juillet 10, 2020
Editorial

Une douce intimité avec le Christ

L’homme « donne au Christ son humanité, afin qu’il puisse s’en servir comme instrument de salut (…) Y a-t-il au monde un accomplissement plus haut de notre humanité que de pouvoir reproduire chaque jour in personna Christi le sacrifice rédempteur, celui-là même que le Christ consomma sur la Croix ? », s’exalte le Saint Pape Jean-Paul II dans son livre Ma vocation : don et mystère. Il nous apprend que le sacerdoce est un vrai chemin de sainteté qui se vit dans le cœur à cœur avec le Christ.

De fait, l’ordination introduit dans un mouvement de consécration toute la vie et l’être du prêtre qu’elle marque définitivement. C’est cette grâce qu’il déploie dans l’exercice de son ministère, au service du salut et de la joie de ses frères et sœurs. Les joies qu’il peut y connaître sont parmi les plus profondes que peut vivre un homme.

Pourtant, le don qu’il fait de lui-même suppose un sacrifice et des épreuves. Il sera appelé parfois à être rejeté, incompris, à pleurer, à souffrir, à avoir faim et soif. Il sera aussi tenté de rechercher les affections, le pouvoir, l’argent. Mais ces moments-là rappellent au prêtre qu’il est un homme ordinaire à qui Dieu fait confiance, et qui est appelé au combat qui le dépasse. C’est pourquoi, il doit puiser sa force dans l’intimité du Cœur de Jésus, tendre et miséricordieux. La sainteté n’est pas la perfection, elle  est le but de la vie et un chemin parcouru avec le Christ qui est « le chemin, la vérité et la vie » (Jn 14, 16).

À l’occasion de la célébration de la fête du Sacré Cœur et de la Journée mondiale de prière pour la sanctification des prêtres, puissions-nous prier pour les prêtres afin qu’ils se plongent chaque jour dans la douceur de l’Amour du Cœur de Jésus.

Serge Bidouzo

Related Posts