pour des essais contre-nature. Toute violence sur la Création est une violence sur l’homme.

Offrir la bonne terre à la Parole de Dieu

Autant la Création est don divin, autant la Parole créatrice l’est pour l’homme. La semence de la Parole est jetée dans le cœur de l’homme et, conséquemment, dans la Création. Cette Parole porte en elle une efficacité à la manière d’une pluie qui ne peut tomber sans faire germer la semence. Le seul obstacle est la terre d’accueil. Le tableau dressé par Jésus sur le sort du grain peut sembler sombre et démotivant. Néanmoins, il faut avoir le courage de lire l’évangile jusqu’au bout pour découvrir l’immense productivité de cette Parole dans la bonne terre. La Parole semée n’est pas vouée à l’échec. L’humanité est donc appelée à offrir autant que possible la bonne terre à la semence pour qu’elle multiplie ses fruits dans le monde. Le gémissement paulinien de la Création, dans ce sens, est la souffrance à laquelle l’humanité consent pour aménager toujours plus de bonne terre à la Parole. Le monde tend vers le bien et non vers le mal. L’espérance est permise.

Laisser l’Esprit travailler à notre renaissance

Après le don de la Création et de la Parole, il y a celui de l’Esprit dont parle Saint Paul dans la 2e lecture. Dans le registre chrétien, rien n’advient à la vie sans l’opération de l’Esprit. J’en veux pour exemple, la Création, l’incarnation et la naissance de l’Église. L’Esprit est au commencement de toute vie. Saint Paul l’évoque à un moment stratégique de son texte. L’Esprit est le principal agent qui fait passer de l’homme ancien à l’homme nouveau. Pour garder l’espérance d’une bonne délivrance, il faut compter avec l’Esprit et surtout vivre de lui. L’accouchement du nouvel homme exige accueil, collaboration, disponibilité au changement, préparation et ouverture. Ces expressions sont les harmoniques qui rendent possible la renaissance de l’humanité et soutiennent l’espérance d’une bonne délivrance du diktat du mal.

Mon frère, l’espérance est la vertu théologale de la foi en temps de souffrances et d’incertitudes. Les textes nous invitent à la soutenir par le respect de la Création, l’offrande de notre vie pour la fructification de la Parole et l’ouverture de soi à l’Esprit créateur. Le changement commence par chacun de nous. Ce devrait être notre manière de voir le monde.

Père Jean OUSSOU-KICHO, Directeur du Complexe scolaire catholique de Bassila

Related Posts