juillet 10, 2020
Editorial

Question de conscience

On voit ces jours-ci se manifester à travers le monde entier des mouvements de colère contre les violences policières et le racisme à l’égard des populations noires. À l’origine de cette vague d’indignation, la mort de l’Afro-Américain George Floyd asphyxié sous le genou d’un policier blanc le lundi 25 mai 2020 à Minneapolis aux États-Unis. Si l’indignation exprimée face à ce drame n’est pas nouvelle, elle pose aujourd’hui une question de conscience. Peut-on continuer à fermer les yeux quand le phénomène du racisme continue de gagner du terrain ? Tel est le problème qui se pose plus que jamais à l’humanité.

Cette question s’adresse prioritairement à la nation américaine. Le désespoir de la population afro-américaine face à l’impuissance politique montre que cette société multiculturelle qui a pourtant été dirigée par un Afro-Américain a échoué dans son œuvre de lutte contre la discrimination raciale. Elle doit trouver une solution décisive pour enrayer ce fléau qui entache son image d’État de droit au niveau international.

Il en est de même des autres pays occidentaux, mais aussi de la Russie, de la Chine et d’autres pays en Asie et en Océanie.  Partout, les Noirs continuent d’être méprisés et discriminés à cause de la couleur de leur peau. Dans ces pays, les autorités publiques ont du mal à entendre les appels des associations de défense de ces populations marginalisées comme des impératifs.

La question est également posée à l’ensemble des pays africains qui ont une responsabilité historique d’assistance vis-à-vis des Afro-Américains et des nombreux immigrés noirs qui vivent hors du Continent. Curieusement, le drame de Minneapolis n’a soulevé qu’une faible mobilisation au sein des peuples africains. Pourtant, à eux comme aux autres, il est demandé de lutter contre les réflexes de la xénophobie, de la discrimination raciale et de l’ethnocentrisme.

La peur de l’autre ne fait pas une société ni une politique. Le monde ne peut plus se voiler la face. Il doit agir efficacement contre le virus du racisme.

Serge Bidouzo

Related Posts