septembre 19, 2020
Questions/Réponses

« Que la grâce du Seigneur Jésus Christ, l’Amour de Dieu et la communion de l’Esprit-Saint soient avec vous », écrit Saint Paul aux Corinthiens. Père, quelle disposition de cœur dois-je avoir pour que cette salutation de Saint Paul se concrétise dans ma vie chrétienne ?

Question

« Que la grâce du Seigneur Jésus Christ, l’Amour de Dieu et la communion de l’Esprit-Saint soient avec vous », écrit Saint Paul aux Corinthiens. Père, quelle disposition de cœur dois-je avoir pour que cette salutation de Saint Paul se concrétise dans ma vie chrétienne ?

Norbert KOUDANOU, Stagiaire

Réponse

Mon frère, aujourd’hui, c’est la solennité de la Sainte Trinité, le mystère d’un seul Dieu en Trois Personnes distinctes. Nous avons d’ailleurs la chance de relire, dans la 2e lecture, une salutation que nous écoutons pratiquement à toutes les messes : « La grâce Jésus-Christ Notre Seigneur, l’Amour de Dieu le Père et la communion de l’Esprit-Saint soient avec vous ». Beau souhait qui requiert une juste disposition intérieure pour sa concrétisation dans notre vie chrétienne. 

La grâce de Jésus-Christ notre Seigneur

L’évangile du jour nous spécifie la grâce dont il est question et la disposition qui l’accompagne pour entrer dans sa jouissance. « Dieu a envoyé son Fils, non pour juger le monde mais pour que par lui le monde soit sauvé ». Autrement dit, la grâce que Jésus représente pour le chrétien est une grâce de rachat, de libération, de salut et de vie éternelle. Jésus est notre rédempteur. C’est sa mission principale. L’évangile prend pourtant le soin de préciser la condition pour bénéficier de cette grâce : la foi. « Celui qui croit en lui ne périra pas, mais il obtiendra la vie éternelle ». Quand Saint Paul et, à sa suite, le prêtre nous saluent en invoquant la grâce de Jésus-Christ, ils font appel implicitement à notre foi au Christ libérateur et rédempteur.

L’Amour de Dieu le Père

La 1re lecture est suffisamment éclairante à ce sujet. Dieu révèle son nom à Moïse : « Yahve, Le Seigneur, Dieu tendre et miséricordieux, lent à la colère, plein d’amour et de fidélité ». Les différents mots qui le désignent ici ne sont que les couleurs harmoniques de l’amour dont la fine pointe se trouve dans la miséricorde et la fidélité. Alors, quand Saint Paul parle de l’Amour de Dieu, ou lorsque le prêtre nous salue en invoquant l’Amour de Dieu, ils font référence à cette révélation divine et nous invitent, par ricochet, à orienter notre vie dans le sens du pardon, de la miséricorde, de la douceur, de la fidélité, conditions sans lesquelles nous ne pouvons toucher du doigt ni la profondeur ni la spécificité de l’amour de Dieu pour nous.

La communion de l’Esprit-Saint

Nous n’irons pas plus loin que la 2e lecture pour rassembler quelques éléments de réponse. L’Esprit fait l’unité entre le Père et le Fils et entre tous ceux qu’il habite. De ce fait, la communion, essentielle du reste à l’Église en sa naissance, comme maison de communion des diversités, a sa manière propre de se manifester. En tout cas, la 2e lecture est très concrète dans le choix des expressions : la joie, la perfection, le réconfort, l’harmonie, la paix. Tous ces termes sont des fruits de l’Esprit-Saint et prennent une large part dans la construction de la communion dont l’Esprit-Saint est le premier acteur. Alors, si nous voulons que le souhait de la communion advienne dans notre vie, il convient de nous revisiter à partir des termes que nous venons de dégager et de nous réajuster s’il nous arrivait de ne pas déceler ces fruits dans notre vie chrétienne.

Saint Paul finit en disant : « Et le Dieu d’amour et de paix » sera avec vous. Mon frère, si tu veux bénéficier des effets de cette salutation, crois au salut que le Fils t’accorde, vis de l’Amour miséricordieux et fidèle du Père, rayonne de joie, de paix et d’harmonie en toi et autour de toi. 

Père Jean OUSSOU-KICHO, Directeur du Complexe scolaire catholique de Bassila

Related Posts