juillet 14, 2020
Editorial

Dé-confiner notre cœur

 

Cette année, la célébration de la solennité de la Pentecôte tombe à la même date que la fête de la Visitation de la Vierge Marie à sa cousine Elisabeth.  Cette coïncidence des deux célébrations le dimanche 31 mai est providentielle après plusieurs semaines durant lesquelles, les fidèles sont restés sans la possibilité de participer, autrement que par écran interposé, à la célébration de l’Eucharistie. Le Seigneur nous invite ainsi à fêter la Pentecôte sous le mode de la visitation, de la sortie vers les autres pour leur communiquer l’amour de Dieu.

Accueillir l’Esprit-Saint, c’est accueillir le Christ en nous. Saint Paul nous le répète : « Personne n’est capable de dire : « Jésus est Seigneur » sinon dans l’Esprit Saint » (1 Co 12, 3). L’Esprit Saint rend présent le Christ ressuscité au cœur de nos vies. La fête de la Pentecôte ne vient pas seulement clore un temps liturgique. Elle nous renouvelle dans l’accueil du don de l’Esprit Saint afin que nous vivions désormais de manière plus résolue, l’amour de Dieu et l’amour du prochain.

Nous serons désormais de retour dans nos églises comme cela se fait déjà dans plusieurs pays. Mais qu’en est-il de notre cœur ? Est-il encore confiné ? Le miracle de la Pentecôte, c’est de vivre le langage universel du cœur qui dépasse nos difficultés de communication avec autrui, les incompréhensions qui bloquent les relations.

Si les semaines de « confinement » nous ont permis de progresser dans l’attention aux autres, au moment où nous retournons à la messe, demandons à l’Esprit Saint de faire tomber les barrières qui pourraient encore empêcher nos cœurs de s’ouvrir à l’Amour.

 Serge Bidouzo

Related Posts